03/12/2018 10:15 GMT+7 Email Print Like 0

La robotique, du travail pour demain

Selon les prévisions, dans les décennies à venir, le pays aura besoin de centaines de milliers d’ingénieurs roboticiens car les applications utilisant les robots seront de plus en plus nombreuses.

Pour Nguyên Quân, ancien ministre des Sciences et des Technologies, président de l’Association de l’automatisation du Vietnam, à ce jour, le pays n’a pas encore suffisamment de ressources humaines dans la robotique. Seules quelques  universités techniques enseignent l’automatisation et ce bien que ce soit le secteur le plus demandé actuellement.

"La robotique comprend non seulement l’automatisation ou les technologies de l’information mais encore l’intelligence artificielle, la mécanique, la fabrication et l’industrie des matériaux", précise M. Quân. Alors que le pays se concentre sur la formation de ressources humaines en technologies de l’information, celles en mécanique et technologies des matériaux sont réduites à la portion congrue. Depuis plusieurs années, déjà, de nombreuses universités ont des difficultés à trouver des candidats souhaitant se former dans ces domaines.  

Le président de l’Association de l’automatisation souligne que les robots industriels sont déjà utilisés au Vietnam mais essentiellement dans les chaînes de production d’entreprises à participation étrangère. Rares sont les sociétés vietnamiennes à s’être engagées sur cette voie.

Par manque de capacité de fabrication dans le pays, tous les robots industriels sont importés. "Actuellement, on parle beaucoup de l’industrie 4.0 et les besoins en ressources humaines dans l’industrie robotique sont importants. Si toutes les industries appliquent l’intelligence artificielle et le robot pour augmenter le rendement et la qualité des produits, l’économie aura besoin de centaines de milliers d’ingénieurs roboticiens. Dans l’avenir, des millions de nouveaux emplois seront créés", présage M. Quân.  
     
De l’emploi et des salaires élevés

Le Docteur Dinh Triêu Duong, chef de la Faculté d’électronique et de télécommunication de l’Université des technologies (Université nationale de Hanoï) estime que beaucoup d’entreprises notamment des grands groupes économiques ont besoin d’ingénieurs automatiques et robotiques. Ces derniers peuvent avoir l’opportunité de travailler dans les chaînes de production industrielle demandant des qualifications en intelligence artificielle et l’automatisation.

"L’emploi, salaires élevés de nombreux diplômés en mécanique et en automatisation souhaitent s’investir dans la fabrication de robot. Pourtant, faute de formation, ils n’ont pas la possibilité d’être immédiatement employable. Après leur recrutement, nous devons les former sur une période de 6 à 10 mois", indique Truong Trong Toai, fondateur de la sarl de fabrication des Robot 3T, une des premières entreprises à fabriquer des robots industriels pour les petites et moyennes entreprises.

Lors du récent colloque sur les technologies robotiques dans l’industrie 4.0, co-organisé récemment par les ministères de l’Industrie et du Commerce, des Sciences et Technologies, le vice-ministre de l’Industrie et du Commerce, Cao Quôc Hung, a reconnu que la robotique était considéré comme un des piliers de l’industrie 4.0 pour des entreprises intelligentes et numériques et de nombreuses applications dans différents domaines de la vie quotidienne.

Au Vietnam, dans les 20 années à venir, le robot sera de plus en plus indispensable pour l’homme. Si aujourd’hui, le robot industriel se développe rapidement,  dans l’avenir, ce seront des robots qui remplaceront les aides ménagères, aides-soignants, employés de musées ou encore enseignants de langues étrangères dans les universités. À ce titre, l’automatisation sera un des six secteurs privilégiés du gouvernement avec l’accent sera mis sur l’industrie robotique.

D’après M. Toai, les compagnies à participation étrangère attirent actuellement  de plus en plus de techniciens qualifiés. De nombreux étudiants en 3e année dans des secteurs divers tels que mécanique, conception, fabrication de machines, automatisation, sont recherchés par les recruteurs. Le salaire dans la robotique est plus élevé que celui d’autres métiers, de l’ordre de 20 millions de dôngs par mois pour un ingénieur. "Les ressources humaines dans ce secteurs sont insuffisantes. Au-delà des emplois dans les entreprises, les jeunes qui ont de bonnes idées, pourraient lancer des start-up dans ce secteur", affirme M. Toai. -CVN/VNA/VI