26/08/2018 12:33 GMT+7 Email Print Like 0

Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Ces plus de 15 dernières années, la France, par l’intermédiaire de l’Agence française de développement (AFD), a aidé activement le Vietnam dans le développement des indications géographiques. La conférence "Lancement des produits d’indication géographiques du Vietnam", le 23 août à Hanoï, a permis de faire le bilan de ces réalisations.

Une indication géographique (IG) est un signe permettant d’identifier des produits qui ont une origine géographique précise et possèdent des qualités, une notoriété ou des caractéristiques liées à ce lieu d’origine.

La présentation du livre Chi dân dia ly - Di san thiên nhiên va van hoa Viêt (Indications géographiques - Patrimoines naturels et culturels du Vietnam), de la brochure et de la Fanpage sur l’indication géographique au Vietnam, ont été au cœur de la conférence "Lancement des produits d’indication géographiques du Vietnam". Cet événement s’inscrivait dans le cadre de la foire aux produits d’indications géographiques protégées et de la Semaine des pommes-cannelles de Chi Lang, qui se tient du 22 au 28 août au Centre des expositions et des transactions économiques et commerciales (Hanoï).

"Depuis plus de 15 ans, le Vietnam a déployé  différentes  politiques et mesures concrètes pour faire de l’IG un outil de protection de la production agricole locale, un tremplin de la production en général et un outil d’accès stable et durable au marché. Le Vietnam est très actif et compte plus d’une soixantaine d’IG enregistrées au Département de la propriété intellectuelle (NOIP) relevant du ministère vietnamien des Sciences et Technologies", a informé Yina Bell, une cadre chargée du projet de l’AFD.  

D’après cette experte française, "en France, nous sommes pleinement convaincus de l’importance de l’indication géographique". La protection des IG est importante tant sur le plan économique que culturel. Ils créent de la valeur pour les communautés locales à travers des produits profondément enracinés dans la tradition, la culture et la géographie. "C’est pourquoi, la France croit aux IG et a voulu investir, en 2015, dans le projet d’appui à leur développement au Vietnam", a-t-elle partagé.

Elle a ajouté qu’à la lumière des expériences européennes (dont celles de la France) et d’autres pays asiatiques, des experts français et vietnamiens ont contribué à améliorer le système d’IG au Vietnam en termes d’enregistrement et de gestion afin d’accroître la viabilité des produits au profil des producteurs mais aussi des consommateurs. "Nous sommes réunis aujourd’hui (conférence du 23 août, nldr) pour inaugurer le premier manuel sur la gestion de l’IG au niveau national", a-t-elle indiqué.      

"La France a aidé le Vietnam à enregistrer ses deux premières IG: le nuoc mam (saumure de poisson) de Phu Quôc et le thé shan tuyêt de Môc Châu. L’enregistrement de l’indication géographique, la construction de l’outil de contrôle de la qualité des produits et leur commercialisation sont les trois objectifs de la France dans son projet de soutien au Vietnam", a informé Trinh Van Tuân, chef du Centre d’étude et de développement du système agricole (relevant de l’Institut des sciences agricoles du Vietnam).

"Le Vietnam devrait adhérer à l’Arrangement de Lisbonne (Acte de Genève) concernant la protection des appellations d’origine et leur enregistrement international comme le Cambodge et le Laos l’ont déjà fait, pour pouvoir protéger ses IG automatiquement dans tous les pays membres. Il doit aussi s’assurer que les IG  sont pleinement valorisées sur son  marché, contribuant au dynamisme des régions concernées. Il  pourrait aussi utiliser le tourisme comme vecteur de promotion des produits vietnamiens à l’international", a estimé Estelle Biénabe, experte au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD).-CVN/VNA/VI