10/06/2015 09:06 GMT+7 Email Print Like 0

Mer Orientale : le Timor-Leste soutient le COC

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Timor-Leste, Hernani Coelho, s'est déclaré préoccupé le 8 juin par les tensions en Mer Orientale après le renforcement par la Chine de ses constructions sur plusieurs récifs de l'archipel de Truong Sa (Spratly).


Répondant à la question d'un correspondant de la VNA sur la position du gouvernement est-timorais devant les différends territoriaux en Mer Orientale entre la Chine et plusieurs pays d'Asie du Sud-Est, le ministre Hernani Coelho a indiqué que ce problème était très compliqué et demandait la bonne volonté de toutes les parties impliquées.


Selon lui, il est nécessaire de régler tous les différends territoriaux de manière pacifique, conformément au droit international. Il a également appelé les parties concernées à parvenir rapidement à un Code de conduite en Mer Orientale (COC), car il s'agira de la meilleure solution pour traiter les différends territoriaux en mer. Le ministre Hernani Coelho a souligné l'importance du COC qui posera des principes et des directives pour résoudre les différends survenant en Mer Orientale. Il a également affirmé le soutien du COC par son pays, ainsi que l'importance de la promotion d'un environnement pacifique et amical dans cette zone maritime entre l'ASEAN et la Chine afin d'assurer la paix, la stabilité, la croissance économique et la prospérité dans la région.


Concernant les relations bilatérales avec le Vietnam, le ministre est-timorais a constaté les avancées de ces dernières années. Le Timor-Leste importe de plus en plus de produits vietnamiens, dont des produits agricoles. Le Vietnam s'intéresse à la construction d'infrastructures au Timor-Leste. Dans les télécommunications, le groupe vietnamien Viettel développe la marque Telemor dans ce pays, qui est actuellement de plus en plus connue.


Le ministre Hernani Coelho a par ailleurs réaffirmé le souhait de son pays d'adhérer à l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). Il attend actuellement le dernier rapport du groupe de travail sur les conséquences d'une telle adhésion dans l'espoir d'en devenir rapidement un membre. -VNA/VI