11/11/2021 10:21 GMT+7 Email Print Like 0

Hanoï accueille une nouvelle saison des marguerites Daisy (Astéracées)

Quand l’hiver arrive à Hanoï, les des marguerites Daisy  s'épanouissent. Photo: VNA
Quand l’hiver arrive à Hanoï, les marguerites Daisy (Astéracées) s'épanouissent, parant ci et là la capitale d'une douce teinte blanche d'un grand raffinement. Un moment magique. En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.

Les marguerites Daisy sont une plante herbacée vivace de la famille des Astéracées. C'est une plante à fleur en touffe, à tige érigée, ridée, aux feuilles basales pétiolées, et aux caulinaires engainantes crénelées. La fleur est blanche et possède de 20 à 30 pétales. On les achète en bouquets. En vietnamien, on les surnomme joliment avec un mot qui fait penser à un oiseau: cúc họa mi (marguerite-garrulaxe).

Les marguerites Daisy ne s’ouvrent que de fin novembre à début décembre, pendant quelques semaines. Elles sont appréciées pour leur joli nom de «chrysanthème-rossignol» et leur couleur blanche, particulièrement  élégante. Il existe plusieurs fleurs à Hanoï, mais les habitants de la capitale attendent surtout les fleurs d’échinacée blanche, dont l’éclosion n’a lieu que durant trois semaines.

Les marguerites Daisy sont essentiellement cultivées dans les villages horticoles de Nhât Tân, de Tây Tuu, au marché aux fleurs de Quang Ba, ou encore sur les berges du fleuve Rouge. Pour faire une bonne saison, les horticulteurs doivent semer dès le 5e mois de l’année lunaire et soigner méticuleusement leurs plantes jusqu’au bout du 10e mois. En ouvrant leur porte aux visiteurs afin qu’ils puissent prendre des clichés, les propriétaires de ces jardins s’assurent une source de revenu stable.

Pour les jeunes, un des loisirs préférés du week-end est d'aller se faire photographier au milieu d'un champ de marguerites Daisy, vêtus de ses plus beaux habits. Ces jardins sur les rives du fleuve Rouge attirent souvent beaucoup de visiteurs et de photographes. Chaque personne a sa propre manière de poser au milieu de ces fleurs, qui ne sont en floraison qu'une fois par an. Les marguerites Daisy donnent aux visiteurs l’impression de se perdre dans un espace romantique et enivrant.

Prendre des photos avec des marguerites Daisy est devenu une tendance, en particulier chez les jeunes. Les jardins de fleurs situés sur les berges du fleuve Rouge accueillent souvent entre 500 et 1.000 personnes par jour. Les droits d’entrée varient entre 50.000 et 70.000 dôngs.

On dit que chaque mois à Hanoï est marqué par l'épanouissement d'une fleur particulière, faisant de chaque mois un moment idéal pour prendre des photos mémorables au fil des saisons.

Dans tous les coins de la ville, on trouve des vélos chargés de marguerites Daisy. Les marchands ambulants achètent ces fleurs dans les jardins et les revendent.  Chaque jour, dans les rues Nhât Tân, Tu Liên ou Âu Co de l’arrondissement de Tây Hô où ils sont cultivés, les marchands peuvent en vendre jusqu’à 100 voire 120 bouquets.

Cette année, les fleurs blanches coûtent plus cher que l’an dernier. Un petit bouquet se vend à 80.000 dôngs dans les jardins et 100.000 dôngs dans la rue. Chaque propriétaire de jardin d’échinacée peut gagner facilement entre 60 et 100 millions de dôngs.

À l’après-midi, le long des rues Le Duan, Thanh Nien, Thuy Khue, Nguyen Chi Thanh…, on peut voir une longue file de vélos pleins de marguerites blanches, ce attirant vraiment l'attention des gens.

De nombreux Hanoïens gardent cette habitude d’acheter un bouquet de chrysanthèmes pour décorer leur maison ou leur lieu de travail. Ces petites fleurs blanches évoquent non seulement la pureté mais aussi le raffinement et l’élégance.

Quand ces marguerites Daisy font leur apparition dans la rue avec les marchands ambulants, on sait que l’hiver arrive. Les Hanoïens les appellent d’ailleurs «les fleurs annonçant l’hiver». -VNA/VI