04/06/2005 00:00 GMT+7 Email Print Like 0

La famille vietnamienne Hier et aujourd’hui

La famille est le noyau de la société, la base qui unit la communauté. Faire valoir les grandes valeurs de la culture asiatique traditionnelle dans la conception de la famille et dans la fondation de la famille culturelle est en train de devenir un large mouvement dans la société vietnamienne. nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;

Tư liệu
Une ancienne famille vietnamienne à quatre générations (gravure).

Hoang Quoc Tuan
Joie familiale.

Tư liệu
Bonheur.

La famille est le noyau de la société, la base qui unit la communauté. Faire valoir les grandes valeurs de la culture asiatique traditionnelle dans la conception de la famille et dans la fondation de la "famille culturelle" est en train de devenir un large mouvement dans la société vietnamienne.nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;

La famille vietnamienne d’hier

La famille vietnamienne est issue d’une société agricole saine et bienveillante. La première caractéristique commune à chaque famille est sa formation dans un contexte de production agricole: la culture du riz inondé. Chaque famille est étroitement attachée aux personnes de même parenté et au sol natal, et ce même si les membres sont installés depuis longtemps à la ville.

La famille vietnamienne fait partie de la structure foyer-village-pays. Ce rapport, qui repose sur des fondements solides revêt un caractère philosophique: C'est la substance adhésive, la conscience de la communauté, son trait caractéristique, la forte position millénaire face aux événements, aux fléaux de la nature et aux désastres occasionnés par l’ennemi. Il constitue la force sur laquelle repose la communauté vietnamienne d’aujourd’hui et de demain. C’est pourquoi, les Vietnamiens qui vivent dans le pays ou à l’étranger, sans distinction de religion, de croyance, d’idéologie ou de position sociale, riches ou pauvres, ont leurs pensées constamment tournées vers la famille, les ancêtres, le sol natal. La pratique ancienne du culte des ancêtres consolide la famille traditionnelle vietnamienne. Elle présente un aspect culturel original et sacré qui relie la famille à la communauté.

Les rapports familiaux sont fondés sur les sentiments d’affection. Le principe moral de l’homme est d’être pieux envers ses parents. Cela est conforme au coeur et à la volonté céleste. Les parents aiment leurs enfants lesquels s’aiment les uns les autres, ce qui est également conforme à la volonté du Ciel. De là s’établissent les règles morales. Les sentiments d’affection deviennent des normes à suivre, de sorte que les rapports entre les membres de la famille et de la société se manifestent de façon harmonieuse. Les bons sentiments rendent l’atmosphère familiale intime, renforcent la confiance des enfants qui savent se respecter et sont conscients de leur responsabilité envers leur famille.

Le Vietnam et les pays d’Asie orientale sont influencés par la morale confucéenne: tout le monde doit observer les règles morales et se conduire conformément aux trois liens sociaux (sujet-roi, père-enfants, mari-femme) et aux cinq vertus cardinales, à savoir Humanité, Loyauté, Bienséance, Sagesse, Confiance. Les trois liens sociaux représentent l’ordre social. Ils sont associés aux cinq vertus fondamentales de l’homme lesquelles se rapportent à cinq liens essentiels entre roi et sujet, entre père et enfants, entre frères, entre époux, entre amis. La morale des Orientaux a pour base l’union, le respect des supérieurs et l’indulgence envers les inférieurs, la concorde dans la famille; autrement dit, elle préconise l’édification d’une société paisible, unie, ordonnée et stable.nbsp;

Les membres de la famille traditionnelle vivent dans une communauté très hiérarchisée. L’homme est lié plus ou moins par des liens qui amenuisent son individualité. Il n’est pas disposé à rechercher la liberté, l’égalité, la démocratie... Il se contente de se retirer dans son foyer, refuse les contacts humains, les actions hasardeuses, le progès, le développement.

Le Vietnamien fait grand cas du culte des morts. C’est l’idée de continuation dans sa pensée. Un ménage qui n’a pas d’enfants est un ménage sans postérité. Un pays, une nation, pareil à une famille, doit se perpétuer avec le temps. Le Vietnamien ne vit pas seulement pour lui, pour le présent, mais aussi pour ses enfants, pour l’avenir du pays. C’est là un trait dominant de la culture vietnamienne.

La famille vietnamienne d'aujourd'hui

Dans une conjoncture où le pays est en train de mettre en oeuvre son industrialisation, sa modernisation et son intégration internationale, notre peuple continue à faire valoir les précieuses valeurs culturelles de la famille traditionnelle. A côté des familles à plusieurs générations (grands-parents, parents, enfants, petits-enfants) se forment des "familles noyaux" (parents et enfants) en nombre de plus en plus grand. La structure familiale plus réduite prend un caractère plus dynamique, les deux sexes sont égaux, la grande majorité des enfants sont scolarisés et bénéficient de soins sanitaires. Nous avons constaté tôt que l'économie de marché pourrait conduire la société et la famille à une dégradation morale. C’est pourquoi, il est nécessaire de préserver et faire valoir les belles traditions morales et culturelles de la famille, d’inculquer à chacun le sens des responsabilités envers sa famille et d’adopter un mode de vie conforme à la personnalité de la famille vietnamienne. Les documents officiels de l’Etat précisent: "Elever la responsabilité de la famille dans la formation et l’éducation de ses membres afin que ces derniers suivent un mode de vie culturel et que la famille soit pour eux un véritable foyer et un cellule saine de la société".

Cependant, le mauvais côté du mécanisme de marché, dans une certaine mesure, est en train d’affaiblir la cohésion de la famille. Les rapports entre les membres de la famille ont tendance à se relâcher. Dans plusieurs familles, les gens n’ont l’occassion de se réunir qu’au repas du soir; les échanges de sentiments se raréfient. Dans un certain nombre de cas, l’argent agit sur les sentiments entre parents et enfants, entre frères, entre époux. Autres inconvénients, des enfants de fonctionnaires ou de riches commerçants se livrent à la débauche, font fis de la loi, les cas de divorce, les jeux d’argent, l’usage des stupéfiants se développent de façon inquiétante.

Depuis plusieurs années, une vaste campagne est déclenchée dans tout le pays. Les mouvements «nbsp;Famille culturellenbsp;» et «nbsp;Le peuple tout entier uni pour édifier une vie culturelle dans son quartier résidentielnbsp;» visent à former des familles ayant un mode de vie culturel, à établir des rapports entre la famille et la communauté, entre la famille et l’environnement, entre la famille et la loi…

L’Etat vietnamien a promulgué une série de lois sur les terres, sur le mariage et la famille, sur la succession ainsi que des politiques concernant la population, les frais d’études, les bourses, les frais d’hospitalisation, les politiques vis-à-vis des cadres et travailleurs féminins, des ethnies minoritaires, des invalides de guerre, des vieillards, des familles en difficulté…

La famille joue un rôle très important dans la vie des Vietnamiens qui se proposent de conserver son caractère national tout en s’assimilant de façon créatrice à ce qu’il y a de meilleur dans le monde pour fonder une famille civilisée, progressiste et heureuse.

nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp;nbsp; Texte: Professeur Docteur Phan Khanh

nbsp;

nbsp;

Articles Déjà publiés