17/01/2015 10:41 GMT+7 Email Print Like 0

Hanoi dans le cœur des étrangers

En 2014, Hanoi a été classée huitième parmi les dix premières destinations dans le monde par le site Web de Voyage TripAdvisor, en raison notamment de sa beauté architecturale, à la fois ancienne et moderne. Les étrangers à Hanoi sont de deux types : ceux qui ne font que passer, et ceux qui y vivent. Tous sont émerveillés par la ville millénaire.
Circuit d’une journée dans la capitale
 
À 8 heures un samedi, j’ai suivi Hà Minh Lâm, un guide touristique de Viêt médias-voyage, qui accompagnait un groupe de touristes étrangers en visite à Hanoi.
Nous avons commencé notre balade après avoir goûté du pho bo (nouilles de riz avec morceaux de bœuf) au restaurant Thin, rue Lo Duc, et une tasse de thé pour nous réchauffer. Lors de notre petit-déjeuner de 30 minutes, les touristes nous ont raconté leurs premiers jours au Vietnam.

Gavin Anderson (26 ans) a partagé: «Je suis au Vietnam depuis deux jours et j’ai visité la baie d’Ha Long et Tràng An. Pour mon dernier jour ici, je veux en apprendre davantage sur Hanoi, sa culture et ses habitants. »

Le premier endroit que nous avons visité fut mausolée du Président Hô Chi Minh. Ils ont aussi visité la maison sur pilotis du Président, l’étang poissonneux situé en face et le Musée Hô Chi Minh. Ils ont appris beaucoup de choses et pris des tas de photos.

Après le mausolée, nous sommes allés au Temple de la Littérature (Van Miêu – Quôc Tu Giam), puis à la prison de Hoa Lo, au lac de l’Epée restituée, à la pagode Trân Quôc et au musée d'Ethnologie. Malgré la fatigue, tous ont été ravis par l’excursion.


Touristes étrangers en visite au Mausolée du président Hô Chi Minh. Photo : Viêt Cuong.


Touristes étrangers bénéficient de la danse du dragon dans une rue de Hanoi. Photo: Thanh Giang


Le Temple de la Littérature est une destination incontournable pour les touristes
étrangers de passage à Hanoii. Photo: Thanh Giang


A la découverte de la pagode Trân Quôc. Photo: Tât Son


Le pont Long Biên, vieux de plus d’un siècle. Photo: Thanh Giang


Visiteurs découvrant Hanoi en cyclo-pousse. Photo: Thanh Giang


Touristes étrangers à la rue Hàng Bac, autrefois rue des orfèvres. Photo: Thông Thiên


Ta Hiên est considérée comme la rue des Tây (Occidentaux), car ils sont très nombreux le soir
dans ses bars et buvettes de rue. Photo: Trinh Van Bô


Une étrangère essayant la palanche des vendeuses ambulantes, rue Ma Mây. Photo: Trinh Van Bô


Etrangers découvrant des plats populaires dans le vieux quartier. Photo: Trinh Van Bô


Etrangers dégustant de la bière pression dans une rue du vieux quartier. Photo: Trinh Van Bô


Etrangers participant à un spectacle de musique folklorique dans une rue piétonne
du vieux quartier de Hanoi. Photo: Thanh Giang

«
     Selon le Département général des statistiques, au 1er semestre 2014, le nombre de visiteurs étrangers à Hanoi a atteint le chiffre de 1,073 million, soit une augmentation de 25,8% en un an.
»
Dans l'après-midi, Sam, un touriste américain, nous a confié : «J’ai lu des informations sur Internet et j’étais vraiment curieux de découvrir le vieux quartier de Hanoi. Il figure dans mes lieux prioritaires à visiter ici."

Nous avons amené Sam, William et Monica venus respectivement des États-Unis, du Brésil et du Chili, dans ce fameux vieux quartier. Le style de vie, l’architecture, les rues étroites et sinueuses, ont conquis ces touristes étrangers qui visitait Hanoi pour la première fois.

Après près de deux heures de marche, nous nous sommes arrêtés dans une gargote pour leur faire goûter des plats locaux, comme le bun cha. Après, nous sommes allés dans les rues Ta Hiên, Luong Ngoc Quyên et Dinh Liêt, communément appelé «carrefour de la bière pression» ou «carrefour international», où beaucoup d’étrangers, expatriés et touristes, boivent de la bière bon marché assis sur de petits tabourets à même le trottoir.

Le propriétaire d’un de ces estaminets nous a dit que les touristes étrangers aiment se retrouver ici parce que la bière est bon marché (10.000 dôngs le verre) et l’ambiance fantastique. Là, nous avons rencontré Teresa Romero, une jeune espagnole à Hanoi depuis quelques jours. Selon elle, Hanoi est « très belle et très intéressante ». Elle aime se promener dans le vieux quartier, écouter des musiciens de rue, discuter dans les cafés ou sur le trottoir une bière à la main. Teresa : «L’accueil chaleureux et la convivialité des Hanoïens me font vraiment me sentir comme bienvenue dans ce pays. Demain, je vais visiter la famille de parents. Ils vivent à Hanoi depuis 10 ans.»

Tard dans la nuit, nous nous sommes quittés. Teresa nous à invité à l’accompagner dans la visite des membres de sa famille.

Hanoi, ma deuxième patrie

Le lendemain après-midi, Teresa et moi sommes allés rendre visite à ses proches parents installés au bord du lac de l'Ouest. Le long de la route qui fait le tour de l’immense lac, nous avons vu beaucoup d'étrangers faisant du jogging, du vélo ou simplement se promenant à pied. Ces dernières années, des villas et maisons de haut standing ont été construites autour de ce lac, dont la tranquillité attire les étrangers expatriés et les Viêt kiêu (Vietnamiens d’outre-mer).

Nous nous sommes promenés pendant un moment et avons finalement trouvé la maison. Un homme espagnol à l’allure d’artiste nous a accueillis à la porte avec un « Bonjour!» en vietnamien. Il s’agissait de Cortizas Diego Del Valle, créateur de mode très intéressé par les soieries vietnamiennes. Une figure des événements de mode au Vietnam.

Chez Diego, nous nous sommes sentis comme dans la maison d'un artiste vietnamien, en raison des décorations originales. Sur les murs trônaient des photos de Hanoi, prises par Diego lui-même, accompagnées de proverbes vietnamiens.


Tous les meubles et décorations de la maison de Diego sont inspirés
de la culture vietnamienne. Photo: Vietnam Illustré


Diego et sa femme, une Vietnamienne ont deux enfants . Photo: Thanh Giang


Diego est familier avec la culture et la conversation des Vietnamiens. Photo: Thanh Giang


La maison de Diego est devenue un lieu d'échanges culturels entre Vietnamiens et étrangers. Photo: Thanh Giang


Diego et son épouse aiment discuter avec leurs clients de la mode vietnamienne. Photo: Thanh Giang


Diego participe à un défilé de mode vietnamienne à Van Miêu, Hanoi. Photo: Thanh Giang

Diego nous a parlé de son attachement viscéral pour Hanoi. En 2004, lui et sa femme, Laura Fontan Pardo, ont visité un frère qui travaillait dans la capitale. Ils se sont attachés à la ville, ont décidé d’y vivre et ont créé la marque Chula. Leurs trois enfants sont nés à Hanoi et peuvent parler vietnamien.

La famille de Diego vit à Hanoi depuis 10 ans. Tous les cinq mangent comme les autochtones, travaillent aux côtés de Vietnamiens, fêtent le Têt (Nouvel An lunaire), rendent visite à leurs voisins pour leur souhaiter une bonne année, apprécient le banh chung (gâteau carré de riz gluant)…Bref, de vrais Vietnamiens de cœur !

Leur maison est devenue un lieu d'échanges culturels entre Vietnamiens et étrangers, où des expositions de photos, des rencontres musicales et de mode sont régulièrement organisées.

Ce jour-là, nous avons eu la chance d'assister à l'anniversaire de sa femme. Une fête agréable avec des amis espagnols mais aussi japonais, britanniques, italiens et, bien sûr, vietnamiens.

Chacun d'entre nous a partagé des histoires sur notre travail et notre vie. Diego a recréé au sein de son foyer une vie multiculturelle, à l’image de la ville qu’il aime tant./.


Etrangers prenant part à une rencontre du club du Yoga « Sourire pour un Vietnam sympathique »
sur l’esplanade de la statue du roi Ly Thai Tô, à Hanoi Photo: Công Dat


Touristes étrangers faisant de la gymnastique le matin avec les Hanoïens. Photo: Công Dat.


Les étrangers vivant dans les environs du lac de l'Ouest viennent souvent à la maison communale
de Quang Ba pour faire du yoga le matin. Photo: Tât Son


Comme leurs parents, les enfants étrangers s’adaptent rapidement au mode de vie hanoïen. Photo: Vietnam Illustré
 
Texte: Ngân Hà - Photos: Trân Thanh Giang, Tât Son, Thông Thiên, Trinh Van Bô & Công Dat