25/12/2021 08:58 GMT+7 Email Print Like 0

L'OMS s'engage à accompagner le Vietnam dans la période de « vivre en sécurité avec le COVID-19 »

Le Dr Kidong Park, représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au Vietnam. Photo : OMS
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'engage à maintenir une coordination étroite avec le gouvernement vietnamien dans tous les aspects durant la transition de la période "sans COVID-19" à celle de « vivre en sécurité avec le virus », moment où le COVID-19 ne sera plus considéré comme une pandémie mais une maladie endémique.

Lors d’une interview accordée à l’Agence vietnamienne d’Information (VNA), le Dr Kidong Park, représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au Vietnam, a déclaré que la priorité durant cette période de transition consistait à renforcer la protection des groupes vulnérables et à prendre les mesures nécessaires pour que le système de santé ne devienne pas surchargé.

Parallèlement à la transition vers une phase d'adaptation flexible et sûre au COVID-19, il est nécessaire que le Vietnam continue à renforcer les capacités de son système de santé en continuant à renforcer la couverture vaccinale et la mise en œuvre de mesures préventives dans les établissements de santé au niveau local.

Concernant le soutien de l'OMS à la prévention et au contrôle du COVID-19 au Vietnam, le Dr Kidong Park s’est engagé à continuer de fournir les résultats scientifiques les plus récents pour aider les gouvernements à prendre des décisions.

Le soutien de l'OMS se concentre sur le renforcement des capacités dans tous les domaines techniques, notamment la surveillance, l'évaluation des risques, l'investigation et la riposte aux foyers épidémiques, la communication, les laboratoires (y compris la fourniture de kits de test et de matériel). L'OMS continuera d’assister le ministère de la Santé dans l’évaluation et la mise à jour des dernières directives techniques fondées sur des données probantes, telles que le diagnostic et le traitement du COVID-19, la prévention et le contrôle de l'infection, la protection des agents de santé…

Concernant les recommandations de l'OMS face à la propagation rapide du variant Omicron, le Dr Kidong Park a souligné quatre facteurs, notamment : renforcer la surveillance et les tests pour détecter rapidement les premières infections par le nouveau variant ; intensifier la couverture vaccinale ; améliorer la capacité du système de la santé, notamment des établissements au niveau local ; promouvoir la communication sur les mesures de prévention et de contrôle de l’épidémie. -VNA/VI