28/01/2018 15:05 GMT+7 Email Print Like 0

Une centaine de lettres du siècle dernier exposées à Hanoï

 Des lettres manuscrites de Vietnamiens sont présentées dans le cadre d’une exposition prévue jusqu’au 7 février prochain à Hanoï. Retour vers un passé pas si lointain, où la plume régnait en maître. 


À l’ère numérique, écrire une lettre manuscrite est devenu très surprenant voire désuet. C’était pourtant le moyen d’échange privilégié il y a seulement quelques décennies. Une éternité, diront certains... 

Pour se souvenir d'une époque révolue, une centaine de lettres manuscrites en vietnamien, anglais et français écrites au siècle dernier sont présentées au A Letter Home, sis 20 ruelle 33, rue Tân Âp (arrondissement de Ba Dinh), dans le cadre de l’exposition "Vê môt thoi ngây ngô" (Retour au temps passé). 

"Les lettres manuscrites sont le plus beau moyen de communication entre les humains, a estimé Da Thuong, 30 ans, propriétaire de cette collection. Elles ont un supplément d'âme et d'amour. Elles rapprochent les gens, véhiculent beaucoup de sentiments. Les lettres exposées se sont conservées de génération en génération. De nos jours, certains continuent à écrire des lettres, ce qui me touche". 

"À travers l’exposition, je voudrais partager cette beauté. Les visiteurs pourront se plonger dans l’époque où les lettres ont été écrites, ainsi que dans les mots, le style d’écriture…", a-t-elle souligné. 

Une lettre écrite il y a 103 ans 

Thuong a mis de nombreuses années à rassembler ces manuscrits. "J'ai trouvé des lettres très intéressantes écrites ces 100 dernières années, d’intellectuels ou de personnes lambda", a-t-elle informé. 

La plus ancienne de sa collection a été rédigée il y a 103 ans. Un ouvrier demande une prolongation de délai pour rembourser une dette. 

Les visiteurs peuvent lire des mots de la poètesse Mông Tuyêt (1914-2007), des échanges entre l’éminent lettré Vuong Hông Sên (1902-1996) et des intellectuels vietnamiens et français… 

"Les écrits à la main nous en apprennent beaucoup sur la personnalité de l’auteur", a estimé Vu Quân, 63 ans, un visiteur domicilié dans l’arrondissement de Hoàn Kiêm, à Hanoï. – CVN/VNA/VI