05/09/2021 10:44 GMT+7 Email Print Like 0

Au Vietnam, les élèves reprennent virtuellement le chemin de l’école

La nouvelle année scolaire 2021-2022 approche à grands pas alors que le Vietnam est confronté actuellement à une 4e vague de COVID-19. Des orientations doivent être établies par le secteur éducatif en fonction de la situation sanitaire.

 "Flexibilité" et "adaptation" sont les "mots clés" soulignés par le ministre de l’Éducation et de la Formation, Nguyên Kim Son, en abordant les tâches de la nouvelle année scolaire 2021-2022.

Selon lui, "le secteur de l’éducation doit changer pour s’adapter à l’actuelle situation épidémique, minimiser les dégâts et impacts négatifs, assurer la sécurité dans la lutte contre l’épidémie et les exigences fondamentales de qualité".

Lors d’une récente conférence en ligne pour faire le bilan de l’année scolaire dernière et déterminer les tâches pour la nouvelle, le ministre Nguyên Kim Son a estimé que la nouvelle rentrée se déroulait dans un contexte d’évolution imprévisible du COVID-19. Il est donc nécessaire d’évaluer de manière complète et approfondie la situation épidémique, socio-économique et d’être pleinement conscient des défis.

"Différent d’autres secteurs, une fois que le programme d’enseignement est chamboulé, il faut beaucoup de temps pour le réorganiser. Par conséquent, de gros efforts seront nécessaires pour minimiser les perturbations", a-t-il-remarqué. Avant d’ajouter que "la transition vers une nouvelle normalité pendant la pandémie de COVID-19 dépend de chaque lieu et de chaque contexte. Tous les orientations et ajustements doivent être flexibles pour s’adapter à la crise sanitaire, garantissant la sécurité et la qualité de l’éducation".
 
D’après Nguyên Kim Son, l’enseignement du primaire est le plus touché. À ce cycle, les écoliers rencontreront beaucoup de difficultés dans l’utilisation des outils numériques au service de leurs études en ligne.

De plus, les infrastructures des écoles primaires, notamment dans les régions montagneuses et reculées, sont encore insuffisantes. Par ailleurs, les changements en termes d’emploi des parents, d’habitation, de moyens de subsistance dus à la crise sanitaire augmentent le risque de déscolarisation. Un vrai défi.

Face à ces difficultés, le ministre a demandé de promouvoir le dynamisme et la créativité des enseignants comme des localités. Celles-ci doivent également ajuster leurs mécanismes et politiques en matière d’éducation et préparer les installations conformes aux conditions actuelles.

Nguyên Kim Son a suggéré que les localités devraient mettre en œuvre leur plan de manière souple, efficace et adapté à la réalité. En se basant sur le programme d’enseignement général, le Département de l’enseignement primaire devrait publier les lignes directrices concernant les programmes scolaires principaux pour ce cycle.

Prêts pour une rentrée virtuelle

Cette année, il est difficile pour les écoles dans l’ensemble du pays de tenir simultanément la rentrée en présentiel le 5 septembre comme d’habitude. Les établissements scolaires doivent préparer les scénarios pour une rentrée des classes en présentiel ou en ligne, courte mais significative, avec une bonne atmosphère pour motiver les élèves.

Distanciation sociale oblige, il n’y en a pas un plan concret, a fait savoir un responsable du Service de l’éducation et de la formation de Hanoï. Le Comité populaire municipal va approuver le programme le plus approprié en se basant sur la situation réelle.
 
Ngô Thi Thanh, directrice de l’École primaire de Nam Tu Liêm, à Hanoï, a informé que son établissement préparait deux scénarios. Si la situation épidémique est stable, les élèves pourront se rendre à l’école pour assister directement à la rentrée. Au contraire, une cérémonie sera organisée en ligne. Les élèves, en uniforme, salueront le drapeau et chanteront l’hymne national tandis que l’école diffusera des vidéos au son du tambour…

"Ce sera plus difficile pour les élèves en première classe. Ils ne seront pas accueillis par les enseignants à la porte de l’école comme les années précédentes. Il n’y aura qu’une rencontre en ligne entre les enseignants, les élèves et les parents", a dit Mme Thanh.

De même, le collège-lycée Luong Thê Vinh, à Hanoï, a élaboré deux formules pour sa rentrée scolaire. Sa directrice adjointe Van Liên Na a déclaré que pour celle en présentiel dans le contexte de situation épidémique stable, l’établissement appliquerait rigoureusement les règlements sanitaires en prévention du coronavirus.

Pour la deuxième formule, la rentrée sera organisée en ligne pendant une heure seulement en gardant un caractère solennel et festif. Tous ses élèves, portant l’uniforme, participeront le 5 septembre à cette cérémonie virtuelle avec des rituels : saluer le drapeau, chanter l’hymne national, écouter le tambour d’ouverture... Afin de les encourager, l’école va diffuser une vidéo avec quelques numéros artistiques réalisés par des élèves de différents cycles.

Pour sa part, le Service de l’éducation et de la formation de Dà Nang a informé que de nombreux établissements dans cette ville du Centre avaient été réquisitionnés comme zones de quarantaine, affectant ainsi l’ouverture de la nouvelle année scolaire. Il a donc proposé au Comité populaire municipal de décider du moment où il faut cesser d’accepter les personnes placées en quarantaine aux écoles pour avoir le temps de nettoyer les locaux avant la rentrée.

Pour les autres établissements, à 07h30 le 5 septembre, la rentrée scolaire se fera à distance. En particulier, pour les élèves de première classe, les écoles organiseront une "Semaine pour s’habituer à apprendre". Les enseignants vont choisir les contenus principaux, les connaissances générales et guider les parents dans l’initiation de leurs enfants aux bases de l’étude comme posture, position, tenue du crayon…

Reporter si nécessaire

Face à l’évolution complexe de l’épidémie, le ministère de l’Éducation et de la Formation a chargé les présidents des Comités populaires provinciaux de décider du plan de reprise des cours en fonction de la situation de leurs localités. La rentrée pourra être reportée si nécessaire pour assurer la sécurité des élèves.

Concernant le calendrier de la rentrée scolaire récemment publié, Nguyên Xuân Thành, chef du Département de l’enseignement secondaire (ministère de l’Éducation et de la Formation), a expliqué que chaque année, le ministère publiait un plan pour la nouvelle année scolaire. Il s’agit d’un texte cadre à appliquer dans l’ensemble du pays.

Les délais indiqués comme "au plus tôt" ou "au plus tard" ne signifient pas que toutes les localités doivent commencer et finir une année scolaire le même jour. Les villes et provinces où l’épidémie est encore sous contrôle peuvent suivre le même calendrier scolaire que les années précédentes.

Pour celles qui mettent en œuvre la distanciation sociale, la priorité absolue sera d’assurer la sécurité et la santé des habitants dont les élèves et enseignants. Les présidents des Comités populaires provinciaux décideront de la date du début et de la fin des cours. – CVN/VNA/VI