28/01/2021 09:49 GMT+7 Email Print Like 0

Assurer l'approvisionnement pour le Têt du Buffle

 En plus d'investir dans l'agrandissement de l'exploitation familiale à 3.500 m², le foyer de Cao Van Cuong dans la commune de Nghia Hoàn, district de Tân Ky, se concentre sur l'élevage de poulets "propres" selon le concept de l'agriculture biologique et de la traçabilité. À ce jour, sa famille s'occupe d'un élevage de plus de 5.000 poulets, produisant quotidiennement environ 4.000 œufs, pour un prix de vente de 3.000 dôngs l'unité, soit un revenu moyen de 12 millions de dôngs par jour.

"Nous respectons toujours l’hygiène environnementale dans l’aire d’élevage, afin de limiter les épidémies et d'assurer la qualité de la viande", partage Cao Van Cuong.

Au total, le district de Tân Ky compte, à l’heure actuelle, plus de 43.000 porcs, 52.000 bovidés et 1,7 million de volailles. Afin de pouvoir répondre à la forte demande des consommateurs lors du Têt, il s’est concentré sur la prévention et la lutte contre les épizooties.

Accélérer le rythme de la production

Dans les chefs-lieux de Cua Lo, Hoàng Mai et districts de Diên Châu, Quynh Luu, les villages de métiers traditionnels du littoral, spécialisés dans la fabrication de nuoc mam (saumure de poisson) et de produits aquatiques, ont accéléré le rythme de leur production au service du Nouvel An lunaire 2021.

Le quartier de Nghi Hai, chef-lieu de Cua Lo, comprend une cinquantaine de foyers spécialisés dans la préparation de poissons grillés. Pour compléter l'offre existante, la famille de Truong Nhu Hùng vient d'acquérir une machine sous vide afin de maintenir au mieux la qualité des produits. Les poissons grillés sont non seulement un des aliments délicieux pendant le Têt traditionnel mais considérés aussi comme un cadeau particulier pour l'occasion. "Chaque jour, entre 300 et 400 kg de maquereaux grillés sont consommés. Une quantité doublée voire triplée est prévue à cette occasion", partage Truong Nhu Hùng.

Grâce à une consommation stable, ce métier attire une centaine de travailleurs, à raison d'un salaire quotidien d’environ 400.000 dôngs pour six heures de travail. "À l’approche du Têt traditionnel, je dois travailler dès l’aube afin de répondre aux grosses commandes", informe Lê Thi Xuân, employée de la famille de Truong Nhu Hùng depuis cinq ans.

Priorité à la sécurité sanitaire des aliments 

Dans le district de Nam Dàn, l'établissement de production de mortadelles de viande de veau (giò bê ougiò me) de Duc Tuân vient d’embaucher plus de travailleurs.

Pour avoir un mets délicieux, les ingrédients sont mis à mariner avec des épices pendant de huit à dix heures, puis placés au réfrigérateur à une température de 10°C. Vient ensuite la cuisson à la vapeur. Pour finir, le tout est laissé à refroidir puis placé au congélateur.

En plaçant la santé des consommateurs au premier plan, la sécurité sanitaire des aliments est toujours une priorité absolue dans le processus de production de giò me par la société Duc Tuân. Une norme recommandée par le Service provincial de l’élevage et de la médecine vétérinaire de Nghê An à tous les établissements de produits alimentaires notamment pendant le Têt traditionnel.-CVN/VNA/VI