08/10/2018 11:28 GMT+7 Email Print Like 0

Belles perspectives pour les exportations nationales de riz d'ici la fin de l’année

« Les exportations nationales de riz devraient se renforcer d'ici la fin de l'année », a estimé Tran Van Cong, directeur adjoint de l'Autorité de transformation agroalimentaire et de développement des marchés (Agrotrade), relevant du ministère de l'Agriculture et du Développement rural.

Au cours des neuf premiers mois de l'année, le Vietnam en a expédié 4,9 millions de tonnes pour un chiffre d'affaires de 2,5 milliards de dollars, en hausse de 22% par rapport à la même période de l'année dernière.

« Il s’agit d’un résultat impressionnant, qui s’explique par la mise en œuvre du programme de restructuration du secteur qui se concentre sur le développement de riz de haute qualité et parfumé pour soutenir les exportations vers les marchés exigeants » a déclaré Tran Van Cong.

« Actuellement, jusqu'à 80% des exportations vietnamiennes sont classées comme riz de haute qualité et vendues plus de 500 dollars la tonne » a-t-il ajouté.

Malgré l’imposition soudaine d’un droit de 50% sur les importations de riz à partir de juillet, la Chine demeure le premier importateur de riz vietnamien avec environ 25% du total. Cependant, les entreprises vietnamiennes accroissent leurs exportations vers d’autres marchés comme l’Irak, les Philippines, la Malaisie, la Côte d'Ivoire et les Émirats arabes unis.

En particulier, le nouveau arrêté gouvernemental N°107/2018/ND-CP,  entré en vigueur le 1er octobre, lèvera les difficultés et les obstacles juridiques auxquels les exportateurs vietnamiens sont confrontés pour développer leurs marchés étrangers. Cet arrêté permettra de desserrer les règles en matière de stockage, de traitement du paddy ainsi que de simplifier les procédures douanières, créant des conditions favorables aux PME  d’intensifier leurs exportations vers de grands marchés comme la Chine, l’Europe, l’Afrique, l’Irak, Cuba et les Émirats arabes unis.

Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a prédit de belles perspectives pour les exportations de riz, car la demande devrait augmenter en Chine, aux Philippines, en Indonésie, en Irak et en Afrique. Concrètement, les Philippines ont besoin d’importer de 500.000 à 800.000 tonnes de riz supplémentaires d'ici la fin de l'année pour remplir leurs réserves épuisées et stabiliser le prix sur le marché national. 

Des entreprises chinoises ont récemment travaillé avec des exportateurs du delta du Mékong pour mettre sur pied une coopération. Par ailleurs, l’Indonésie et des pays africains ont également une forte demande d’importation en réponse à la baisse de la production due aux inondations et typhons.

« En outre, à mesure que les entreprises locales réduiront leurs coûts d'exportation, le riz vietnamien gagnera en  compétitivité par rapport à celui cultivé en Inde et en Thaïlande », a noté Tran Van Cong. -VNA/VI