30/04/2020 15:59 GMT+7 Email Print Like 0

Le COVID-19 affecte considérablement les économies des pays CLMV

Selon un rapport publié le 29 avril par la société de services financiers Maybank Kim Eng, dont le siège est à Kuala Lumpur, en Malaisie, la pandémie de COVID-19 exerce une forte pression sur la croissance économique des pays CLMV (Cambodge, Laos, Myanmar et Vietnam) et pourrait faire chuter la croissance de la région à un niveau record. 
En conséquence, la croissance du produit intérieur brut (PIB) de CLMV devrait fortement diminuer, passant de 6,9% en 2019 à 3% en 2020 avant de remonter à 6,5% en 2021.
 
 Le Vietnam devrait avoir de meilleures perspectives que les trois autres pays, avec une croissance estimée à 3,6% en 2020, grâce à une structure économique plus diversifiée, une situation financière et les facteurs macroéconomiques de base sont plus sains, bien qu'ils aient également fortement chuté par rapport à la croissance de 7% enregistrée en 2019. Le Vietnam semble également avoir réussi à contrôler le COVID- 19 et est devenu le premier pays de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) à commencer à assouplir les mesures de distanciation sociale le 23 avril, avec la réouverture des activités de vente au détail et commerciales et la reprise des transports publics.
 
 En revanche, le Cambodge sera le plus touché avec une croissance du PIB de seulement 0,5%, contre 7% en 2019. En effet, le Cambodge dépend fortement du tourisme et des exportations de textiles, avec les domaines liés au tourisme et aux transports représentant 12,3% du PIB du pays. Quant à l'épidémie de COVID-19, le Cambodge n'a pas encore imposé de mesures de blocus national, bien qu'un récent projet de loi d'urgence ait permis au gouvernement d'imposer des restrictions.
 
 La croissance économique du Myanmar devrait atteindre 2% cette année, contre 6,8% en 2019. Le pays dépend également fortement du tourisme, avec les secteurs liés au tourisme et aux transports représentant 11,2% du PIB. La baisse de la croissance économique de ce pays pourrait être encore plus importante si l'on compte les services résidentiels et de restauration. Le Myanmar est également le plus vulnérable à cause d’une forte baisse de la demande de production et d'exportation, avec le secteur manufacturier représentant 24,2% du PIB.
 
Pendant ce temps, le Laos pourrait être le moins influencé, avec l'industrie manufacturière représentant seulement 7,5% du PIB et le tourisme - les transports représentant 3,9%. Cependant, la forte dépendance du pays à l'électricité et au gaz pourrait nuire à l'économie en raison de la fermeture des usines et de la baisse des activités de voyages. La croissance du PIB du Laos devrait atteindre 2,4% en 2020, contre 4,7% en 2019. -VNA/VI