13/12/2014 07:46 GMT+7 Email Print Like 0

Mer Orientale : des chercheurs allemands contre les actes chinois

Une bonne quarantaine de chercheurs, d’activistes et des étudiants allemands réunis lors d’un symposium sur le thème " Litiges en Mer Orientale " tenu mardi à Berlin, en Allemagne, ont critiqué les actes de la Chine en Mer Orientale.

Cet événement a été organisé au siège du journal allemand Die Tageszeitung, à Berlin, sous la houlette du Docteur Gerhard Will, ancien spécialiste de l’Institut allemand des sciences et de la politique.

Dans son discours, le Docteur Gerhard Will a affirmé que la communauté internationale dont l’Allemagne a l’intérêt vital dans le maintien de l’environnement de paix et la garantie du transport maritime et aérien en Mer Orientale.

Il a estimé que les récentes évolutions dans cette zone comme l’intensification par la Chine des activités de construction illégale sur les îles à Hoàng Sa (Paracels) et Truong Sa (Spratleys) ainsi que l’installation illégale de la plate-forme de forage Haiyang Shiyou-981 dans la zone économique exclusive du Vietnam, ont attisé la tension dans la région.

Les navires d’escorte chinois ont utilisé des lances haute-pression et délibérément percuté les navires vietnamiens chargés de faire appliquer la loi, en endommageant plusieurs et blessant de nombreux membres d'équipage. Les navires chinois ont encerclé, harcelé et pourchassé les bateaux de pêche vietnamiens, voire blessé et menacé la vie de pêcheurs vietnamiens.

Le Vietnam a fait preuve de retenue maximale et exprimé sa bonne volonté, utilisé tous canaux de dialogue et de contact à différents niveaux avec la Chine pour protester et demander à la Chine de retirer immédiatement sa plate-forme pétrolière et ses navires des eaux vietnamiennes, et de ne pas laisser reproduire d'actes similiaires.
Le Docteur Gerhard Will a également estimé que la création par la Chine d’îles artificielles en Mer Orientale ainsi que la consolidation et l’élargissement de certaines îles comme Ch u Th â p et G a c Ma vont à l’encontre du droit international, violent la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale. La destruction du statu quo de ces îles affectera négativement la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde.

Quant à Andreas Seifert, analyste militaire de l’Association allemande des études militaires Tuebingen, il a qualifié d’absurde la ligne à 9 tronçons de la Chine en Mer Orientale tant sur le plan juridique que sur le plan géographique.

Selon lui, la Chine veut contrôler la réserve abondante en pétrole et en ressources aquatiques de la Mer Orientale mais aussi la position géo-politique stratégique de cette zone maritime sur la carte du transport maritime international.

Andreas Seifert a appelé les pays voisins de la Chine à rester vigilants quant aux tentatives chinoises liées à la ligne à 9 tronçons et aux tactiques d’édification et de consolidation des archipels de Hoàng Sa et Truong Sa du Vietnam.

Plusieurs chercheurs ont estimé que les litiges en Mer Orientale ne peuvent être réglés par les mesures pacifiques, sur la base du respect de la convention des nations unies sur le droit de la mer de 1982. Ils ont appelé la communauté internationale à intervenir plus vigoureusement dans le règlement des litiges dans cette zone.

Jeudi, le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères Lê Hai Binh a déclaré à la presse qu’ "u ne fois de plus, le Vietnam déclare avoir suffisamment de preuves historiques et de bases juridiques pour affirmer sa souveraineté sur les archipels de Hoàng Sa et de Truong Sa, ainsi que ses droits et intérêts légitimes en mer Orientale " .

" Le Vietnam maintient sa position immuable de rejetter catégoriquement les revendications de la Chine sur les archipels de Hoàng Sa, Truong Sa et des eaux limitrophes ainsi que ses prétendus +droits historiques chinois+ à l’égard des eaux, des planchers océaniques à l’intérieur de +la ligne à pointillés+ unilatéralement réclamée par la Chine ", a-t-il conclu. – VNA/VI