20/06/2018 09:02 GMT+7 Email Print Like 0

La présidente de l’AN à l’écoute des électeurs de Can Tho

La présidente de l'Assemblée nationale Nguyen Thi Kim Ngan a donné aux électeurs de la ville de Can Tho (delta du Mékong) plus de détails sur l’ajournement de l'approbation du projet de loi sur les unités administratives et économiques spéciales et la loi sur la cybersécurité, lors de sa rencontre avec eux le 19 juin.

La rencontre, avec la présence de la délégation parlementaire de la ville de Can Tho, était destinée à informer les électeurs des résultats de la cinquième session de la 14ème législature de l'AN.

Les électeurs ont partagé l'opinion selon laquelle de nombreuses questions socio-économiques nationales avaient été discutées minutieusement lors de la session et ont salué les résultats de la session.

Tout en notant les opinions des électeurs, la présidente Nguyen Thi Kim Ngan a précisé que l’AN avait décidé de reporter l'approbation du projet de loi sur les unités administratives et économiques spéciales afin de disposer de plus de temps pour le compléter.

Les députés ont accepté à l'unanimité de réviser le règlement sur la limite de bail pour la production et les affaires de ce projet de loi pour appliquer la loi foncière actuelle, en ne pas autorisant le bail jusqu'à 99 ans pour des cas spéciaux, a-t-elle dit.


La création des unités administratives et économiques spéciales est la préconisation et la politique du Parti et de l’Etat, et figure également dans la Constitution de 2013 et plusieurs documents juridiques, a-t-elle ajouté, disant que le projet de loi sur les unités administratives et économiques spéciales avait commencé à la mi-2013. Selon elle, la création des zones spéciales a pour objectif de faire de ces zones un moteur dans le développement de l’économie nationale.


Elle a dit que les préoccupations des électeurs à propos du projet de loi étaient justes et que l'AN a besoin de plus de temps pour accueillir les avis des populations afin d'affiner le projet de loi, avant de louer le patriotisme du peuple ainsi que leurs préoccupations sur les questions importantes du pays.

La présidente de l’AN a également souligné que les électeurs peuvent apporter leurs opinions au Parti, à l'État et à l’AN sous diverses formes et ne pas écouter les informations déformées, les amenant à commettre des actes extrémistes, même des infractions à la loi.

"Nous avons fait des sacrifices et passé des dizaines d'années pour mener le Doi Moi (Renouveau) afin d’avoir finalement notre pays d’aujourd’hui de paix, d'indépendance, de réunification et de développement. Nous ne sommes pas si simples à promulguer une loi ou mettre en place une unité spéciale pour rendre le pays difficile ", a-t-elle dit.

En conséquence, la présidente de l'Assemblée nationale a affirmé: "Les dispositions de la loi sur les unités administratives et économiques spéciales seront étudiées et ajustées sur la base de la garantie de la souveraineté et de l'intégrité territoriale ainsi que de la sécurité et de la défense de la zone spéciale et du pays ».


En ce qui concerne la loi sur la cybersécurité récemment adoptée par l’AN, elle a cité un professeur étranger affirmant que le cyberespace est la souveraineté de tous les pays, notant que dans cet "espace virtuel", les actions hostiles sont aussi dangereuses que dans la vie réelle.

Avec le développement robuste de la science et de la technologie, le cyberespace est devenu un facteur indispensable et a joué un rôle important dans la construction d'une société de l'information et le développement d'une économie intellectuelle, a-t-elle déclaré.

La science et la technologie ont été fortement appliquées dans notre pays pour contribuer activement à accélérer l'industrialisation et la modernisation du pays, développer l'économie nationale, améliorer le niveau de vie de la population, promouvoir le droit de maître du peuple et assurer la sécurité nationale, a déclaré Mme Ngan.

L'élaboration de la loi sur la cybersécurité est nécessaire car elle protégera la sécurité nationale, l'ordre social, les droits et les intérêts légitimes des citoyens, des organisations et des individus au Vietnam, et traitera tous les éléments qui enfreignent la loi sur le cyberspace, a-t-elle dit.

La liberté d'expression sur le cyberespace n'est pas régie par cette loi.  "La loi est destinée à traiter les violations sur le cyberespace, pas interdire la liberté d'expression des citoyens", a déclaré la présidente.

Selon la présidente de l'Assemblée nationale, la loi sur la cybersécurité stipule que les agences et organisations étrangères fournissant des services sur le cyberespace doivent archiver au Vietnam les informations personnelles des utilisateurs de services au Vietnam et les données importantes relatives à la sécurité nationale; avoir des bureaux de représentation au Vietnam, conformément à la loi vietnamienne et aux pratiques internationales, ce qui n'est pas contraire aux traités internationaux auxquels le Vietnam a adhéré ni entrave les activités des entreprises.

Selon les statistiques, il y a 18 pays dans le monde, y compris: États-Unis, Canada, Russie, France, Allemagne, Chine, Australie, Indonésie, Grèce, Bulgarie, Danemark, Finlande, Suède, Venezuela, Colombie, Argentine, Brésil exigent le stockage de données dans le pays. Ainsi, la pratique internationale est déjà en place et le Vietnam n'est pas le premier pays à appliquer ce règlement.

En outre, grâce à l'examen des engagements pris dans le cadre de l'OMC, l'Accord général sur le commerce des services (AGCS), l'Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce  (ADPIC); ainsi que sur l’Accord global et progressif de Partenariat transpacifique (CPTPP) ..., qui ont des exceptions à la sécurité, permettant de respecter et de protéger la sécurité nationale au plus haut niveau. Tous ces 18 pays ont rejoint l'OMC. Ainsi, avec la loi sur la cybersécurité, le Vietnam ne viole pas les engagements internationaux.

"Il n'y aura aucune entrave à la circulation des données et des informations pour affecter le fonctionnement normal des agences, des organisations et des entreprises, même les start-ups", a-t-elle également assuré.

Lors de la réunion, la présidente de l’AN a également expliqué les questions des électeurs sur la loi sur la sécurité publique (amendée), la construction d'une force de police de la commune et le développement des infrastructures de communications dans le delta du Mékong. -VNA/VI