20/03/2015 09:12 GMT+7 Email Print Like 0

« Le parfum du lotus »

Une collection d’ao dai (tuniques traditionnelles des Vietnamiennes) du styliste Thieu Vy vient d’être présentée récemment au centre White Palace (à Hô Chi  Minh-Ville), et intitulée « le parfum du lotus ».
Né à Nha Trang, une charmante et paisible ville du Centre Vietnam, Thieu Vy a puisé son inspiration dans l’harmonie qui règne entre l’homme et la nature, inspiration qui se traduit à travers ses collections d’ao dai, à la fois traditionnelles et empreintes de modernité et où figure toujours l’image du lotus.

Avec ses pétales d’un rose pâle doux au toucher et son parfum léger, le lotus est quelque peu représentatif de la femme vietnamienne à la beauté suave et discrète.

Heureux choix qu’a fait Thieu Vy en combinant l’image de cette fleur « nationale » à l’ao dai, costume « national » de la Vietnamienne !
 

 L’idée du styliste Thieu Vy est de faire ressentir l’écoulement du temps à travers ses créations


Le motif de lotus se détache sur l’image de la ville impériale de Hue et du pont Truong Tien


  Créations avec comme motifs la baie de Halong et le Pont-pagode (pont Chua Cau).


Paysages de rizières en terrasses du Nord-Ouest et du sanctuaire de My Son en harmonie avec le motif du lotus


L’image du Palais Doc Lap sur les pans de l’ao dai


Images du port Nha Rong et de l’ancienne ville de Hoi An sur les pans de l’ao dai


Chaque création s’inspire de monuments

Son intention est de faire connaître au public étranger des sites bien connus de son pays. Aussi sur les pans des tuniques, voit-on l’image de la baie d’Halong, ou de la ville impériale de Hue… Certaines constructions couvertes de mousse ou d’une architecture très ancienne, permettent de se faire une idée du Vietnam de jadis…

Pour ses ao dai, Thieu Vy s’est servi de la soie, avec deux couleurs dominantes : le noir et le violet. La soie fait onduler les pans de la tunique à chaque pas des mannequins tandis que les tons sombres font rehausser leur élégance et leur charme.

Le défilé d’ao dai, déroulé sur un fond de musique traditionnelle avec monocorde, flûtes…. a été très applaudi et a prouvé que l’ao dai, traditionnel ou rénové, survivra toujours à travers le temps./.
Texte : Nguyên Oanh – Photos : Lê Minh
Articles Déjà publiés