17/11/2020 10:24 GMT+7 Email Print Like 0

La fête hindoue des lumières Diwali illumine Hô Chi Minh-Ville

Le Consulat général d’Inde à Hô Chi Minh-Ville (Sud) a organisé dimanche 15 novembre pour la première fois la fête hindoue des lumières Diwali, avec au menu notamment spectacles, défilés de mode et gastronomie indienne.

S’exprimant en ouverture de cet événement, le consul général Mohan Sethi a fait savoir que cette fête annuelle importante de l’Inde célèbre la victoire de la lumière du savoir, de la divinité et de la vie sur l’obscurité du mal et de l’hypocritie.

En particulier, l’édition 2020 donne une occasion à la communauté indienne et aux festivaliers de souhaiter que le monde surmonte la crise du nouveau coronavirus et que les habitants du Centre du Vietnam surmontent les difficultés provoquées par les catastrophes culturelles ces derniers temps.

Le diplomate indien a espéré que cet événement aidera à renforcer la compréhension, à cultiver et développer la solidarité, l’amitié traditionnelle entre le peuple indien et les habitants de la mégapole du Sud.

Diwali, dont le sens est «rangée de lumières» en sanskrit, est l’un des plus grands festivals hindous. En règle générale, les festivités s’étendent sur cinq jours (le nombre en peut cependant varier), chacun d’eux ayant son rôle et sa signification.

Avant tout, la fête des lumières célèbre le retour dans sa capitale, Ayodhya, de Rama avec son épouse Sita, qu’il a reconquise de haute lutte sur le démon Ravana, épisode conté dans l’épopée mythologique de langue sanskrite Ramayana Ramayana.

Diwali est inséparable des lampes diya ou dip, en terre cuite la plupart du temps, mais parfois métalliques, remplies d’huile ou de ghi, beurre clarifié, et brûlent grâce à une mèche, généralement faite de coton. Elle rappelle donc le chemin de lampes fait à Rama par les habitants d’Ayodhya pour éclairer son retour.

Après des siècles de pratique, ce rituel n’a rien perdu de sa dimension spirituelle. Il symbolise l’espoir, l’amitié, la victoire du bien sur le mal et du savoir sur l’ignorance.

Pour les Hindous, il marque la nouvelle année selon le calendrier Vikram et rend hommage à Lakshmi, la déesse de la richesse et de la prospérité. C’est pourquoi il est particulièrement suivi par les entrepreneurs, les hommes d’affaires de tous les secteurs, qui font débuter leur année commerciale à cette date, dans l’espoir de connaître le succès.

Pour les Sikhs, Diwali commémore la libération de leur sixième gourou, Hargobind, qu’ils célèbrent essentiellement à Amritsar (est), où trône le Temple d’Or, l’un des lieux les plus sacré de la communauté. – VNA/VI