05/02/2019 12:19 GMT+7 Email Print Like 0

Le mariage traditionnel des Dao Rouges

"Les jeunes Dao sont libres de chercher de s'aimer. Quand ils sont tombés amoureux, le jeune homme en informe ses parents pour trouver une entremetteuse qui se rend chez la jeune fille pour la demander en mariage. Ce dernier doit absolument respecter nos coutumes anciennes ». C’est ce qu’a dit Chao Phu Sai, qui nous a conduits au village de Tung Chin, commune de Trinh Tuong, district de Bat Sat, province de Lao Cai (Nord), pour participer à un mariage des Dao rouges.
 
Nous sommes arrivés chez Chao Phu Sai quand la nuit commençait à tomber. Il était occupé à préparer avec sa famille le mariage de son cadet Chao Ut, âgé de 24 ans. Selon la tradition, les activités du mariage ont lieu principalement chez le marié. Le cortège de la mariée conduit cette dernière chez son époux. Il s’arrête à proximité de la maison du marié pour que la mariée puisse se maquiller en attendant que la délégation du marié vienne l’accueillir.

Les Dao attachent une grande importance aux femmes. Ainsi, lors du mariage, la famille de l'époux organise les cérémonies les plus formelles pour faire plaisir à la mariée et à sa famille. Car, « si vous ne faites pas comme ça, votre belle-fille n’entrera pas dans la maison ! », a dit M. Sai.



La mariée Tan May est conduite par les demoiselles d’honneur chez son époux. Photo : Viet Cuong

 
Sachant que la délégation de la mariée va arriver, la famille du marié envoie des représentants aider  la jeune fille à se
maquiller pour qu’elle puisse entrer dans la maison juste à l’heure choisie.Photo : Viet Cuong



La mariée Tan May le jour des noces.    Photo : Viet Cuong


Les Dao rouges attachent une grande importance aux femmes. Selon eux, quand la mariée rentre chez son mari, elle
porte  chance et fortune à sa maison. Par conséquent, la famille du marié doit faire preuve d'une très forte hospitalité
lorsqu'elle reçoit la mariée. Photo : Viet   Cuong
 


Selon la coutume des Dao rouges, le jour des noces, le marié doit s’habiller en costume féminin, et porter un voile sur la
tête. Jusqu’à ce jour, aucune explication de cette coutume mystérieuse des Dao rouges n’a été trouvée. Photo : Viet Cuong



Selon la coutume, les Dao rouges remettent la mariée avec du gingembre et une paire de baguettes (ce qui symbolise la reproduction et l’attachement).  Photo : Viet Cuong


Le décor pour la cérémonie de mariage selon les rites des Dao rouges.   Photo : Tran Hieu.


La cérémonie d’accueil de la mariée est organisée à côté du plateau d'offrandes en mémoire des ancêtres.  
Photo : Viet Cuong



La mariée Tan May rend un culte aux ancêtres et salue les membres de la famille de son époux.   Photo : Viet Cuong

Le cortège familial du marié, conduit par le sorcier-trompettiste et le sorcier-tambourineur, vient accueillir la délégation de la mariée. Rencontrant le cortège, le sorcier-trompettiste vient le saluer et fait des tours autour de la mariée. Devant la maison, la famille du marié invite chacun des membres de la délégation de la mariée à boire de l’alcool à tour de rôle, puis à prendre le repas nuptial. La mariée doit rester dans une petite cabane à côté de la maison du marié et attendre jusqu’au petit matin du lendemain pour y entrer afin de rendre un culte aux ancêtres.

Vers deux heures du matin, les deux belles-familles sont assises autour du plateau où sont déposées des offrandes en mémoire des ancêtres, boivent ensemble de l’alcool et chantent des chansons-poèmes où elles racontent l’une à l’autre leur situation familiale, le processus d’éducation des mariés… A l’heure fixée, la famille du marié conduit ce dernier à la rencontre de la mariée; puis ils font ensemble des prières devant l’autel des ancêtres.

Chose curieuse, le jour des noces, le marié doit s’habiller en costume féminin, et porter un voile à la tête. Après avoir procédé à un culte pour les ancêtres et salué ses parents et beaux-parents, la mariée apporte de l’eau au sorcier et à ses beaux-parents avec laquelle ils se lavent le visage. Après ce rite, elle rentre officiellement chez son mari.

Malgré des centaines d’années d'existence, ces coutumes maritales sont toujours préservées et conservées par la communauté Dao rouge, enrichissant leur vie culturelle et spirituelle. /.

 
Texte et photo : Tran Hieu – Viet Cuong