01/02/2016 09:40 GMT+7 Email Print Like 0

Le Vietnam demande aux pays de contribuer au maintien de la paix en Mer Orientale

Le Vietnam a réaffirmé dimanche 31 janvier sa souveraineté sur les archipels de Hoàng Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratleys), exhortant les pays à contribuer au maintien de la paix en Mer Orientale.

"Encore une fois, nous affirmons la souveraineté incontestable du Vietnam sur les archipels de Hoàng Sa et Truong Sa, a déclaré le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères, Lê Hai Binh, en réaction à "l’opération de liberté de navigation" menée samedi 30 janvier par les forces navales américaines dans la zone des 12 milles nautiques de l’île de Tri Tôn, dans l’archipel de Hoàng Sa.

"Pays signataire de la Convention de l’ONU sur le droit de la mer de 1982, le Vietnam respecte le droit de passage inoffensif dans ses eaux, conformément au droit international, a fortiori ladite convention (article 17)", a-t-il souligné.

"Le Vietnam demande à tous les pays de contribuer activement et effectivement au maintien de la paix et de la stabilité en Mer Orientale et de respecter le droit international », a déclaré le porte-parole Lê Hai Binh.

Les États-Unis ont envoyé le navire de guerre américain USS Curtis Wilbur, destroyer multi-rôle lance-missiles croiser à proximité d’une île appartenant à l’archipel de Hoang Sa du Vietnam mais occupée illégalement par la Chine en Mer Orientale, a fait savoir le porte-parole du Pentagone, Mark Wright, cité par l’agence de presse britannique Reuters.

Cette démonstration de force fait suite à plusieurs autres patrouilles du même type dans la région. Déjà, le 27 octobre 2015, un navire lance-missiles américain, le USS Lassen, s’est approché à moins de 12 milles nautiques d’au moins une des îles artificielles que Pékin construit illégalement dans l’archipel de Truong Sa.

L’administration du président américain Barack Obama a affirmé à maintes reprises que les États-Unis voleront, navigueront et opèreront là où le droit international le permet, et que la Mer Orientale n’est pas et ne sera pas une exception. – VNA/VI