01/05/2016 08:50 GMT+7 Email Print Like 0

L’édification des labels nationaux pose problème

L'édification des marques des produits, entreprises et localités est le point initial de celle des labels nationaux.

«L’édification des labels nationaux est aussi la construction d'image d'un pays qui possède des produits, des biens, et des services compétitifs de bonne qualité et d’obtenir la confiance des marchés nationaux et internationaux», a fait savoir le docteur associé Dô Thang Hai, vice-ministre de l’Industrie et du Commerce.

Pourtant, à l’heure actuelle, ce projet rencontre de nombreuses difficultés. La raison principale? Le manque d’expériences des entreprises et des soins venant des services compétents.

Ces problèmes ont fait l’objet d’un débat à l’occasion du Forum intitulé «Marques nationales envers la communication et la communauté», organisé récemment par le Département de la promotion du commerce du ministère de l’Industrie et du Commerce.

En 2003, un programme de promotion du label national est né dans le but d’aider les entreprises nationales à promouvoir leur image. Jusqu’à aujourd’hui, leur nombre a augmenté de 30 en 2008 à 63 en 2014. Mais selon les estimations de nombreux spécialistes, l’identification de ces labels nationaux reste assez floue.

Difficultés des entreprises et localités
«Quand je pars à l’étranger, je constate qu’il n’y a que très peu de marques vietnamiennes célèbres : Pho 24, Vinacafe... Et pourtant il reste à l’heure actuelle de nombreux autres produits de très bonne qualité, mais qui ne sont pas encore reconnus par les consommateurs mondiaux. En effet, de nombreux étrangers ignorent certaines produits phares du Vietnam tels que les poissons tra et basa (pangasius), les produits agricoles... qui se trouvent pourtant dans les supermarchés», a confié Nguyên Quôc Thinh, membre du Comité consultatif du programme de label national.

En fait, de nombreuses entreprises se trompent sur la communication des marques et la publicité autour de leurs produits. «La majorité des entreprises se penchent actuellement principalement sur la publicité et la présentation de leurs produits. Elles ne conçoivent pas encore le sens de la communication des marques. Cette dernière a pour objectif de sensibiliser les consommateurs sur son importance», ajoute Quôc Thinh.

Les conséquences sont nombreuses : les produits vietnamiens sont inférieurs par rapport à ceux en provenance de l’étranger dans le marché intérieur ; ils doivent encore entrer dans les marchés internationaux par les intermédiaires ou sous la forme du façonnage pour les marques étrangers ; les entreprises vietnamiennes sont violées du droit de propriété intellectuelle à cause de la concurrence...

À l’heure actuelle, étant donné que plus de 90% des entreprises au Vietnam sont maintenant des PME, la construction des marques reste assez difficile pour elles. En plus, la plupart d’entre elles se situent dans des localités, et leurs produits y sont aussi inhérents. Donc, la méthode la plus facile et efficace consiste à les aider dans la coopération avec certaines associations, sociétés commerciales locales, et foires internationales pour promouvoir leur image.

Enfin, l’aide des services compétents dans la construction des marques locales joue aussi un rôle important : surveiller et évaluer la situation des activités des entreprises (ses points forts et ses faiblesses, ses opportunités, ses défis...), élaborer des plans stratégiques pour la communication des marques dans le futur... -CVN/VNA/VI