19/07/2020 10:53 GMT+7 Email Print Like 0

La presse internationale salue l’opération de séparation de soeurs siamoises

L’opération de 12 heures pour séparer deux sœurs siamoises reliées au niveau du bassin au Vietnam, avec la participation de près de 100 médecins, a fait la une des journaux étrangers.

 

Des articles publiés sur mirror.co.uk, thegaltimes.com et dailymail.co.uk ont déclaré que les sœurs siamoises, Truc Nhi et Dieu Nhi, se portaient bien après la délicate opération de séparation.

Ils ont cité le professeur Tran Dong A, 79 ans, disant que les chances que les enfants se rétablissent complètement sont très positives grâce aux techniques chirurgicales et à l’équipement avancés.

Le directeur de l’Hôpital pédiatrique de Hô Chi Minh-Ville, Truong Quang Dinh, a été cité par mirror.co.uk et dailymail.co.uk disant que jusqu’à présent, cela peut être considéré comme une intervention chirurgicale réussie et c’est une première étape réussie.

«Le processus de rétablissement sera difficile et plus difficile pour l’hôpital. Nous nous concentrerons et ferons tout pour que ce soit un grand succès", a-t-il déclaré.

Au cours des trois prochains mois, les filles attendent d’autres opérations, notamment du plastique. Maintenant, leur état de santé est satisfaisant, a rapporté thegaltimes.com.

Reliées au niveau du bassin mais disposant chacune des quatre membres complets, les sœurs siamoises Truc Nhi et Diêu Nhi ont été séparées mercredi 15 juillet par une centaine de médecins venus de l’ensemble du pays dirigés par le directeur de l’Hôpital pédiatrique de Hô Chi Minh-Ville, Truong Quang Dinh.

L’opération a duré plus de douze heures. Après les avoir séparées, les médecins ont restitué pour chacune leurs appareils digestif, urinaire et génital. Les sœurs siamoises ont 13 mois et pèsent 15 kilogrammes, et leur état de santé est stationnaire.

Comme leurs indices de développement sont les mêmes que ceux des enfants en bonne santé, les médecins ont déclaré que la chirurgie était désormais sans danger. Les deux sœurs siamoises seront surveillés jusqu’à leurs 18 ans – VNA/VI