27/10/2014 10:03 GMT+7 Email Print Like 0

Le "made in Vietnam" garde la cote chez les Vietnamiens

Lancé il y a 5 ans, le mouvement «les Vietnamiens privilégient les marchandises vietnamiennes» a modifié la mentalité et les habitudes des consommateurs vietnamiens.

Plusieurs marques vietnamiennes occupent désormais une part de marché importante, que ce soit dans les grandes surfaces commerciales ou sur les marchés. Ce programme a aussi encouragé les entreprises à améliorer la qualité et la compétitivité de leurs produits.

92% des consommateurs vietnamiens ont répondu favorablement au mouvement «les Vietnamiens privilégient les marchandises vietnamiennes». Ce taux était de 23% en 2009. Selon une enquête réalisée par l’Institut d’études sur les opinions sociales, relevant de la Commission centrale de propagande et d’éducation, 80% d’entre eux privilégient les textiles, les chaussures et le cuir vietnamiens et 58%, les denrées alimentaires, les fruits et légumes.

Nguyên Mai Liên, une ménagère de Hanoi, a confié: « Je trouve que les marchandises vietnamiennes sont de bonne qualité. Je soutiens la consommation des produits vietnamiens. Mes collègues, mes amis et moi-même achetons les vêtements, les denrées alimentaires et les articles de consommation fabriqués dans le pays. Notre comportement permet de développer l’économie nationale».

S’il y a encore quelques années, les marchandises vietnamiennes étaient peu présentes dans les supermarchés, les magasins ou sur les marchés, elles occupent aujourd’hui entre 80-90% des étales. En l’espace de 5 ans, quelque 2.000 opérations commerciales ont été organisées dans les zones rurales, 53.000 entreprises et plus de 3 millions de visiteurs ont répondu présents.

To Hoài Nam, vice-président et secrétaire général de l’Association des petites et moyennes entreprises du Vietnam a estimé que les effets de ce mouvement sur la société sont très positifs : «Les entreprises vietnamiennes ont retrouvé le marché des consommateurs vietnamiens car les Vietnamiens achètent de nouveau des produits nationaux. C’est un effet positif de ce mouvement».

Mais pour retenir les consommateurs, il est important d’améliorer la qualité et la compétitivité des produits. Nguyên Quôc Cuong, président de l’Association des agriculteurs du Vietnam a déclaré: « Il est impossible de mobiliser les Vietnamiens à acheter vietnamien si pour une même famille d’article et pour un prix similaire, la qualité des produits vietnamiens est inférieure à celle des produits importés. Il faut donc améliorer le niveau des producteurs nationaux de telle sorte qu’ils obtiennent la préférence des consommateurs vietnamiens et concurrencent les sociétés étrangères».

Lors de la récente conférence-bilan, qui s’est tenue à Hanoi, sur les 5 ans d’application de ce programme, les délégués ont demandé aux entreprises et localités de créer des réseaux de distribution destinés à acheminer les marchandises vietnamiennes vers les milieux ruraux, montagneux et reculés.

Hô Thi Kim Thoa, vice-ministre de l’Industrie et du Commerce, a souligné: «Dans un proche avenir, nous nous attacherons à mettre en place des politiques et dispositifs pour créer des conditions favorables aux entreprises. Nous mettrons aussi l’accent sur la promotion commerciale, sur la connexion entre les consommateurs, les réseaux de distribution et les producteurs tout en améliorant la formation des managers commerciaux, en intensifiant les contrôles du marché, en luttant contre les fraudes commerciales, la contrefaçon et la contrebande afin de parvenir à une concurrence plus saine et transparente».

Selon les objectifs fixés par le mouvement, 90% des communes montagneuses et reculées doivent disposer, en 2020, de magasins de marchandises vietnamiennes. Les entreprises vietnamiennes n’ont pas d’autre choix : elles doivent à tout prix améliorer la qualité et la compétitivité de leurs produits pour qu’ils soient le premier choix des Vietnamiens. – VOV/VNA /VI