28/12/2018 16:34 GMT+7 print

La lutte traditionnelle ou l'attractivité d'une discipline séculaire

Prenant sa source dans un jeu folklorique traditionnel visant à s’entraîner pour protéger le village, au fil des siècles et malgré les vicissitudes de l'histoire, la lutte traditionnelle du Vietnam  a su conserver tout son cachet, son authenticité..

La particularité qui fait la différence entre la lutte traditionnelle du Vietnam et celles d’autres pays est marquée dès les premiers battements de tambour annonçant les combats.

Quand ces sons retentissent, tout le monde se rassemble pour voir les lutteurs s'affronter. Ces sons résonnent durant toute la compétition. Sur l’aire de combat, il y a toujours un juge qui maintient les roulements de tambour. Ce dernier qui doit être expérimenté pour battre le tambour à des rythmes différents. Les sons se mêlent aux acclamations et applaudissements des spectateurs, créant une ambiance particulièrement animée.



Les lutteurs sont vêtus d'un simple « cache-sexe » formé par une longue ceinture nouée autour de la taille.


Les lutteurs font le culte aux génies du village et ancêtres avant le combat.


Les gestes et mouvements rythmiques des membres dépendent de chaque région, mais les lutteurs doivent toujours
observer des règlements très anciens.



Les juges du 20e Championnat national de lutte des jeunes et des pionniers des ethnies minoritaires font le culte aux
génies du village et ancêtres avant le combat.



Au fil des siècles, la lutte traditionnelle a conservé son cachet et son originalité.


Le juge garde le rythme en battant le tambour et suit le déroulement du combat.


Les lutteurs se mesurent sous la direction et la surveillance de juges.


Les combats sont  rapides et imprévisibles. 


En général, un combat comprend deux rounds de 5 minutes chacun. 


Le lutteur est vaincu quand son adversaire le fait basculer ou le projette.


Les diverses sortes de ceintures en lutte traditionnelle sont souvent exploitées par les lutteurs pour diversifier les techniques d'attaque, de projection etc.


Dans la lutte traditionnelle, il est interdit de porter des coups violents qui sont contraires à l’esprit martial authentique.


Les mouvements uniques et les changements très rapides et imprévisibles d’un combat créent l’attrait de la lutte traditionnelle. 

La compétition commence toujours par le rite de culte des génies du village et des ancêtres. Deux lutteurs aînés et chevronnés font une démonstration lente de cet art martial traditionnel, avec  des mouvements  précis, afin que les spectateurs comprennent mieux la quintessence de cette discipline. Ce rite obligatoire vise à rendre hommage aux génies tutélaires du village et aux ancêtres, ainsi qu’à souhaiter santé, paix et récoltes abondantes, ainsi qu'à encourager les jeunes à s'entraîner physiquement.

Ensuite, c’est le combat entre deux lutteurs torses nus, vêtus d'une sorte de« cache-sexe ». Au son des battements de tambours, les lutteurs dansent puis combattent.

Selon les règlements, le lutteur est vaincu quand son adversaire le fait basculer ou le projette à terre. Le combat est  acharné et change de manière imprévisible. Il est interdit de porter des coups violents qui sont contraires à l’esprit martial authentique.


C’est grâce à la préservation de ces cachets nationaux originaires que ce sport traditionnel a su conserver son identité au fil des siècles./.
 
Texte et photo : Viet Cuong