28/05/2016 09:17 GMT+7 Email Print Like 0

La délicate émergence du tourisme dans le Nord-Ouest

 La région de Tây Bac (le Nord-Ouest) rencontre encore des difficultés à attirer des touristes, et ce malgré des atouts indéniables. D’ici 2020, les autorités locales espèrent atteindre plus de 16 millions de voyageurs, mais au dépend d’investissements conséquents et d’une nouvelle politique d’offres mieux adaptés aux attentes.


Des maisons sur pilotis centenaires, dans un village situé dans la province de Son La (Nord-Ouest). Photo : Diêu Chinh Toi/VNA
Avec sa beauté spectaculaire de forêts et de montagnes, le Nord-Ouest du Vietnam est un lieu unique, mêlant de nombreuses cultures et les minorités ethniques. Avec deux frontières communes avec le Laos et la Chine, cette région nature et attrayante est idéale pour le tourisme. Mais gros bémol, ce dernier n’a pas su se développer à la hauteur de son formidable potentiel.


Selon les chiffres du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, la région a accueilli en 2015 près de 8,9 millions de touristes, dont un peu moins de 20% venus de l’étranger. Cela représenterait entre 5% à 7% du nombre total de touristes du pays, des résultats qui semblent plutôt modestes selon les experts.


Lors du colloque «Situation et mesures pour attirer les visiteurs dans le Nord-Ouest» organisé le 15 avril dernier à Hanoi, les professionnels du secteur ont pointé du doigt l’exploitation des ressources actuelles sans être suivie par de nouveaux investissements dans des offres touristiques adéquates et suffisamment attrayantes.


Objectif : doubler le nombre de touristes


Les participants au colloque n’ont pas manqué de proposer des pistes de réflexion et des solutions pour remédier au problème.


Selon Nguyên Van Tuân, directeur général de l’Administration nationale du tourisme, le Nord-Ouest doit prendre conscience qu’il ne peut pas investir dans tous les aspects en même temps. Il conseille à ce dernier de se concentrer sur quatre piliers fondamentaux : les infrastructures, les produits, les services et le capital humain.


Ils ont ainsi soutenu que pour développer le tourisme tout en améliorant la vie des habitants et réduisant la pauvreté, chaque localité devrait activement concevoir des plans de développement de son tourisme. Ils devront créer leurs propres offres spécifiques, adaptées à la fois à leur environnement mas aussi aux besoins de chaque marché de clients.


Pour que le secteur touristique puisse contribuer au développement socio-économique de la région entière, Tây Bac se doit d’attirer des investissements, notamment du secteur privé, d’intensifier les liens entre le public et le privé et bien évidemment, d’améliorer les infrastructures..., a souligné Hâu A Lênh, président adjoint du Comité de pilotage du Nord-Ouest. Il ajoutée que l’objectif est d’arriver à attirer 14 millions de touristes vietnamiens et 2.3 millions de l’étranger, de dégager ainsi près de 22.000 milliards de dôngs d’ici 2020.


Développer l’image est essentiel


Des agences de voyage de tout le pays ont également souhaité que les localités puissent adopter des politiques favorisant leurs activités, tout comme pour celles des autres investisseurs. Et ce, notamment sur les problèmes concernant les formalités.


Autre support fondamental, Tây Bac doit aussi déployer des activités pour travailler et faire rayonner son image. Trân Thi Viêt Huong, directrice de marketing du voyagiste Vietravel, suggère la participation aux foires, aux expositions touristiques nationales et internationales, ou tout simplement faire des films présentant les différents aspects de Tây Bac. -CVN/VNA/VI