01/05/2019 11:30 GMT+7 Email Print Like 0

Hô Chi Minh-Ville se rêve en ville innovante de l’Asie du Sud-Est

Locomotive économique du Vietnam, Hô Chi Minh-Ville veut aujourd’hui devenir la ville innovante de l’Asie du Sud-Est. Pour y parvenir, elle a décidé en 2017 de construire une «cité intelligente».

Cette cité englobe les trois arrondissements de Thu Duc, les 2e et 9e arrondissements. Si elle ne représente que 10% de la superficie de la mégapole du Sud et 10% de sa population, c’est dans cette zone que se réalisent 60% des recherches scientifiques et technologiques de la ville.

Un pôle universitaire pouvant accueillir une centaine de milliers d’étudiants et de professeurs est en cours de construction dans l’arrondissement de Thu Duc. Un pôle financier devrait voir le jour à Thu Thiêm, dans le 2e arrondissement. La municipalité a également sollicité l’avis d’experts pour mettre en place un «écosystème d’innovation» capable d’optimiser l’efficacité des services publics et urbains et de proposer une dynamique entre les collectivités, les entreprises et la population. 

Le docteur Ngô Duc Thanh Son, un Vietnamien résidant aux États-Unis,  plaide pour une connexion entre la future cité innovante et le centre-ville afin de mieux attirer les investisseurs. Il estime qu’il serait aussi judicieux d’utiliser les différentes plateformes de la zone logistique de Cat Lai et de mutualiser ses infrastructures et ses services.

Nguyên Dô Dung, un Vietnamien vivant à Singapour, estime de son côté que la future zone devrait être gérée par une entreprise de la ville. “Cette zone sera une micro-ville créative et ouverte. Ouverte voulant dire accueillante, une zone avec une gouvernance transparente, des données accessibles, une économie fluide. En somme, une zone qui relie le Vietnam au reste du monde”. 

Pour sa part, le professeur Trân Hai Linh, président de l’Association des entrepreneurs vietnamiens en République de Corée estime qu’un comité de consultation présidé par les dirigeants de la ville devrait être rapidement créé. Il réunirait les responsables de services et experts de différents secteurs et serait chargé de mettre en oeuvre, à court, à moyen et à long terme, les objectifs de la ville en termes de mobilité, d’énergie verte, d’infrastructures et en fonction de ses spécificités.

“La municipalité a un rôle décisif à jouer dans ce projet. Elle doit rechercher les  financements et mettre en place tous les dispositifs juridiques permettant de faciliter ce travail. L’implication de toutes les personnes ayant un savoir-faire dans la création d’une ville intelligente, comme par exemple les Vietnamiens résidant à l’étranger, les chercheurs et professeurs d’université est indispensable”, souligne-t-il. 

S’agissant du financement du projet, le secrétaire du comité municipal du Parti communiste vietnamien Nguyên Thiên Nhân explique: “Nous privilégions les partenariats public-privé. L’administration et les entreprises vont travailler ensemble. Le coût du projet sera partiellement supporté par la ville et par les entreprises privées. Aux Pays-Bas par exemple, le financement des infrastructures s’effectue sous forme de partenariat public-privé, c’est très efficace”.

Créer des villes innovantes n’est pas récent dans le monde. Mais cette approche est décisive pour Hô Chi Minh-Ville qui mise sur une croissance rapide et durable à l’heure de l’industrie 4.0. – VOV/VNA/VI