27/05/2015 09:04 GMT+7 Email Print Like 0

Le Vietnam et d’autres pays piratés en dix ans par APT 30

 Un rapport présenté lundi à Hanoi par la firme de sécurité informatique américaine FireEye a fait état d’une opération de piratage informatique menée en dix ans qui aurait touché les nations de l’Asie du Sud-Est, dont le Vietnam.

L’équipe FireEye Labs, basé à Singapour, a examiné les logiciels malveillants visant principalement des entités en Asie du Sud-Est et l’Inde, a-t-elle fait savoir dans son dernier rapport de renseignements sur les menaces " APT 30: La mécanique derrière une longue décennie d’opération de cyber-espionage ".

"Nous découvrons une opération longue d’une décennie axée sur des cibles gouvernementales et commerciales qui détiennent des informations politiques, économiques et militaires clés concernant la région", a-t-elle dévoilé.

Le rapport s’est concentré sur un groupe, du nom de "APT 30", acronyme de "Advanced Persistent Threat", qui aurait volé d’énormes quantités d’informations et qui ciblait constamment l’Asie du Sud-Est et l’Inde au cours de ces dix dernières années.

APT 30 aurait également pris pour cible les médias et les journalistes qui couvrent les sujets relatifs à la région, a indiqué le spécialiste de la lutte contre les cyber-attaques de nouvelle génération.

"Nos enquêtes sur des outils spéciaux - Shipshape, Spaceship et Flashflood - utilisées par APT 30 suggèrent que, alors qu’ils ne sont pas le seul groupe à construire les fonctionnalités d’infecter et de voler des données à partir de réseaux isolés par air gap, ils semblent avoir conçu cette fonctionnalité au début de leurs efforts en 2005", a déclaré FireEye.

"Nous avons analysé plus de 200 échantillons de logiciels malveillants et son logiciel de télécommande avec interface utilisateur graphique (GUI), et nous sommes en mesure d’évaluer la façon dont l’équipe derrière APT 30 travaille", a déclaré FireEye.

"Leurs missions se concentrent sur l’acquisition de données sensibles à partir d’une variété de cibles, qui comprennent éventuellement des réseaux gouvernementaux classifiés et d’autres réseaux inaccessibles à partir d’une connexion Internet standard."

"Les outils d’attaque d’APT 30, tactiques et procédures (TTP) sont restés nettement constantes depuis sa création – ce qui est rare comme les auteurs d’APT les plus aptes ajustent régulièrement leurs TTP pour échapper à la détection", a-t-elle observé.

Après réflexion sur cette découverte, le directeur de la technologie de FireEye en Asie-Pacifique, Bryce Boland a averti sur son blog que les organisations, en particulier en Asie, doivent donner la priorité à la sécurité pour éviter de tomber victimes de crimes en ligne.

"La réalité est que des groupes comme APT 30 ont activement et avec succès volé d’informations sensibles à travers la région, et cette région connaît un des plus hauts niveaux d’attaques ciblées que nous voyons à travers le monde", a-t-il fait remarquer.

"Ce groupe a été en mesure d’opérer avec succès et rester inaperçue pendant de nombreuses années, et n’a pas eu même à changer leur infrastructure d’attaque – un signe clair que leurs victimes ne réalisent pas ce qui se passe", a ajouté le responsable.

Un sondage de Microsoft a fait savoir que plus de 2.500 sites web du Vietnam ont été attaqués par des hackers en 2012. La société Bkav a lui estimé que les pertes matérielles causées par les virus informatiques se sont chiffrées en 2014 à environ 8.500 milliards de dôngs (environ 400 millions de dollars). – VNA/VI