12/12/2020 16:06 GMT+7 Email Print Like 0

Le bonheur est dans le jardin-forêt

Dans la province de Kiên Giang (delta du Mékong), Vo Quôc Lâp, 27 ans, s’inspire du fonctionnement de la forêt naturelle pour produire fruits et légumes.
 
Le bonheur est dans le jardin-foret hinh anh 1Le jeune homme Vo Quôc Lâp cherche à sensibiliser les agriculteurs locaux à une agriculture biologique et durable. Photo : TT/CVN

En permaculture, on s’attache à reproduire la nature. Vo Quôc Lâp donne une place centrale à l’arbre. Il a aménagé un premier jardin-forêt (appelé aussi forêt-jardin) dénommé Tre Mo de 10.000 m², niché dans la forêt d'U Minh Thuong, province de Kiên Giang.

Ce projet tire son nom du bambou (Tre), une ressource durable et polyvalente qui symbolise également la vie pastorale au Vietnam. Vo Quôc Lâp  cultive ensemble des arbres fruitiers, des légumes et des herbes médicinales, et ce  sans pesticides.

Lancé par Lâp et ses amis, Tre Mo fait partie des trois projets qui ont reçu une subvention du programme "Narrow The Gap" (Réduire l’écart) 2020, une initiative développée par le Centre de développement communautaire (Center for Community Development - LIN). LIN est une ONG opérant dans le cadre de l'Union des associations scientifiques et technologiques du Vietnam (VUSTA).

Selon Nguyên Thi Ngân Khanh, responsable des relations publiques et du marketing de LIN, "Narrow The Gap" soutient les projets de développement communautaire dans les provinces et villes du Sud. Les projets sélectionnés doivent être mis en œuvre dans un délai d'un an.

Arbres à feuilles persistantes

Lâp met ses espoirs sur le potentiel des jardins-forêts, un système agronomique basé sur des arbres, des arbustes et des plantes vivaces qui sont mélangés pour imiter la structure d'une forêt naturelle.

Né à Dông Thap dans le delta du Mékong, le jeune homme cherche à sensibiliser les agriculteurs locaux à une agriculture biologique et durable.

Il fournit actuellement des services de conseil et de conception de l'un de ces jardins-forêts dans le district de Câm My, dans la province de Dông Nai. Il a parcouru un long chemin pour préparer son modèle. Passionné par l'agriculture biologique depuis aussi longtemps qu'il se souvienne, Lâp a décidé de répandre les modèles de jardinage forestier, un concept nouveau pour la plupart des agriculteurs locaux.

Il a réalisé des excursions dans les forêts  du delta du Mékong, notamment Cân Tho, An Giang, Hâu Giang, Kiên Giang et Dông Thap, ainsi que celles du Nord et du Centre.
 
<a class="photo" data-cke-saved-href="https://cdnimgfr.vietnamplus.vn/uploaded/wbxx/2020_12_11/le_jardinforet_1.jpg" href="https://cdnimgfr.vietnamplus.vn/uploaded/wbxx/2020_12_11/le_jardinforet_1.jpg" data-desc="Le jardin-forêt est un système agronomique basé sur des arbres, des arbustes et des plantes vivaces qui sont mélangés pour imiter la structure d" une="" forêt="" naturelle.="" photo="" :="" nn="" cvn'="" data-index="1" style="box-sizing: border-box; background-color: transparent; color: rgb(19, 63, 106); transition: all 0.2s ease-out 0s; display: inline; font-size: 1.6rem; line-height: 2.6rem;">Le bonheur est dans le jardin-foret hinh anh 2Le jardin-forêt est un système agronomique basé sur des arbres, des arbustes et des plantes vivaces qui sont mélangés pour imiter la structure d'une forêt naturelle. Photo : NN/CVN

Les agriculteurs sont confrontés à des problèmes chroniques, tels que l’aggravation de la salinité et le changement climatique qui ont fait des ravages ces dernières années. De plus, la pandémie du nouveau coronavirus a provoqué une incertitude sans précédent pour les revenus des paysans.

Le jardinage forestier reproduit les strates de la forêt à une échelle miniature avec des herbes, des légumes et d'autres plantes à haut rendement cultivées sans pesticides.

Ce modèle diversifie également les produits, améliore la productivité ainsi que les revenus et réduit le risque de mauvaises récoltes tout en aidant à restaurer les écosystèmes et à améliorer l'adaptation au changement climatique.

Lâp a partagé qu'il avait affronté de nombreux défis pour transformer son idée en réalité. Malgré sa passion pour  les méthodes bio-agricoles, qui sont essentielles pour maintenir les moyens de subsistance et atténuer les nombreux problèmes environnementaux, le jeune homme n'a pas réussi à faire passer son message.

Estimant que sans aucun acte pratique, il n'y aurait pas de messages convaincants, Lâp s'est lancé dans le projet Tre Mo et a invité certains de ses amis partageant les mêmes idées.

Le jardin forestier, établit dans le cadre du projet Tre Mo, regroupe 20 étudiants et bénévoles qui viennent s'initier aux techniques d'agriculture biologique.

Quelque 150 participants, dont des agriculteurs locaux et d'autres localités, y acquièrent des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement qui aident à réduire les coûts ainsi qu’à atténuer les impacts environnementaux désastreux.

Pour une planète plus verte

En tant qu'étudiant en chimie pharmaceutique de l’université de Cân Tho, Lâp a formé un groupe appelé Vuon thuôc Nam (Jardin des plantes médicinales vietnamiennes) et a mis le jardinage forestier à l'épreuve sur une petite parcelle   du campus de l'école.

Impressionné par son jardin qui a prospéré malgré l'absence d'engrais chimiques ou de pesticides, une société pharmaceutique employant des procédures européennes pour fabriquer des produits bio, lui a proposé un poste de gestion à la fin de ses études.

Lâp a été chargé de superviser une ferme de plantes médicinales. C'est à ce moment que son l'amour pour l'agriculture bio a commencé à germer dans son cœur.

Lâp a écrit de nombreux articles pour partager avec les agriculteurs ses connaissances et son expertise sur les pratiques de l’agriculture durable tout en fournissant des conseils  gratuits sur la conception de jardins forestiers.

Ce jeune ingénieur a partagé que ses actes visent à la fois à établir une planète plus verte et à élever la qualité humaine, comme l’indique  sa maxime préférée, celle de Masanobu Fukuoka, un agriculteur- philosophe japonais célèbre pour son agriculture naturelle et la végétalisation des terres désertifiées : "Le but ultime de l'agriculture n'est pas la culture des plantes, mais la culture et la perfection des êtres humains". – CVN/VNA/VI