18/09/2019 14:56 GMT+7 print

Trân Ly Ly, une chorégraphe dévouée envers la danse contemporaine vietnamienne

La chorégraphe Trân Ly Ly qui est devenu en 2018 directrice du Théâtre national de l'opéra et du ballet du Vietnam (VNOB), figure ainsi sur la liste de 50 femmes les plus impressionnantes   du Vietnam 2019 dans le domaine de la communication et de la création, élue par le magazine Forbes, pour ses contributions spéciales à la danse contemporaine vietnamienne..

Née en 1978, Ly Ly baigne depuis toute petite dans ce milieu. Son père, l’Enseignant du Peuple Trân Quôc Cuong, est professeur de ballet, puis directeur de l’École de danse du Vietnam. Sa mère est danseuse de ballet, et a su briller aux côtés de l’Artiste du Peuple Kiêu Ngân et de l’Artiste émérite Lê Vân.

À dix ans, elle est inscrite à l’École de danse du Vietnam, qui révèle un don et une passion pour cet art. Après plus de huit ans d’intenses entraînements, elle sort de l’institution avec la mention très bien.

Son dévouement total à son art et sa pugnacité vont finir par payer, et lui faire connaître une première expérience à l’international. Ensuite, à l’âge de 19 ans, elle est partie en Australie pour y faire des études à l’Université des technologies du Queensland (Australie).




La chorégraphe Trân Ly Ly à un point  de  presse. Photo : Trân Thanh Giang


L’Artiste émérite Trân Ly Ly est honorée par le magazine Forbes dans la catégorie Communication-création. Photo : magazine Forbes

«J’ai eu la chance qu’à ce moment-là, l’Australie offrait pour la première fois des bourses à de jeunes danseurs vietnamiens. Je pensais qu’il était très difficile d’en obtenir une, mais ce n’était  pas impossible, explique-t-elle. J’ai pu finalement en décrocher une, et je me suis envolée pour ce pays à l’âge de 19 ans».
 
« Que vous soyez habitant de n’importe quel pays, une fois que vous vous partez à la conquête du monde, vous devez parler dans la langue du lieu où vous êtes. Vous ne devez pas parler en vietnamien et obliger les autres à comprendre votre langage ».
.
La chorégraphe Trân Ly Ly
Elle avait obtenu, lorsqu’elle était au lycée, deux prix nationaux pour les jeunes danseurs de talent respectivement en 1992 et 1994, un exploit que de rares jeunes artistes avaient pu en obtenir.

En 2003, bien qu’elle ait de nombreuses occasions de travailler et réussir en Enrope, Trân Ly Ly était déterminée à retourner au Vietnam, réaliser son rêve de contribuer au développement de la danse contemporaine  dans son pays natal.

Elle a monté des chorégraphies qui peu à peu ont gagné le cœur du public vietnamien. Môt ngày (Un jour), Cuôc sông trong chiêc hôp (La vie dans une boîte) et 7X sont les trois créations qui vont forger sa réputation à l’international et la faire reconnaître comme une des plus remarquables chorégraphes de danse contemporaine au Vietnam.

Sa création « Un jour » a connu un grand succès et a été choisie pour l’événement « Les journées européennes au Vietnam 2006 ». D’autres de ses créations telles que « Zen » et «Yes yes no no » ont aussi eu un écho.

Le VNOB célèbre cette année  son 60e  anniversaire et pour cela, Trân Ly Ly  compte   monter des chorégraphies telles que le ballet Ho Thiên Nga (Lac des cygnes), l’opéra Nguoi Tac Tuong (Sculpteur) et d'autres spectacles./.

 



Trân Ly Ly surveille chaque figure de chaque danseur. Photo : Trân Thanh Giang


Trân Ly Ly échange des opinions avec ses collègues. Photo : Trân Thanh Giang


Trân Ly Ly partage ses expériences avec de jeunes artistes. Photo : Trân Thanh Giang


Trân Ly Ly lors d’une répétition. Photo : Trân Thanh Giang

« Le Vietnam compte de nombreux artistes et professeurs, cependant ceux qui cumulent ces deux fonctions tels que  Trân Ly Ly sont rares. Les sentiments et pensées de Trân Ly Ly sont déchiffrés en danses et en figures. Sous ses yeux, tout le monde est en mouvement et s’il est immobile, cela signifie qu’il va commencer une nouvelle danse…. ».

Le metteur en scène Lê Hoang
 
Texte : Thao Vy – Photos : Tran Thanh Giang et archives