04/11/2020 15:13 GMT+7 Email Print Like 0

Duong Van Tao, un entrepreneur accompli

Il y a encore quelques années, personne dans la province de Trà Vinh (delta du Mékong) ne connaissait Duong Van Tao. Élu en 2019 parmi les meilleurs agriculteurs du Vietnam, il est aujourd’hui connu de tous. Il est l’heureux propriétaire de plusieurs fermes et de nombreux magasins de matériaux de construction.

Au tout début de sa carrière, Duong Van Tao était riziculteur. Estimant que ses revenus étaient insuffisants pour subvenir aux besoins de sa famille, il décide de se lancer parallèlement dans la culture de volvaires volvacées, appelées aussi champignons de paille. Plutôt que de jeter la paille après la récolte du riz, Duong Van Tao décide de l’utiliser pour y cultiver ses champignons. Il se souvient :

 «Avant, je ne savais que cultiver le riz. Avant de me lancer dans une autre activité, je me suis renseigné auprès de mes amis qui avaient réussi dans la culture de champignons de paille. C’est grâce à eux que j’ai appris les différentes techniques me permettant d’exploiter avec succès cette culture».

La culture de volvaires volvacées a été rentable dès les premières années, lui rapportant un bénéfice annuel de 32 millions de dongs (1.200 euros), montant qui a fait rêver beaucoup d’agriculteurs pauvres de Trà Vinh. Profitant des économies réalisées avec les champignons, il décide d’investir dans l’élevage bovin et la culture de cocotiers. Son cheptel d’une quinzaine de bêtes et ses 2.500 m2 de cocotiers lui rapportent 175 millions de dongs (environ 6.600 euros) de bénéfice.

Dopé par cette réussite, Duong Van Tao entreprend d’ouvrir des magasins de matériaux de construction et de meubles. Ce nouveau secteur d’activité se révèle aussi très rentable et très vite il réalise un chiffre d’affaires annuel de 1,3 milliard de dongs (48.000 euros).

Malgré son âge avancé, monsieur Tao est toujours actif. Il y a trois ans, il s’est lancé dans l’élevage de salanganes, ces hirondelles d’Asie du Sud-Est dont le nid fait de leurs propres mucus mucilagineux est un met très apprécié pour ses valeurs thérapeutiques. L’année dernière, il a réalisé un bénéfice de 50 millions de dongs (1850 euros), chiffre qui devrait doubler cette année. Il explique.

 «La persévérance est la clef de la réussite. Évidemment, les échecs sont inévitables dans la vie, mais ils nous permettent d’apprendre  avant de recommencer».

 

Duong Van Tao, un entrepreneur accompli hinh anh 2Duong Van Tao partage ses expériences avec Kim Bêt


En 2019, monsieur Tao a été élu parmi les meilleurs agriculteurs, un prix qui récompensait sa carrière professionnelle et ses contributions actives à la communauté.

Grâce aux prêts qu’il consent sans intérêt aux villageois du hameau de Chom Chuôi, beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui propriétaires et ont un revenu décent. Kim Bêt est l’un deux.

 «Avant, je n’avais ni maison ni revenu fixe. Les 25 millions de dongs (environ 1.000 euros) que l’État m’avait donnés pour construire une petite maison n’étaient pas suffisants. Monsieur Tao a accepté de me prêter de l’argent. Je l’ai remboursé en plusieurs fois en lui donnant entre cinq et dix millions, en fonction de mes capacités financières. En plus, monsieur Tao m’a proposé un emploi stable», dit-il.

Duong Van Tao emploie aujourd’hui une quinzaine de travailleurs locaux moyennant une rémunération mensuelle comprise entre six et huit millions de dongs. Il a aussi donné 270 millions de dongs (10.000 euros) aux plus pauvres de la commune.-VOV/VNA/VI