31/05/2018 09:52 GMT+7 Email Print Like 0

Des conditions favorables pour développer l’élevage aquatique à Kiên Tuong

Bénéficiant d’un approvisionnement en eau douce tout au long de l’année, les communes voisines du chef-lieu de Kiên Tuong, dans la province de Long An (Sud), attirent de plus en plus investisseurs dans l’élevage de poissons d’eau douce, dont le pangasius, considéré comme un produit phare de cette région.


Selon le dernier rapport du Comité populaire du chef-lieu de Kiên Tuong en 2017, la surface totale consacrée à la pisciculture à Kiên Tuong est estimée à 110 ha, soit une hausse de 1,9% en un an, dont les surfaces d’élevage de pangasius totalisent 70 ha (avec une hausse de +1,8%), aux côtés de zones d’élevage de différentes espèces de carpes, channidae ou têtes-de-serpent, tilapia, clariidés etc. Ces régions d’élevage sont réparties dans les communes de Binh Tân, Thanh Tri, Thanh Hung et Tuyên Thanh.



La sarl Dai Dai Thành, l’une des premières entreprises à établir sa région d’élevage de pangasius dans la commune de Thanh Hung en 2014 sur 38 ha de surface, a informé qu’elle projettait d’élargir sa superficie jusqu’à atteindre 100 ha dans les temps à venir. À l’heure actuelle, Dai Dai Thành exporte chaque année près de 15.000 tonnes de pangasius vers les marchés chinois, européen et américain.


Selon Nguyên Huu Tài, responsable des matières premières de la sarl Dai Dai Thành de ladite région, la commune de Thanh Hung dispose de conditions favorables à l’élevage des espèces aquatiques d’eau douce autre que le pangasius, notamment grâce aux politiques d’encouragement tournées vers le développement de la pisciculture et à son réseau de transports routier et fluvial qui communique avec les autres localités.


Grand facteur de motivation pour cette entreprise: le prix du bail de location des infrastructures d’élevage y est beaucoup moins élevé qu’ailleurs. En effet, le chef-lieu de Kiên Tuong n’a été fondé que depuis cinq ans suite à sa séparation du district de Môc Hoa en 2013. "Nous en avons profité et décidé d’installer notre succursale ici grâce aux politiques d’attraction des investisseurs de la région", a indiqué M. Tài. "Nous avons été les premiers à nous installer ici, donc nous avons moins de concurrents en termes de matières premières", a ajouté M. Tài.


Importance de la recherche de nouvelles espèces


Sur le plan de la recherche scientifique et de la sélection d’espèces rares de poissons d’eau douce, le rapport du Service de l’agriculture et du développement rural de la province de Long An nous apprend que la surface totale d’incubation des differentes races de pangasius de la province s’élève à près de 1.100 ha. À lui seul, le Centre d’incubation de larves aquatiques de Dông Thap Muoi, situé à Kiên Tuong, fournit chaque année près de 200 millions de larves de pangasius de haute qualité aux localités de la région.

Selon Hô Thi Thuy Phuong, directrice dudit centre, son centre organise souvent des colloques et des symposiums pour former les éleveurs et diffuser les techniques autant aux particuliers qu’aux entreprises dans le besoin. "Depuis le début de l’année et jusqu’au mois de mai 2018, la demande en larves et en races de pangasius et d’autres espèces aquatiques d’eau douce à Kiên Tuong a augmenté de 16%", a estimé Mme Phuong.

Dans l’avenir, ledit centre souhaite coopérer avec des institutions internationales et des spécialistes en la matière afin de mener davantage de projets plus ambitieux dans la formation et la transmission de techniques au service de l’incubation d’espèces aquatiques d’eau douce.

Conformément au plan d’aménagement des régions en termes de matières premières, Kiên Tuong prévoit d’étendre ses surfaces d’élevage de pangasius à plus de 200 ha dans le but de répondre aux besoins des entreprises locales de production de pangasius destinés à l’exportation. - CVN/VNA/VI