27/08/2021 09:59 GMT+7 print

Expositions virtuelles envisagées face au COVID-19

Alors que l’évolution de la pandémie de COVID-19 reste encore très compliquée au Vietnam et dans le monde, nombreuses sont les expositions qui ouvriront leur porte virtuellement.

La peintre Nguyên Thu Thuy raconte avoir envoyé ses œuvres à une exposition il y a presque deux ans. Il s’agit de l’exposition intitulée "Nhiêt dô cua thành phô - chông dich bênh COVID-19", littéralement en français "Les températures de la ville - lutte anti COVID-19", mise en place en Chine.

Assouvir un manque

L’une de ses deux œuvres, Châu A không phai vi rut Corona (L’Asie n’est pas le coronavirus), est inspirée d’un homme asiatique discriminé en France lorsque la crise sanitaire avait commencé à sévir au pays. "À cause de la pandémie, l’exposition a d'abord été mise en ligne, et après, une fois que l’épidémie a été sous contrôle, on a pu accueillir physiquement les visiteurs", indique Nguyên Thu Thuy.

Le sentiment de "manque" d’expositions est non seulement partagé par les artistes, mais aussi par les amateurs d’art. "En temps normal, il y a beaucoup d’activités à Hanoï. Je dois dire que c’est bien triste, surtout pour les adeptes d’art", fait savoir Nguyên Anh Tuân, directeur de création ainsi que fondateur de l’espace d’art indépendant Heritage Space, situé dans la capitale du pays.

Le peintre Luong Xuân Doàn, président de l’Association des beaux-arts du Vietnam, fait part "Toutes les expositions sont reportées voire annulées puisqu’il est interdit de se rassembler. Quant aux expositions virtuelles, il est très facile de les organiser. Notre association n’a toutefois pas encore l’intention de mettre en avant des expositions en ligne. Nous avons une date prévue qui approche pour une exposition à l’échelle régionale, mais nous nous heurtons à l’évaluation et sélection des œuvres à présenter. Il faut un conseil de dizaines de personnes pour cela".

Alors que les activités expositives de l’Association des beaux-arts sont paralysées en raison des mesures de restrictions dans le cadre de la lutte anti-COVID-19, les artistes photographes vietnamiens se préparent pour une exposition virtuelle ainsi qu’un concours de photos international. Ainsi, l’exposition intitulée Nhung khoanh khac tu trai tim, littéralement en français Les moments venant du cœur, reçoit des clichés-candidats jusqu’au 15 février 2022. Les photos attendues doivent porter sur des actes significatifs, le personnel médical en première ligne de la lutte contre la crise sanitaire ou encore les personnes exemplaires dans le combat contre le COVID-19.

Concernant le concours des photos artistiques internationales du Vietnam, l’édition de 2021, Trân Thi Phuong Dông, présidente de l’Association des artistes photographes vietnamiens, a indiqué : "Le jury évalue actuellement les photos reçues dans le cadre du concours. Une +vraie+ exposition est bien sûr ce que nous préférons, mais il est préférable de la faire en ligne, pandémie oblige".

Une alternative, pas plus

Selon la peintre Nguyên Thu Thuy, il y a des expositions en ligne remarquables, comme celles de logos, organisées par l’architecte, peintre Nguyên Tri Phuong Dông. "Il a créé un site web afin de favoriser l’appréciation des œuvres à distance. Le site web contient également des interviews accordées par d’autres peintres. C’est très moderne", commente-t-elle.

Selon le fondateur de l’espace d’art indépendant Heritage Space, nombreuses sont les personnes tentant de mettre en avant des collections en ligne en cette période de pandémie. Aux mois d’avril et mai derniers, des membres de Matca, une initiative indépendante dédiée à la photographie en tant qu’art visuel, en coopération avec l’Espace/l’Institut de français de Hanoï, ont envisagé d’organiser une exposition. Étant donné l'évolution de la pandémie à Hanoï, ainsi que dans le pays, elle a dû se faire virtuellement. "Il s’agit seulement d’une alternative puisque la visite d’une exposition en ligne ne donne pas beaucoup d’impression et de sentiments par rapport à une exposition en directe", insiste-t-il.

Avant d’ajouter que les expositions à distance sont restreintes en termes de vision. "J’ai déjà visité des expositions et musées en ligne. Il y avait des châteaux et l’espace intégral de musées numérisés en trois dimensions. Mais je trouve que c'est encore artificiel. Quand on visite et regarde de très près un tableau, on peut constater les matières avec lesquelles on a créé ce tableau. Mais devant un écran, ces constatations sont plus ou moins limitées", souligne-t-il.

Pour les expositions de photos, il pense la même chose. "Certes on a l’habitude de voir les clichés en ligne et cela favorise les expositions de photos à distance, mais il existe encore des éléments limités. Par exemple, bon nombre de photographes mettent l’accent sur des techniques d’impression haut de gamme ou de chambre noire qui sont difficiles à montrer à travers l’écran. Les points forts de l’art visuel sont affaiblis quand on n’est pas physiquement présent pour l’apprécier", conclut-il.

Malgré une efficacité visuelle et sentimentale discutable, le fondateur de Heritage Space prend pourtant en haute considération l’effet des expositions en ligne. Il a mentionné Lê Thanh Tùng, du nom de scène Crazy Monkey, un artiste visuel domicilié à Hô Chi Minh-Ville. Crazy Monkey, en collaboration avec le compositeur Tri Minh, vient notamment d’effectuer un projet de concert multimédia, du nom Lotus, un travail de conception graphique interactif avec une mise à jour en temps réel des données mondiales du COVID-19.

La performance est accompagnée d'une musique en direct et d'une performance sonore du compositeur Tri Minh.-CVN/VNA/VI