14/01/2015 10:23 GMT+7 Email Print Like 0

Protection de la civette palmiste d’Owston au Vietnam

Le Centre d’études et de conservation des animaux sauvages, Save Vietnam’s Wildlife, a lancé un programme de protection de la civette palmiste d’Owston, un animal rare au Vietnam. Selon un communiqué du Save Vietnam’s Wildlife (SVW) du 6 janvier, ce programme est une grande opération de communication dont le but est de s’assurer que les civettes capturées ou saisies dans le cadre de trafics soient effectivement remises aux centres de protection. Pour ce, le Centre a, entre autres, envoyé 2.000 calendriers et affiches ayant pour thème cet animal aux Offices des forêts de 63 localités et agences de préservation de la nature du Vietnam. «Ces 12 dernières années, aucune civette n’a été envoyée aux centres de protection des animaux sauvages du pays. La plupart de celles qui sont saisies sont remises en liberté directement, sans précaution, surveillance ni mise en quarantaine, voire, pire, sont vendues à des prix très bas», explique Nguyên Van Thai, directeur du SVW, avant d’ajouter espérer que ce programme suscitera l’attention de tout public, professionnel ou particulier. Réalisé pour une première fois au Vietnam, il a déjà emporté certains succès. La civette palmiste d’Owston, ou Chrotogale owstoni, est l’une des variétés les plus rares de civette au Vietnam. Inscrite sur la Liste rouge mondiale des espèces menacées comme celle du Vietnam, elle est classée parmi les espèces en danger à protéger en urgence. Vivant au sol, elles sont facilement piégées, ce qui est un problème préoccupant car elles sont recherchées non seulement pour leur fourrure, mais aussi pour leur musc qui est utilisé dans la pharmacopée traditionnelle ou non... La civette palmiste d’Owston fait donc l’objet d’un braconnage plus élevé que les autres variétés. Afin d’éviter les risques de disparition totale, 19 civettes palmiste d’Owston sont élevées sous le contrôle du Programme de protection des carnivores et pangolin mis en oeuvre par le SVW en coopération avec le Parc national de Cuc Phuong. Le Centre est ainsi parvenu à se faire reproduire cet animal en captivité : 66 bébés de 14 civettes sauvées de trafics divers et réadaptées à la vie en milieu naturel. -CVN/VNA/VI