21/03/2005 00:00 GMT+7 Email Print Like 0

Le rôle de la femme vietnamienne dans la société ne cesse de s’affirmer

Mme Ha Thi Khiêt, membre du Comité central du PCV, présidente de l’Union des femmes vietnamiennes, présidente du Comité national pour le progrès de la femme vietnamienne, a bien voulu répondre à un journaliste de la revue Vietnam Illustrée .

Ảnh: TTXVN
Mme Ha Thi Khiêt (2e à partir de la gauche), présidente de l’UFV,
rend visite ànbsp;Mme Melba Hernandez, «Héroïne de
la Moncadanbsp;», première présidente du Comité
cubain de solidarité avec
le Vietnam.

Ảnh: Tư liệu
nbsp;Femmes députés à l’Assemblée nationale.

Ảnh: TTXVN
Le Premier ministre malgache accueille la
vice-présidente de la RSV Mme Truong My Hoa.

Ảnh: TTXVN
nbsp;La vice-présidente de la RSV, Nguyên Thi Binh, reçoit Mme Jean Mclean, chef de la délégation des femmes australiennes (2001).

Ảnh: TTXVN
Mme Truong Thi Khuê, vice-présidente de l’UFV, reçoit Marcel Colla, président de la Commis-sion des relations extérieures du Sénat belge, en visite au Vietnam.

Ảnh: Tư liệu
Un grand nombre de femmes travaillent dans
le traitement des produits aquatiques exportés.

Ảnh: Tư liệu
Dans un laboratoire de l’Institut national
d’hygiène et
d’épidémiologie à Hanoi.

Ảnh: Tư liệu
Ecolières de l’école d’enseignement secon
-daire Lê Hông Phong
à Hô Chi Minh-Ville.

Mme Ha Thi Khiêt, membre du Comité central du PCV, présidente de l’Union des femmes vietnamiennes, présidente du Comité national pour le progrès de la femme vietnamienne, a bien voulu répondre à un journaliste de la revue Vietnam Illustrée.

- Voudriez-vous, Madame, nous parler du rôle de la femme vietnamienne dans l’œuvre d’industrialisation et de modernisation du paysnbsp;?

Les femmes vietnamiennes constituent une importante force de travail présente dans toutes les branches et dans tous les domaines d’activités. Lorsque le pays est entré dans sa période d’industrialisation et de modernisation, elles sesont adaptées rapidement au nouveau mécanisme, s’initiant aux nouveaux métiers, enrichissant leur bagage de connaissances, améliorant leur capacité de gestion ou appliquant des technologies de la production avancées. Il est clair que cette force de travail s’accroît dans tous les domaines et dans toutes les branches, y compris dans le secteur économique demandant une haute qualification professsionnelle. La qualité de leur travail montre également une nette amélioration. Bravant les difficultés de la vie, elles travaillent pour éradiquer la famine et réduire la pauvreté, participent activement aux activités sociales, affirmant ainsi leur rôle et leur position dans la famille et la société. En outre, le contingent de cadres féminins augmente sans cesse, tant en nombre qu’en qualité, apportant une importante contribution au travail de direction et de gestion du pays. Dans les organes électifs, le taux de femmes députés à la XIe législature de l’Assemblée nationale (2002-2007) est de 27,31% (augmentation de 1,09%, le plus important en Asie). Le nombre de représentantes dans les conseils populaires à tous les échelons augmente également.

Ces 5 dernières années, le contingent des intellectuelles a progressé en quantité et en qualité. Le taux de femmes professeurs ou professeurs associés est passé respectivement de 5,9 à 7,0%, pour les titulaires d’un doctorat de 12,1 à 14,9%. Dans les instituts de recherche, 6,3% des cadres sont des femmesnbsp;; 10% des sujets d’étude scientifique sont dirigés par elles. Des femmes scientifiques sont auteurs d’ouvrages d’étude pour l’application des progès scientifico-technologiques dans la production ou pour changer la structure économique dans le sens de l’industrialisation et de la modernisation… Les femmes travaillent encore dans les domaines de la santé, de l’environnement, de l’exploitation des énergies nouvelles… Plusieurs d’entre elles ainsi que des collectifs de femmes scientifiquesse sont vues décerner le prix VIFOTEC par l’Union des Associations scientifico-techniques du Vietnam ou le Diplôme du travail novateur par la Confédération générale du Travail.

En dehors de son rôle dans les domaines socio-économque et politique, la femme vietnamienne d’aujourd’hui contribue grandement à la conservation et au développement des valeurs culturelles familiales, à la sauvegarde du caractère national, joue un rôle essentiel dans l’organisation de la vie familiale. Elle est de plus en plus l’égale de l’homme dans l’éducation, dans la protection de la santé, le mariage, dans la jouissance des intérêts sociaux.

- Pourriez-vous mentionner les traits marquants des activités extérieures de l’Union des femmes vietnamiennes (UFV) en 2004 et l’orientation de ses activités pour 2005nbsp;?

Nombreux sont les traits marquants. La diversification des formes d’activités nous permet d’obtenir une haute efficience. Nous avons participé aux forums d’évaluation des 10 années de réalisation du Programme d’action de Pékin (Pékin + 10), assisté aux réunions annuelles de la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF) et au réseau de direction des femmesnbsp; dans l’APEC organisé au Brésil et au Chili. Les relations bilatérales avec les organisations des femmes cubaines, chinoises, laos et cambodgiennes gagnent en profondeur. En particulier, nous avons signé avec les associations des femmes laos et cambodgiennes un accord de coopération pour la paix et la liberté. En 2004, notre organsiation a pris en charge 12 projets étrangers d’une valeur de 242.510 dollars, accueilli 107 délégations étrangères et envoyé plus de 100 délégations à l’étranger pour participer aux activités internationales. Elle joue encore un rôle de noyau au sein de la FDIF comme de la Fédération des femmes de l’ASEAN et participe activement aux activités de l’APEC. A présent, nous entretenons des relations bilatérales ou mutilatérales avec plus de 350 organisations englobant des organisations de femmes, des organisations socio-humanitaires, économiques ou financières, des organisations gouvernementales, intergouvernementales ou non-gouvernementales appartenant à près de 100 pays, ainsi qu’avec des organisations relevant onusiennes, des organisations régionales ou internationales. Et ce nombre s’accroît sans cesse.

Les activités extérieures de l’UFV concernant l’information aident à une meilleure compréhension mutuelle entre les femmes vietnamiennes et la communauté internationale. Nous soutenons la lutte pour la défense de la paix, pour les droits des femmes et de l’enfance. Pour les femmes et enfants des pays exposés aux embargos, aux conflits armés ou aux calamités naturelles comme Cuba, l’Iraq, la Palestine, l’Inde…, nous apportons une aide à la fois morale et matérielle. En même temps, les femmes vietnamiennes ont bénéficié d’une aide efficace de la part des amies dans le monde.

Dans les temps à venir, le Comité exécutif de notre organisation participera à la récapitulation des 10 années de réalisation du Programme d’action de Pékin, au déploiement des activités post-Pékin+10 et à la célébration du 60e anniversaire de la fondation de la FDIF.

Nous sommes persuadées que les activités extérieures de l’UFV impulseront son intégration mondiale ainsi que celle du Vietnam.

Hoang Chuong

nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;

nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;

nbsp;

nbsp;

Articles Déjà publiés