30/03/2018 17:31 GMT+7 Email Print Like 0

Tà Xùa, au pays des montagnes embrumées

Tà Xùa, Hồng Ngài, Háng Đồng, Hang Chú … des lieux célèbres du district de Bac Yen, province montagneuse de Son La, qui figurent dans l’œuvre « Les époux A Phu » de l’écrivain Tô Hoai. Ces dernières années, ces lieux ont attiré un nombre croissant de routards qui viennent photographier des paysages hivernaux féeriques et les théiers séculaires Shan tuyêt. 
Outre ces trois spécialités, les routards viennent à Tà Xùa pour découvrir la riche culture H’mong, qui a inspiré à l’écrivain To Hoai son poème « Chanson de la montagne »:  « Les sons de l’orgue à bouche résonnent dans la forêt, l’après-midi, racontant l’attente de quelqu’un, …. ».

Dans  ces vallées embrumées, la chose qui frappe en premier les visiteurs, ce sont les vêtements traditionnels des femmes H’mong qui sèchent en plein air et dont les motifs sophistiqués sont inspirés de la chaîne de montagne Hang Dong. 

 

Début février 2018,  le thermomètre est descendu en dessous de zéro. Les crêtes de la chaîne  de Tà Xùa étaient
couvertes de neige. Un phénomène climatique exceptionnel qui a attiré des milliers de curieux. Photo : Nguyên Van Duy 



La commune de Tà Xùa est noyée toute l’année dans les nuages. Photo : Trong Chinh 


Tà Xùa est réputée  pour ses théiers Shan tuyet séculaires, qui donnent un thé d’exception.  Photo : Trong Chinh 


Du 3 au 7 février 2018, au sommet de Tà Xùa, les forêts et montagnes étaient enneigées. En image: un petit H’mong et
ses chèvres dans un décor enneigé et glacial. Photo : Nguyên Van Duy 



Une femme H’mong à Tà Xùa brode son costume de fête. Photo : Trong Chinh 


Une femme H’mong dans son habitation en bois. Photo: Trong Chinh 

Début février 2018, lorsque le thermomètre frôlait zéro degré, la neige est tombée, les forêts et montagnes étaient enneigées. Un panorama fantastique, rare au Vietnam, qui a attiré des milliers de touristes.  Les nuages et brumes envahissant les vallées et les villages, se décomposant avant de renaître, donnent encore plus d’éclats aux costumes colorés des H’mong. 
TLa « fête culturelle des ethnies minoritaires du district de Bac Yen » est  organisée dans la commune de Tà Xùa. Elle revêt  une grande signification pour les H’mong de Bac Yen. Selon  Mua Thi Ca, une jeune fille de cette ethnie minoritaire, qui gère le « homestay » Tra May dans la commune de Tà Xùa, « le jour de la fête, les écoles de la commune donnent un jour de congés aux élèves, considérant cette fête comme une activité extrascolaire à ne pas manquer ».

Lors de la fête 2017 tenue en décembre, à 8h du matin, une mer de nuages recouvrait  la chaîne de Ta Xua. De partout affluaient des gens venus des communes de Hang Chu, Hang Don, Hong Ngai, Hua Nhan, Lang Cheu, Muong Khoa, Pac Nga, Phieng Ban, Phieng Con, Song Pe, Ta Khoa, Xim Vang…. A midi, l’ambiance était plus animée par les jeux folkloriques: lancer de la balle « pao », confection de gâteaux ou d’alcool… Et la fête se déroulait aux sons du fameux orgue à bouche (ken). Jouer de cet instrument, lancer la balle « pao », manger du « thắng cố » (un plat typique des H’mong à base de viscère de cheval)…. autant d’activités indispensables lors de cette fête. 



Song Khung Long, l’une des trois montagnes de la chaîne de Tà Xùa. Photo: Trong Chinh 


 …. attire un grand nombre de touristes chaque jour pour admirer le lever du soleil sur une mer de nuages.
Photo: Trong Chinh 



Les rizières en terrasse s’étendent sur 315 ha dans la commune de Xim Vang, à 14 km de la commune de Tà Xùa. 
Photo: Trong Chinh 



Le lancer de la balle “pao”, un jeu traditionnel des H’mong. Photo: Trong Chinh


De jeunes hommes H’mong pilent de la farine de riz pour confectionner le banh giay (gâteau de riz gluant rond) lors de la
« Fête culturelle des ethnies du district de Bac Yen », organisée dans la commune de Tà Xùa, en décembre 2017.
Photo: Trong Chinh 



Des jeunes filles H’mong choisissent leurs vêtements de fête. Photo: Trong Chinh 


Alcool Hang Chu, viande de porc noir, des spécialités culinaires des H’mong de Tà Xùa. Photo: Trong Chinh 

La chaîne de Tà Xùa, qui culmine à près de 2.000 m d’altitude, est noyée une grande partie de l’année dans les nuages et la brume. Le mont Song Khung Long, de près de 1.600 m d’altitude, est un des lieux préférés des touristiques qui viennent chaque jour y admirer  le lever du soleil au-dessus d’une mer de nuages.

 
Les H’mong sont hospitaliers et dans chaque hameau de Ta Xua on exprime son hospitalité à sa façon: les habitants de la commune de Hang Chu invitent les hôtes à boire de l’alcool, ceux de Xim Vang à prendre des pousses de bambou acides, ceux de Ta Khoa à consommer des poissons grillés. En une journée de fête, l’invité peut déguster toutes les spécialités culinaires de Tà Xùa et Bac Yên…

Bien que  la commune de Ta Xua possède des paysages exceptionnels, elle demeure peu connue… comparé à la célébrissime station de Sa Pa.  Selon Pham Vu Khanh, fondateur du « homestay » Tra May, qui connaît bien cette localité, « la commune de Tà Xùa est comme l’était Sa Pa il y a 30 ans, c’est-à-dire vierge et authentique »./. 


«La commune de Tà Xùa compte plus de 3.000 habitants, pour la plupart d’ethnie H’mong. Les H’mong tiennent à préserver leur identité, aussi bien langue, costumes traditionnels, habits, us et coutumes… Cela  contribue à  développer le tourisme communautaire,  le « homestay », l’agritourisme,… ».

(Lê Van Ky, président du Comité populaire du district de Bac Yen).  

Texte: Thông Thiên – Photos: Trong Chinh –Nguyên Van Duy