13/12/2020 16:24 GMT+7 Email Print Like 0

Bai Coi, lieu d’interférences culturelles

 

Bai Coi est un ensemble de sites archéologiques situé à Xuân Viên, une commune du district de Nghi Xuân, dans la province centrale de Hà Tinh. Les particularités de ces sites?  Ce sont des cimetières et des lieux de convergence des deux grandes cultures du Vietnam d’il y a plus de 2.000 ans, à savoir celles de Dông Son et de Sa Huynh.

Bai Coi, lieu d’interferences culturelles hinh anh 1Jarre en terre cuite. Photo: VOV


Bai Coi se trouve sur une dune de sable, au pied du mont Hông Linh et en bordure de la rivière La, frontière naturelle entre les provinces de Nghê An et de Hà Tinh. Les archéologues y ont découvert des jarres funéraires à couvercle qui sont le mode d’inhumation typique de la culture de Sa Huynh, mais aussi des tombes creusées en sous sol, typiques quant à elles de la culture de Dong Son. Si les deux types tombaux sont situés dans un ordre tout à fait hasardeux, on trouve dans les premiers des objets qui se rapportent à la culture dongsonienne et dans les seconds, d’autres qui font penser à la culture de Sa Huynh, fait remarquer Trân Phi Công, directeur adjoint du Musée de Hà Tinh.

«Bai Coi et Bai Loi, qui se trouvent à proximité l’une de l’autre, datent respectivement d’il y a 2.500 et 2.000 ans. Les objets qui y ont été découverts montrent que c’était un lieu de convergence entre les cultures de Dông Son et de Sa Huynh», affirme-t-il. «Témoins les jarres en céramique typiques de la culture de Sa Huynh qui comportent des motifs de décoration dongsonienne.»

Bai Coi, lieu d’interferences culturelles hinh anh 2Reconstitution d’une tombe en pleine terre. Photo: VOV

Par rapport aux jarres funéraires typiques de la culture de Sa Huynh découvertes lors des fouilles précédentes effectuées dans les provinces de Quang Nam et de Thua Thiên-Huê, celles de Bai Coi sont plus petites et ont principalement les formes de la pêche ou de l’œuf. Le couvercle est un cône tronqué ou une couverture ronde. Pour ce qui est de la méthode d’enterrement, elle consiste à creuser un trou rond, à y enfouir la jarre funéraire de façon à ce que sa partie supérieure ressorte du sol. Des objets destinés à l’usage dans l’autre monde du défunt sont ensevelis autour de la jarre. Dans certaines de ces jarres, les archéologues ont repéré des traces d’os incinérés, indique Nguyên Manh Thang, archéologue en chef au Musée d’Histoire nationale.

«Les jarres et leurs couvercles en cône tronqué ont bouleversé la conviction des archéologues quant à la délimitation et la répartition des cultures de Dông Son et de Sa Huynh», affirme-t-il. «En effet, suite à notre troisième fouille, nous sommes arrivés à la conclusion que ce sont les populations de la culture de Sa Huynh qui les premières se sont installées à Bai Coi, puis les Dongsoniens leur ont emboîté le pas et se sont inspirés de leur culture».

Les tombes en pleine terre correspondent au type d’inhumation de la culture dongsonienne. À Bai Coi, ces tombes sont plus récentes que les jarres de sépulture. La méthode d’inhumation consiste à ensevelir le corps dans un espace délimité par des morceaux de céramique, autour duquel sont placés des objets destinés à l’usage post-mortem qui ont été volontairement brisés. Les archéologues ont trouvé dans certaines tombes des objets typiques de la culture de Dông Son et d’autres, de la culture de Sa Huynh, comme le rappelle Nguyên Van Doàn, directeur du Musée d’Histoire nationale.

«Pour la première fois, nous avons trouvé dans la province de Hà Tinh des empreintes de la culture de Sa Huynh, ce qui nous amène à conclure que Bai Coi est la zone tampon, une zone d’interférences entre les cultures de Dong Son et de Sa Huynh, qui constituent l’essence même de l’identité culturelle vietnamienne», souligne-t-il.

La première fouille archéologique à Bai Coi a eu lieu en 1974. Deux autres ont été menées depuis. En 2014, le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme l’a reconnu en tant que vestige national. Les objets découverts sont actuellement exposés au Musée d’Histoire nationale à Hanoï. En mai 2021, ils seront présentés au Musée de Hà Tinh. – CVN/VNA/VI