27/04/2018 07:33 GMT+7 Email Print Like 0

Les Philippines ferment l'île paradisiaque de Boracay

Le 26 avril, les Philippines ont fermé pour six mois Boracay afin de nettoyer cette île touristique.

Le chef de la police régionale Cesar Binag a déclaré que la fermeture avait commencé après minuit, les touristes se voyant refuser l'accès à bord du ferry, principale voie d'accès à l'île. Environ 600 policiers ont été déployés aux points d'entrée de cette île minuscule. Seuls les quelque 40.000 résidents peuvent en produisant leur carte d'identité monter à bord des ferrys pour se rendre sur l'île.

Jeudi matin, la police a commencé à patrouiller le long de la plage afin de faire respecter le règlement interdisant la baignade, en dehors d'une zone délimitée. Les bateaux ont interdiction de naviguer à moins de trois kilomètres de la côte et seuls les habitants de Boracay sont autorisés à pêcher. Le gouvernement a déployé un important dispositif de sécurité car elle redoute la colère des personnes opposées à cette fermeture.

Après avoir décidé de stopper les activités touristiques sur cette île, le président Rodrigo Duterte avait accusé en février les hôtels et bars de l'île de déverser directement leurs eaux usées dans la mer. Environ 300 établissements d’hébergement ignorent les règlements sur la protection de l'environnement. Parmi eux, 51 ont reçu des alertes officielles des autorités locales.

Cette décision pourrait mettre en péril les emplois d’environ 17.000 personnes travaillant dans plus de 500 hôtels implantés sur cette île qui accueille chaque année environ deux millions de touristes et représente 20% du total des chiffres d’affaires du secteur touristique des Philippines

Malgré des dégâts causés par la décision de «fermer» l'île aux touristes, le gouvernement s'est déterminé à appliquer les mesures dures pour restaurer l'écosystème de Boracay. -VNA/VI