21/03/2015 08:34 GMT+7 Email Print Like 0

Le Vietnam doit innover dans le contrôle de l'hygiène alimentaire

Un colloque de consultation nationale sur les enjeux dans le contrôle de l'hygiène alimentaire au Vietnam a été organisé jeudi à Hanoi par le ministère de l'Agriculture et du Développement rural, en coordination avec l'ambassade du Canada au Vietnam.


Dans son intervention, le vice-ministre de l'Agriculture et du Développement rural Vu Van Tam a souligné que la question de l'hygiène alimentaire était scrutée par l'ensemble de la société en raison de ses impacts sur la santé et le développement socio-économique.


Le secteur agricole a défini l'année 2015 comme l'année de l'hygiène alimentaire et continuera d'y prêter une attention constante dans les années à venir, afin de répondre aux exigences du marché intérieur et des marchés d'exportation, a-t-il ajouté.


Il a également souligné l'importance de l'étude du système de gestion visant à revoir complètement des questions liées à l'hygiène alimentaire.


Selon le directeur du Département de gestion de la qualité des produits agricoles et aquatiques, Nguyen Nhu Tiep, le Vietnam a élaboré un cadre juridique et des politiques en conformité avec l'accord de l'Organisation mondiale du commerce sur l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires, ainsi que les normes, les règlements, et les recommendations du Codex.


Et d'ajouter que l'application du système du contrôle de l'hygiène alimentaire a été assigné entre les trois ministères de l'Agriculture et du Développement rural, de la Santé, et du Commerce et de l'Industrie.


Cependant, Nguyen Nhu Tiep a présenté certains problèmes tels que le retard de l'élaboration des documents législatifs, le manque de connection entre la gestion de la qualité des produits et celle des matières premières et des additifs alimentaires dans les processus de conservation et de production, ainsi que la pénurie en termes de ressources humaines, d'infrastructures et de fonds.


Les trois ministères de l'Agriculture et du Développement rural, de la Santé, et du Commerce et de l'Industrie devraient renforcer leur coordination, mieux exploiter les diverses ressources, édifier un système d'application en conformité avec la situation réelle, en se focalisant notamment sur le règlement des fraudes liées à la sécurité alimentaire, a commenté Mme Lucia Frick, conseillère auprès du ministère canadien des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement.


Au niveau local, elle a également proposé la création d'un système de supervision de la sécurité alimentaire dans les provinces. -VNA/VI