15/04/2020 11:19 GMT+7 Email Print Like 0

Déclaration du Sommet spécial de l’ASEAN sur la maladie à coronavirus 2019

 Le Sommet spécial de l’ASEAN par visioconférence du 14 avril 2020 a publié une déclaration. Voici l’intégralité de la déclaration.

Nous, chefs d’État ou de gouvernement des États membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), avons tenu le Sommet spécial de l’ASEAN par visioconférence le 14 avril 2020. Le Sommet était présidé par le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc, en sa qualité de président de l’ASEAN.

Nous avons exprimé nos graves préoccupations concernant la propagation de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclarée pandémie le 11 mars 2020, et ses effets négatifs sur le bien-être des populations et le développement socio-économique mondial.

Nous avons été profondément attristés par les pertes en vies humaines et les souffrances causées par la pandémie. Nous avons également félicité nos professionnels de la santé, nos travailleurs de la santé et notre personnel de première ligne.

Rappelant la Déclaration du président sur la réponse collective de l’ASEAN à l’épidémie de coronavirus 2019 du 14 février 2020, nous avons réaffirmé notre détermination et notre engagement, dans l’esprit d’une ASEAN cohésive et réactive, à rester unis et à agir conjointement et de manière décisive pour contrôler la propagation de la maladie tout en atténuant son impact négatif sur les moyens de subsistance de nos populations, nos sociétés et nos économies.

Nous avons apprécié les vastes mesures prises par chaque État membre de l’ASEAN et les efforts opportuns du secteur de la santé de l’ASEAN et d’autres organismes sectoriels de l’ASEAN, en collaboration avec les partenaires extérieurs de l’ASEAN et la communauté internationale, pour prévenir, détecter, contrôler et réagir à la propagation du COVID-19 et relever ses défis graves et multidimensionnels.

Reconnaissant notre interconnectivité et nos vulnérabilités face au COVID-19, nous avons souligné l’importance cruciale d’une approche cohérente, multisectorielle, multipartite et de l’ensemble de l’ASEAN pour garantir une réponse opportune et efficace de l’ASEAN à la pandémie.

Nous avons reconnu le rôle important de l’OMS et nous nous sommes engagés à travailler en étroite collaboration avec l’OMS, les organisations compétentes et la communauté internationale pour améliorer notre préparation et notre riposte collectives en cas de pandémie. Nous avons souligné l’intérêt d’un échange d’informations régulier et en temps opportun et du partage des meilleures pratiques entre les États membres de l’ASEAN et avec les partenaires extérieurs de l’ASEAN pour répondre efficacement au COVID-19.

Nous avons appelé à renforcer davantage une Communauté de l’ASEAN de solidarité et de partage dans laquelle les États membres de l’ASEAN s’entraident en cette période difficile.

S’appuyant sur les efforts existants de chaque État membre de l’ASEAN et de la Communauté de l’ASEAN, nous décidons par la présente de:

i) Renforcer davantage les mesures de coopération en matière de santé publique pour contenir la pandémie et protéger les populations, notamment par un échange d’informations opportun et transparent sur la situation en temps réel et les mesures de riposte à la pandémie prises par les États membres, le partage des expériences et des meilleures pratiques en matière de recherche et développement épidémiologiques, de traitement clinique, de recherche et de développement conjoints de vaccins et de médicaments antiviraux, de renforcement des capacités des systèmes de santé publique des États membres de l’ASEAN tout en protégeant et en garantissant la sécurité des agents de santé publique.

À cet égard, nous saluons les efforts visant à renforcer la coopération pratique entre les établissements de défense de l’ASEAN pour organiser des activités de partage d’informations et de meilleures pratiques, et avec nos partenaires externes, au niveau bilatéral ou multilatéral, y compris la tenue d’un exercice de simulation sur les interventions d’urgence en santé publique par le Centre de médecine militaire de l’ASEAN (ACMM); et le Réseau d’experts de la défense chimique, biologique et radiologique de l’ASEAN pour promouvoir la coopération scientifique et renforcer les liens professionnels, comme convenu par les ministres de la Défense de l’ASEAN dans leur Déclaration conjointe sur la coopération en matière de défense contre la flambée de maladie du 19 février 2020.

- Intensifier la coopération pour l’approvisionnement adéquat en médicaments, fournitures et équipements médicaux essentiels, y compris, mais sans s’y limiter, des outils de diagnostic, des équipements de protection individuelle, etc ; et encourager le développement de réserves régionales de fournitures médicales ainsi que l’utilisation des entrepôts de réserve de l’ASEAN pour soutenir les besoins des États membres de l’ASEAN en cas d’urgence de santé publique.

- Renforcer la mise en œuvre du Règlement sanitaire international (RSI) de l’OMS (2005) et envisager de formuler un mode opératoire normalisé (SOP) de l’ASEAN pour les urgences de santé publique.

- Renforcer la préparation et la riposte anti-épidémie nationale et régionale, notamment par la création éventuelle d’un réseau d’experts sur les urgences de santé publique pour les besoins futurs, en renforçant les capacités du réseau existant de réponse aux urgences de l’ASEAN, à savoir le Réseau des centres des opérations d’urgence de l’ASEAN, le Centre d’évaluation et de communication sur les risques de l’ASEAN, le Centre virtuel BioDiaspora de l’ASEAN (ABVC) et le Centre d’assistance humanitaire en matière de gestion des catastrophes de l’ASEAN (Centre AHA) pour les futures urgences de santé publique.

ii) Accorder la priorité au bien-être de nos peuples dans la lutte collective de l’ASEAN contre le COVID-19 et fournir une assistance et un soutien appropriés aux ressortissants des États membres de l’ASEAN touchés par la pandémie dans leurs pays respectifs ou dans des pays tiers.

- Encourager la mise en œuvre effective des lignes directrices de l’ASEAN sur la fourniture d’une assistance urgente par la mission de l’ASEAN dans les pays tiers aux ressortissants des pays membres de l’ASEAN en situations de crise.

(iii) Améliorer la communication publique efficace et transparente impliquant plusieurs formes de médias, y compris des mises à jour en temps opportun des politiques gouvernementales pertinentes, des informations sur la santé et la sécurité publiques, des éclaircissements sur la désinformation et des efforts pour réduire la stigmatisation et la discrimination. Encourager le secteur de l’information de l’ASEAN à renforcer la coopération dans la lutte contre la désinformation et les fausses nouvelles, ainsi qu’à élaborer un ensemble de lignes directrices et une éventuelle plate-forme commune pour faciliter le partage rapide des informations dans l’ASEAN.

iv) Réaffirmons notre engagement à mener une action collective et à coordonner les politiques visant à atténuer l’impact économique et social de la pandémie, à sauvegarder le bien-être des populations et à maintenir la stabilité socio-économique.

- Charger nos ministres et fonctionnaires de mettre en œuvre la Déclaration conjointe des ministres de l’Économie de l’ASEAN sur le renforcement de la résilience économique de l’ASEAN en réponse à l’épidémie de COVID-19 du 10 mars 2020, y compris, entre autres:

Rester déterminés à maintenir les marchés de l’ASEAN ouverts au commerce et aux investissements, et à renforcer la coopération entre les États membres de l’ASEAN ainsi qu’avec les partenaires extérieurs de l’ASEAN en vue d’assurer la sécurité alimentaire, comme l’utilisation de la Réserve de riz d’urgence de l’ASEAN 3 (APTERR), et renforcer la résilience et la durabilité des chaînes d’approvisionnement régionales, en particulier pour les denrées alimentaires, les produits de base, les médicaments, les fournitures médicales et essentielles.

Mettre en œuvre des mesures appropriées pour renforcer la confiance et améliorer la stabilité de l’économie régionale, notamment par des mesures de relance politique, aider les particuliers et les entreprises souffrant de l’impact de COVID-19, en particulier les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) et les groupes vulnérables.

- Coopérer pour assurer le filet de sécurité sociale de nos populations, prévenir les perturbations sociales et l’instabilité résultant des effets négatifs de la pandémie, poursuivre les efforts pour concevoir et mettre en œuvre des systèmes de protection sociale tenant compte des risques et sensibles aux chocs afin de réduire les vulnérabilités des populations à risque et améliorer leur résilience globale.

- Encourager l’élaboration d’un plan de relance post-pandémique pour partager les enseignements tirés, restaurer la connectivité de l’ASEAN, le tourisme, les activités commerciales et sociales normales, prévenir les éventuels ralentissements économiques.

(v) Souligner l’importance d’une approche multipartite, multisectorielle et globale de l’ASEAN pour répondre efficacement au COVID-19 et aux futures urgences de santé publique. Féliciter le rôle actif du Conseil de coordination de l’ASEAN (ACC) et le bon travail du Groupe de travail du Conseil de coordination de l’ASEAN sur les urgences de santé publique (ACCWG-PHE) et d’autres organes sectoriels pertinents de l’ASEAN. Demander à l’ACCWG-PHE d’aider le CAC à servir de plate-forme principale qui coordonne la réponse globale de l’ASEAN aux situations d’urgence de santé publique.

vi) Charger nos ministres de l’Économie et nos hauts fonctionnaires chargés de l’économie d’envisager un arrangement pour préserver la connectivité de la chaîne d’approvisionnement, en particulier entre les États membres de l’ASEAN, qui prévoit que le commerce se poursuive pour assurer la fluidité des produits essentiels, y compris les fournitures médicales, alimentaires et essentielles; garantir que nos infrastructures essentielles pour le commerce et les routes commerciales via les ports aériens, terrestres et maritimes restent ouvertes; et s’abstenir d’imposer des restrictions inutiles à la circulation des fournitures médicales, alimentaires et essentielles, conformément aux droits et obligations découlant des accords couverts par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), de l’Accord sur le commerce des marchandises de l’ASEAN (ATIGA) et des principes du droit international.

(vii) Soutenir la réaffectation des fonds disponibles existants et encourager l’appui technique et financier des partenaires de l’ASEAN pour faciliter la coopération contre le COVID-19, notamment la création proposée du Fonds de réponse au COVID-19 de l’ASEAN.

Nous avons chargé le CAC, soutenu par le ACCWG-PHE, de superviser les efforts coordonnés de l’ASEAN pour répondre au COVID-19 et relever ses défis socio-économiques, faire régulièrement rapport aux dirigeants de l’ASEAN avec des recommandations appropriées pour de nouvelles orientations et instructions. À cet égard, nous appelons tous les organes sectoriels concernés de l’ASEAN à coopérer pleinement et étroitement avec le CAC pour concrétiser les engagements et accords des dirigeants énoncés dans la présente Déclaration.

Nous nous engageons à rester unis et vigilants contre le COVID-19 et nous nous engageons à travailler en étroite collaboration avec l’OMS, les partenaires extérieurs de l’ASEAN et la communauté internationale pour éradiquer la propagation de la pandémie, protéger la vie et les moyens de subsistance des populations, maintenir la stabilité socio-économique tout en préservant l’élan de la construction de la Communauté de l’ASEAN pour le développement durable, la croissance inclusive sans laisser personne de côté. – VNA/VI