10/04/2020 12:18 GMT+7 Email Print Like 0

COVID-19: Quid des activités religieuses au Vietnam?

Le président de la Conférence épiscopale et les évêques du Vietnam ont demandé aux catholiques d’observer scrupuleusement les mesures de lutte contre l’épidémie de Covid-19 décrétées par le gouvernement. La quasi-totalité des paroisses ont suspendu les activités regroupant un grand nombre de participants, en organisant des messes en ligne pour les fidèles et des messes privées pour les dignitaires. Même chose du côté des bouddhistes. Dans l’ensemble du pays, les activités religieuses se déroulent dans un esprit de communion et de responsabilité communautaire.

Communion anti-Covid

Le 25 mars, l’archevêque de Hô Chi Minh-ville a envoyé une lettre à ses fidèles, dans laquelle il exigeait qu’à partir du 26 mars, à 16h, toute activité religieuse communautaire cessât dans les églises et chapelles de l’archidiocèse. D’après Monseigneur Nguyên Nang, c’est une manière, pour les catholiques, de participer au combat national contre le Covid-19. En agissant de la sorte, les catholiques se protègent eux-mêmes, font preuve de fraternité et de responsabilité envers la communauté nationale et la communauté humaine, a-t-il écrit.

Dans un message en date du 28 mars, l’archevêque de Bùi Chu a de son côté expliqué qu’il entendait rester en communion avec le Pape, le Vatican et toute la société vietnamienne pour protéger la santé et la vie de tous.

L’archevêque de Buôn Ma Thuôt s’est montré encore plus précis dans son message du 27 mars à l’intention des 106 paroisses, ordres monastiques et des fidèles de son archidiocèse, lequel englobe les provinces de Dak Nông, Dak Lak et de Binh Phuoc, sur les Hauts-plateaux du Centre. Il a conseillé aux fidèles de rester à la maison et de suspendre les mariages. Pour les funérailles, seule la présence du prêtre et de la famille sera permise, a-t-il précisé. Selon Nghiêm Van Chân, chef du comité religieux de la province de Dak Lak, même si la période avril-mai correspond à la fête de Pâques des chrétiens et à l’anniversaire de Bouddha, les religieux locaux respectent les instructions du gouvernement et se contentent de célébrations en ligne.

“Les églises catholique, évangélique et bouddhique ont demandé aux fidèles de suspendre les célébrations rituelles jusqu’à ce que le gouvernement mette fin à l’état de distanciation sociale. Les catholiques et les protestants ont accepté de célébrer Pâques en ligne. Tous les religieux de notre province participent aux efforts communs pour protéger la santé communautaire”, affirme-t-il.

Responsabilité envers la communauté

Dans l’ensemble du pays, la tendance générale est au respect des instructions du gouvernement. Mais, six paroisses du diocèse de Hà Tinh (Nghia Yên, Tho Ninh, Tràng Dinh, Thuong Binh, Ke Dông et Làng Truông), ont agi autrement. Le week-end dernier, certains prêtres ont organisé des messes réunissant entre 200 et 500 personnes. Après avoir été rappelés à l’ordre par les autorités locales, les catholiques concernés ont pris conscience de la nécessité de suspendre les regroupements susceptibles de faciliter la propagation du virus.

“En temps normal, nous nous réunissons le matin pour célébrer la messe et l’après-midi pour les prières, mais conformément à la directive du Premier ministre sur la distanciation sociale, nous avons changé nos habitudes. Nous avons bien compris que c’était la bonne chose à faire pour chacun et pour tout le monde”, admet l’une des fidèles.

“Distanciation sociale oblige, nous ne célébrerons pas Pâques à l’église mais en ligne. Nous sommes reconnaissants au Parti et au gouvernement, et en particulier au Premier ministre d’avoir promulgué cette directive qui devrait permettre de juguler rapidement l’épidémie”, dit un autre catholique de Hà Tinh.

Certes, suspendre les rassemblements habituels est une décision d’autant plus difficile pour les chrétiens qu’elle survient à l’occasion de la Semaine sainte et de la fête de Pâques. Mais face à l’urgence sanitaire nationale, il y va de leur responsabilité envers toute la communauté. En organisant leurs messes à l’église, les prêtres des six paroisses précitées sont allés à l’encontre de la loi, des recommandations de la Conférence épiscopale du Vietnam, de l’évêque de Hà Tinh, mais aussi des intérêts communs de l’Eglise catholique et de la nation vietnamienne. -VOV/VNA/VI