04/12/2017 10:57 GMT+7 Email Print Like 0

«Sommes-nous seuls dans l’immensité du cosmos ?»

Les questions autour de l’immensité du cosmos ont figuré au cœur d’une table ronde tenue le 29 novembre à l’Espace – Institut français de Hanoï. En présence d’Alain Doressoundiram, astronome à l’Observatoire de Paris, cet événement, intitulé «Sommes-nous seuls dans l’immensité du cosmos ?», a attiré de nombreux Hanoïens passionné d’astronomie. 


La question si nous sommes seuls dans l’univers s’est posée depuis longtemps et aujourd’hui, avec les télescopes et autres instruments très perfectionnés, les astronomes sont capables de sonder le cosmos depuis leur laboratoire. La table ronde a apporté au public vietnamien des recherches approfondies sur le système solaire de l’astronome français Alain Doressoundiram et du président de l’Association des jeunes astronomes vietnamiens Dang Vu Tuân Son, lesquelles ont donné une vision plus objective sur l’existence de la vie ailleurs dans l’univers. 

Fourniture des infos aux jeunes 

Dans son discours inaugural, le Professeur Chu Hao, directeur de la maison d’éditions de la Connaissance, a présenté un événement important de l’astrologie en 2018 : il s’agit de la 350e année de la création de l’Observatoire de Paris à Meudon. «Spécialisé dans l’astrophysique, M. Doressoundiram focalise ses recherches sur le système solaire. Nous espérons que cette table ronde fournira au jeune public vietnamien des connaissances intéressantes sur un problème auréolé de bien des mystères pour le monde scientifique», a déployé l’animateur de la table ronde. 

Dans sa présentation, Alain Doressoundiram a présenté ses travaux portant sur les petits corpus du système solaire et a cherché à décoder les mystères autour de la question s’il existe une vie ailleurs dans l’univers. 

Partant des première théories sur le système solaire de l’époque de Platon jusqu’au temps modernes, l’intervenant a avancé des découvertes de la science actuelle faisant preuve du constat du philosophe italien Giordano Bruno en 1854, sur l’existence «d’innombrables soleils et d’innombrables terres, toutes tournant autour de leur soleil». Il l’a également illustrée par l’étonnante découverte de la première planète extrasolaire découverte en août 1995 qui porte le nom de 51 Pégase b. 

Les deux intervenants ont aussi répondu aux diverses questions des participants.-CVN/VNA/VI