22/08/2020 10:18 GMT+7 Email Print Like 0

Kim Son, la terre de la vannerie

Situé dans la province de Ninh Binh, à 125km au Sud de Hanoï, le district de Kim Son est connu pour être la terre de la vannerie. Ses produits en souchet sont appréciés pour leur solidité, leur beauté et leur finesse par une clientèle vietnamienne et étrangère exigeante.

Selon les anciens de Kim Son, c’est Nguyên Công Tru (1778-1858), un héros national du début du 19e siècle, qui aurait introduit la culture du souchet et qui aurait appris aux habitants locaux le métier de vannier. Pour les habitants de ce district littoral, le champ de souchets est comme une armée qui les aide à avancer en mer. Un proverbe local dit: «le riz bouscule le souchet, le souchet bouscule la mangrove, la mangrove bouscule la mer». C’est la façon des locaux de conquérir la nature et de s’enrichir sur leur terre. Différentes digues réalisées au cours des deux cents dernières années ont permis au district de Kim Son de gagner 4.000 hectares du terrain sur la mer dont 200 hectares dédiés à la culture du souchet. De nouvelles communes, à savoir Kim Trung, Kim Tiên, Kim Hai, ont ainsi vu le jour sur ce terrain.

Dotés de mains habiles, d’un savoir-faire exceptionnel hérité de plusieurs générations et de souchets de haute qualité, les habitants de Kim Son disposent de tous les éléments pour préserver et développer la vannerie traditionnelle. Doàn Lan, un vieil artisan de Kim Son: «Malgré les hauts et les bas de l’histoire de la vannerie, les habitants de Kim Son entretiennent toujours une passion pour ce métier artisanal ancestral. Nous nous efforçons de diversifier nos produits pour répondre à une demande croissante à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. J’espère que notre métier continuera de se perpétuer au fil des générations».
 
Kim Son, la terre de la vannerie hinh anh 2Des souchets de Kim Son


La culture du souchet ressemble à la riziculture. Outre le travail du sol, le désherbage et le fumage, les paysans doivent savoir maîtriser la salinité des eaux d’irrigation. Cette plante herbacée offre deux récoltes par an qui tombent aux 5e et 10e mois selon le calendrier lunaire.

La vedette de la vannerie de Kim Son est la natte de souchets. La production d’une natte exige une grande minutie depuis le tri des souchets jusqu’au tissage en passant par la brochage et enfin, le séchage. Nguyên Van Chinh, un producteur de Kim Son, explique: «La culture de souchet et la vannerie en général sont un travail pénible avec beaucoup d’étapes. Le séchage des tiges par exemple, il faut les sécher au soleil pour qu’elles soient blanches et brillantes. Parfois, au milieu du repas, il pleut, nous devons nous arrêter pour aller ramasser les tiges…»

Kim Son compte 20 villages de souchets avec 5.000 entreprises et familles engagées dans ce secteur. Ses produits, notamment les nattes de souchets artisanales, approvisionnent le marché d’une vingtaine de pays et territoires à travers le monde.-VOV/VNA/VI