01/08/2018 09:30 GMT+7 Email Print Like 0

La coopération Vietnam - Suisse a le vent en poupe

 À l’occasion de la Fête nationale suisse (1er août), Mme l’ambassadeur de Suisse au Vietnam, Beatrice Maser Mallor, a accordé au Courrier du Vietnam un entretien portant sur la coopération entre les deux pays.


Le Vietnam et la Suisse ontcélébré en 2016 le 45e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques. Quelles pourront être, selonvous, les perspectives d’évolution des liens bilatéraux au-delà de cette étape?

Comme vous l’avez mentionné, on a fêté en 2016 les 45 ans de l’établissement des relations bilatérales, qui sont au demeurant excellentes. Bien qu’étant un petit pays niché au sommet des Alpes, la Suisse, du fait de son statut d’hôtesse de plusieurs institutions et réunions internationales, a l’honneur de côtoyer les diplomate svietnamiens, que cela soit dans le cadre des relations entre les deux pays ou au sein des forums mondiaux.

Poursuivant les rencontres officielles, la visite de notre ministre de l’Environnement, des Transports, de l’Énergie et de la Communication au Vietnam début avril 2018 offre déjà une perspective économique et touristique à court et moyen termes avec l’ouverture de lignes directes entre nos deux pays, entraînant l’installation de compagnies aériennes helvètes au Vietnam.

À moindre niveau mais avec un sens tout aussi important, il me paraît clair que les travaux en commun entre les deux ministères de la Justice ainsi qu’entre votre procureur et notre juge fédéral concernant le droit privé et l’application du droit pénal devraient se poursuivre longtemps.

Il s’agit également de la coopération entre le ministère vietnamien du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales et le Secrétariat d’État suisse à l’économie sur les questions de travail à propos de la formation professionnelle, de la sûreté au travail et des conditions de travail.

La coopération économique et commerciale constitue aussi un volet important dans les relations bilatérales. D’après vous, quelles seraient les mesures efficaces pour dynamiser ce partenariat?

Ces liens sont déjà très bons avec d’énormes échanges commerciaux où le Vietnam exporte plus en Suisse. On est très content d’avoir accès aux produits vietnamiens, tels que les produits de la mer, notamment. Et en retour, le Vietnam obtient des médicaments de qualité et quelques transferts de technologies.

On pourra décupler les effets bénéfiques de cette relation avec la conclusion d’un accord de libre-échange que le Vietnam est en train de négocier avec les pays de l’Association européenne de libre-échange (AELE, en anglais European Free Trade Association - EFTA, comprenant Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse).

Avec le Vietnam, nous avons beaucoup de négociations en cours actuellement. À signaler que la Suisse figure en 4e place en termes d’investissements au Vietnam issus d’Europe de l’Ouest et que de nombreuses compagnies suisses y sont présentes, fournissant ainsi au pays des emplois et produits de qualité.

Sur le plan coopératif, cela fait quasiment 30 ans que Berne soutient Hanoï dans ses réformes économiques en apportant expertises et retours d’expériences, notamment s'agissant de l’environnement des affaires ou de la mise en place d’un réseau de PME compétitives sur les rails du développement durable. Nous apportons par ailleurs notre savoir-faire en matière de traitement des eaux et des déchets à des fins d’urbanisme harmonieux dans plusieurs villes vietnamiennes.

Le reste est plutô tlié à la finance publique avec l’aide du Département fédéral des finances de Suisse aux comptes publics vietnamiens ou le travail fait auprès de la Banque d’État du Vietnam pour contribuer à l’édification d’un secteur financier stable et professionnel.

Le tourisme constitue le point d’orgue des relations vietnamo-suisses. Selon vous, quelles sont les perspectives de coopération dans ce secteur?

Le tourisme constitue toujours une opportunité d’entente et de compréhension mutuelle. D’ailleurs,  personnellement,  j’aime beaucoup voyager au Vietnam. Par exemple, j’étais à Sa Pa (province septentrionale de Lào Cai) le week-end dernier et cela m’a évoqué la Suisse avec ses montagnes. Et, même s’il n’y a pas de rizières dans mon pays, cela reste étrangement proche en matière d’ambiance.

De plus, comme je le signalais auparavant, les vols directs entre les deux pays vont clairement doper le tourisme dans les deux sens. Je pense d’ailleurs que le Vietnam devrait profiter de cette manne en incluant la Suisse dans son système de visa électronique et gratuit pour séjour court.

La Suisse accorde-t-elle des soutiens particuliers aux étudiants vietnamiens souhaitant suivre un cursus sur son sol?

La Suisse offre des bourses à des chercheurs et étudiants étrangers. On trouve toutes les informations sur le site web de l’ambassade. Cela concerne les étudiants ayant déjà fini leur thèse (bourse post-doctorale) dans les domaines de la recherche et de l’art.

De plus, il faut se souvenir que plusieurs grandes écoles sont présentes en Suisse et qu’elles peuvent délivrer des certificats prestigieux, par exemple dans la gouvernance publique ou l’administration, comme l’École polytechnique fédérale de Zurich où, récemment, un étudiant vietnamien a obtenu une bourse.

Dans le même sens, on a aussi des organisations internationales, par exemple le Centre de politique de sécurité à Genève (GCSP). Là, on a des étudiants et professionnels vietnamiens qui ont été acceptés pour des cursus de plusieurs mois sur des questions de sécurité internationale, de défense et de diplomatie, notamment. On finance également les coopérations entre universités suisses et vietnamiennes et la tenue de certains cours à Hanoï par des professeurs suisses. Même si cela reste très sélectif car notre budget est limité, des possibilités restent ouvertes pour vos compatriotes étudiants.- CVN/VNA/VI