17/09/2017 09:41 GMT+7 Email Print Like 0

L’athlétisme vietnamien se couvre d’or aux SEA Games 29

 Coup de théâtre en Malaisie. L’athlétisme vietnamien a détrôné la Thaïlande aux 29es Jeux d’Asie du Sud-Est, en raflant la bagatelle de 17 médailles d’or, 11 d’argent et 6 de bronze. Un succès qui ne doit rien à la chance. 


Une belle histoire. C’est ce qui résume le mieux le parcours de l’athlétisme vietnamien aux 29es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 29), disputés en août dernier en Malaisie. Avec 17 médailles d’or, 11 d’argent et 6 de bronze, les athlètes vietnamiens ont écrit une nouvelle page de l’histoire de ces jeux, en prenant la tête du classement par nations, devant la Thaïlande, connue pour être «sans rivaux» depuis 1989 dans cette discipline. 

«Nos adversaires sont en pleine progression, notamment le Vietnam. Cela fait déjà plusieurs éditions que je dis qu’il faudra se méfier de ce pays à l’avenir. Ce moment est arrivé...», a déclaré le chef de la délégation sportive thaïlandaise, Thana Chaiprasit, en parlant des échecs de l’athlétisme thaïlandais dans plusieurs épreuves. Et de poursuivre : «Après les SEA Games 29, nous devrons revoir sérieusement ce qui n’a pas fonctionné afin de résoudre nos problèmes». 

Non content de se trouver tout en haut du classement par nations, l’athlétisme vietnamien a remporté l’or sur plus d’un tiers des 45 épreuves inscrites aux SEA Games 29. 

«Le fait d’avoir envoyé les meilleurs éléments aux États-Unis pour des stages d’entraînement, au lieu de la Chine comme d’habitude, est l’une des raisons essentielles de ce résultat», a analysé Nguyên Trong Hô, directeur du Département des sports de haut niveau 2 (Département général de l’éducation physique et des sports), également chef adjoint de la délégation vietnamienne aux SEA Games 29. 

Ces quatre dernières années, les responsables de la discipline ont décidé de diversifier leur approche en envoyant les athlètes aux États-Unis, pays bien connu pour produire les meilleurs athlètes du monde. «Heureusement, les instances sportives du pays ont soutenu cette idée de stages. Avec le résultat que l’on connaît...», s’est-il réjoui. 

Les gens se souviendront longtemps des SEA Games 29, avec le relais magique du 4 x 100 m dames (43 sec 88), qui a explosé le record des jeux détenu depuis dix ans par la Thaïlande (44 sec 00). Les quatre titulaires de ce relais étaient Dô Thi Quyên, Lê Thi Mông Tuyên, Trân Thi Yên Hoa et la «nouvelle reine du sprint» Lê Tu Chinh, qui a aussi décroché l’or sur le 100 m et le 200 m, deux des plus presti-gieuses épreuves de l’athlétisme. Au regard de ses performances, elle pourrait très bientôt exploser au plus haut niveau. 

Dans un article intitulé «Les étoiles du sprint brillent aux SEA Games à Kuala Lumpur», la Fédération mondiale d’athlétisme (IAAF) a apprécié les performances des athlètes vietnamiens, dont les sprinteuses Lê Tu Chinh et Nguyên Thi Huyên. «Le Vietnam a mis fin à la domination de la Thaïlande à ces jeux régionaux (…). Les femmes ont été les artisanes de ce résultat, en remportant 13 médailles d’or, dont 10 sur la piste», a écrit l’IAAF. Selon elle, Lê Tu Chinh a été une révélation, en réalisant un fabuleux triplé. Elle pourrait faire la différence aux Jeux d’Asie (ASIAD) organisés en 2018 en Indonésie. 

Nguyên Thi Huyên a été, quant à elle, un autre acteur remarquable. À tel point qu’elle a défendu avec succès les trois médailles d’or (400 m haies, 400 m et relais 4 x 100 m féminin) qu’elle avait remportées aux SEA Games 28 à Singapour en 2015. Mieux encore, sur le 400 m haies, avec un chrono de 56 sec 06, elle a amélioré sa propre marque des jeux (56 sec 15) établie à Singapour en 2015. 

Un carton dans les disciplines olympiques 

«Le résultat du Vietnam aux SEA Games 29 montre déjà que nous sommes sur la bonne voie», a souligné Duong Duc Thuy, chef de la discipline athlétisme du Département général de l’éducation physique et des sports. L’athlétisme vietnamien rêve aujourd’hui en grand des ASIAD 2018. Pour y parvenir : «Il faut former la jeune génération, les sportifs nés dans les années 2000. J’espère que nous vaincrons à nouveau la Thaïlande aux ASIAD. Nous avons aujourd’hui entre nos mains des athlètes ayant le potentiel de l’emporter. Nous prouverons que la victoire contre la Thaïlande aux SEA Games 29 ne doit rien à la chance», a-t-il affirmé.   

Même son de cloche du côté du directeur du Département des sports de haut niveau 2, Nguyên Trong Hô : «Je me réjouis de cette performance, tant au niveau du nombre de médailles d’or que de la manière de les obtenir. Je pense que les possibilités d’être titré dans quelques épreuves demeurent importantes aux ASIAD». 

En effet, Bùi Thi Thu Thao est retombée à 6,68 m pour remporter le concours féminin du saut en longueur, tandis qu’il n’aurait fallu sauter qu’à 6,55 m pour décrocher l’or durant la dernière édition des ASIAD, en 2014 à Incheon (République de Corée). De grands espoirs reposent aussi sur les épaules des sprinteuses Lê Tu Chinh, Nguyên Thi Huyên et Quach Thi Lan. 

Troisième du classement par nations, le Vietnam a rempli sa mission aux SEA Games 29. Mieux encore, parmi ses 58 médailles d’or, plus de 87% ont été remportées dans les disciplines olympiques (soit 2% de plus que lors des SEA Games 28). L’athlétisme arrive en tête, avec 17 médailles d’or. 

«La performance de la délégation sportive vietnamienne aux SEA Games 29 est de taille et totale», s’est félicité le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc au cours d’une rencontre le 5 septembre à Hanoï avec les entraîneurs et sportifs tout juste revenus de Malaisie. Et cette performance n’augure que des choses positives pour la suite dans les grandes compétitions internationales. -CVN/VNA/VI