11/05/2016 10:04 GMT+7 Email Print Like 0

Tâches clés du quinquennat 2016-2020 pour assurer la croissance

Stabilisation des fondamentaux macroéconomiques, maintien d’une croissance soutenue, défense de la souveraineté nationale, lutte contre la corruption, les gaspillages et les catastrophes naturelles, la sécheresse et la salinisation... De lourdes tâches pour le nouveau gouvernement.

Le plan de développement socioéconomique pour le quinquennat 2016-2020 du gouvernement a pour objectifs généraux d’assurer la stabilité de l’économie nationale et une croissance supérieure à celle de la période 2010-2015.

En d’autres termes, non seulement la restructuration de l’économie et le changement de modèle de croissance seront poursuivis, mais des actions stratégiques seront prises, en particulier sur le plan de la compétitivité des entreprises et de l’adaptation au changement climatique, au-delà des missions de garantie de la souveraineté nationale, à commencer par l’intégrité du territoire, et de progression du statut du pays sur la scène internationale, qui demeurent.

Pour un nouveau modèle de croissance

Pour atteindre ces objectifs, le Vietnam cible sur la restructuration de son économie et son intégration à l’économie mondiale. «Il faut assurer une concurrence égale et saine entre les entreprises de tous secteurs en vue de l’amélioration de leur compétitivité. Il nous faut aussi une gouvernance effective au niveau des politiques monétaires et fiscales pour maîtriser l’inflation, stabiliser la parité du dông et augmenter les réserves de devises étrangères. Nous devons élargir et diversifier les débouchés à l’export, intensifier le commerce, développer le marché domestique, ainsi que créer un label Vietnam et des marques vietnamiennes», a martelé le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc.

Le Vietnam va accélérer sa restructuration économique et la transition vers le nouveau modèle de croissance défini afin d’élever productivité, valeur ajoutée et compétitivité. «Il est fondamental de passer à un nouveau modèle de croissance, il faut poursuivre la mise en oeuvre du plan global de restructuration économique, mais aussi ceux concernant d’autres domaines. Nous prendrons toutes actions pour accélérer la restructuration de notre industrie, mais aussi, et surtout, de notre agriculture, en étroite association avec l’édification d’une Nouvelle ruralité. Il nous faut faire de notre tourisme un secteur économique de pointe, nous intégrer aux chaînes de production et de fourniture mondiales et, en particulier, développer une économie maritime dans toutes ses constituantes, tout en assurant la souveraineté nationale. Le gouvernement encouragera donc l’investissement dans les filières du pétrole et de la pétrochimie, des réseaux portuaires, de la construction navale, de l’aquaculture et de l’exploitation halieutique, y compris leur logistique, et, bien sûr, le tourisme», a précisé le chef du gouvernement.

Revenu per capita de 3.200-3.500 dollars

La tâche la plus importante fixée par le gouvernement en 2016 est de régler les dégâts causés par les catastrophes naturelles, d’accélérer l’adaptation au changement climatique, de stabiliser la production agricole et, plus largement, les conditions de vie de la population.

Le gouvernement appliquera des mesures d’urgence en matière de prévention et de lutte contre la sécheresse et la salinisation dans les provinces du Centre et du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), et conduira la production rizicole de la campagne été-automne 2016 suivant les ressources en eau disponibles.

Pour la période 2016-2020, le gouvernement ambitionne une croissance moyenne du PIB d’entre 6,5% et 7%, et un PIB per capita de 3.200 à 3.500 dollars. Les tâches clés de cette période s’inscrivent directement dans la Stratégie décennale de développement socioéconomique pour 2011-2020 : parachever l’institution d’une économie socialiste de marché, l’intégrer à l’économie mondiale, développer des ressources humaines qualifiées, en partie par le renouvellement complet de l’éducation nationale et en liaison avec l’application générale du progrès scientifique, doter le pays d’infrastructures complètes, modernes et cohérentes. Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a assuré que la croissance économique serait toutefois la priorité numéro un de son gouvernement, sur fond d’intégration active à l’économie mondiale.

Trân Hoàng Ngân, député de Hô Chi Minh-Ville, est tout à fait en phase avec les déclarations de Nguyên Xuân Phuc. Selon lui, «plus l’intégration internationale avance, plus la concurrence est rude. Il est donc essentiel de nous doter d’un environnement d’affaires plus transparent et plus favorable aux investisseurs». Et d’ajouter : «Mais il faut aussi former des ressources humaines qualifiées et innover dans les technologies. C’est absolument indispensable. Jusqu’à présent, les entreprises vietnamiennes ont peu investi dans le renouvellement de leurs technologies faute de capitaux suffisants. Je demande donc au nouveau gouvernement de leur accorder son soutien afin qu’elles puissent le faire».

L’économie vietnamienne est dynamique, elle le deviendra plus sous peu, compte tenu des 10 accords de libre-échange convenus et de six autres en cours de négociation. Toutefois, au-delà des avantages que les entreprises pourront en retirer, ils apporteront des défis à ces dernières, qu’elles soient du secteur public ou privé, et plus particulièrement à ce dernier qui, même s’il est déjà un moteur de croissance économique pour le pays, n’en reste pas moins fragile encore.

Ces cinq dernières années, le Vietnam a obtenu d’importants acquis en termes de développement socioéconomique. Il n’en demeure pas moins que les cinq années à venir seront parsemées d’embûches. Aussi, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a-t-il décidé de doter le Vietnam d’un véritable gouvernement d’action, capable de le conduire sur la voie du développement durable. -CVN/VNA/VI