25/11/2019 09:43 GMT+7 Email Print Like 0

Le Centre d’expertise de l’ADN, le lieu qui rend leur nom aux soldats martyrs

Le Vietnam a passé de longues années atroces de guerre et à l’heure actuelle, en cette  période de paix,  de nombreux soldats vietnamiens tombés au champ de bataille pour la Patrie demeurent anonymes.  
L’expertise de l’ADN (ou acide désoxyribonucléique) sur les restes des Morts pour la Patrie  devient un travail nécessaire et urgent, un acte de reconnaissance envers ceux qui se sont sacrifiés pour la liberté et l'indépendance du pays.

Chaque jour, des restes de Morts pour la Patrie sont envoyés de tous les coins du pays au Centre d’expertise de l’ADN relevant de l’institut de biotechnologies de  l’Institut des Sciences et Technologies du Vietnam.

Ce centre a réussi à créer un processus de technologies d’analyse de l’ADN, assurant une capacité d’analyse annelle des restes de 4.000 soldats. Doté d’un personnel de près de 50 personnes, avec parmi eux des Sud-Coréens, ce centre joue un rôle de pointe dans l’analyse de l’ADN en matière pénale et génétique individuelle.


Les locaux du Centre d’expertise de l’ADN. Photo : archive


Un expert allemand  aide à faire fonctionner les équipements. Photo : archive


Les équipements d’identification génétique Ion PGM. Photo : archive


Stage auprès de la Commission internationale pour les personnes disparues (ICMP) en  Bosnie-Herzégovine


Le Centre d’expertise de l’ADN se compose de 10 labos, installés dans le parc de recherche et de technologies de Co Nhue (Hanoï). Photo : Viêt Cuong


L’analyse de l’ADN sur des restes humains décomposés depuis des années est le travail le plus difficile. Photo : Viêt Cuong


Extraction de l’ADN à partir de l’échantillon de restes. Photo : archive


Analyse du sang des proches d’un martyr. Photo : archive


Machine servant à extraire de l’ADN. Photo : archive


Analyse des échantillons. Photo : Viêt Cuong


Des employés du Centre d’expertise de l’ADN au travail. Photo : Viêt Cuong

Le Vietnam compte environ 500.000  Morts pour la Patrie pas encore identifiées, dont 300.000  disséminés dans les anciens champs de bataille du Sud, du Laos et du Cambodge; et les 300.000  autres; enterrés dans des cimetières de Morts pour la Patrie, mais pas encore identifiés.

Le Centre d’expertise de l’ADN abrite 10 labos qui se chargent chacune de différentes  tâches: traitement  des restes des morts et de leurs proches, archives d’échantillons, expertise… Il  est munit d’équipements modernes qui lui permet d’atteindre le niveau d’expertise des pays développés.

Le centre a envoyé en  Bosnie-Herzégovine et en Allemagne ses six meilleurs experts pour faire des stages auprès de la Commission internationale pour les personnes disparues (ICMP). Tout les employés  chargés de l’expertise ont participé à des formations, d’une durée de 2 années chacune, animées  par des experts américains.

L’Institut a expertisé  de 2000 à 2011 les restes de   près de 800  Morts pour la Patrie. Chaque année, l’Institut a pu identifier 400 martyrs, avec des frais d’expertise gratuits./.


En 2015, le Premier ministre a décidé de faire de l’expertise de l’ADN l’une des démarches obligatoires pour identifier les Morts pour la Patrie. Le Centre d’expertise de l’ADN de l’Institut des biotechnologies relevant de l’Académie des Sciences et   Technologies du Vietnam,  est l’un des trois établissements bénéficiant d’un investissement de plus de 200 milliards de dongs pour assurer une capacité d’expertise annuelle de 4.000 échantillons de restes.

Texte: Bich Vân –Photos: Viêt Cuong et archives

Articles Déjà publiés