05/06/2014 21:05 GMT+7 Email Print Like 0

Des experts dénoncent les agissements chinois en Mer Orientale

Des spécialistes indien, italien et argentin ont dénoncé la politique chinoise de recours à la force en Mer Orientale. L'expert supérieur Vinod Anand de la Vivekananda International Foundation (VIF) a publié le 4 juin un article sur le site merinews.com concernant l'implantation par la Chine d'une plate-forme de forage pétrolier dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental du Vietnam. La plate-forme Haiyang Shiyou-981 est accompagné de navires de guerre, dont des frégates lance-missiles, ainsi que d'avions de combat. Selon le spécialiste indien, ces actes sont une démonstration des capacités militaires de la Chine. De toute évidence, l'intention de la Chine est de contraindre le Vietnam à renoncer ou, tout au moins, atténuer ses revendications de souveraineté sur une région riche en hydrocarbures située sous la juridiction du Vietnam en vertu des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM). La Chine se prévaut depuis longtemps de sa souveraineté en Mer de Chine méridionale/Mer Orientale en invoquant cette absurde "ligne de neuf tronçons" qui n'a aucun fondement juridique ni historique et qui n'est reconnue par aucune norme ou règle internationale. Selon Vinod Anand, la Chine a adopté des stratégies à long terme le long de ses frontières terrestres et maritimes pour obtenir des terres et des zones maritimes qu'elle perçoit comme les siennes. L'Inde et la communauté internationale sont préoccupées de l'impact négatif probable causé par les actes chinois en Mer de Chine méridionale/Mer Orientale. Plus de 50 % des livraisons de pétrole passent par cette zone maritime et plus de 5.300 milliards de dollars de commerce sont effectués annuellement par la Mer de Chine méridionale/Mer Orientale. A Rome, lors d'une interview avec un correspondant de l'Agence vietnamienne d'Information (VNA), le directeur du Centre italien d'études internationales, Andrea Margeletti, a indiqué qu'avec ses capacités militaires nettement augmentées, Pékin commence à les employer pour s'opposer à tous ceux qui ont des différends avec la Chine. Cela engendre des tensions pour le Vietnam, mais aussi dans toute la région. Selon lui, régler ces différends nécessite l'intervention de plusieurs parties, outre des mesures diplomatiques entre les parties concernées. L'expert argentin Juan Carlos Minghetti du Centre d'investigations économiques et sociales (CIEYS), a affirmé que le déploiement de la plate-forme Haiyang Shiyou-981 et de navires et d'avions militaires dans les eaux vietnamiennes montre que Pékin cherche à résoudre les différends par la force. Lors d'un débat sur le Vietnam au centre culturel Floreal Gorini à Buenos Aires, Juan Carlos Minghetti a souligné que Pékin doit respecter la souveraineté de ses voisins, avant d'espérer que les désaccords seront réglés par la voie diplomatique et le dialogue entre dirigeants des deux pays. Début mai 2014, la Chine a effrontément implanté sa plate-forme de forage Haiyang Shiyou-981 protégée par des dizaines de navires, dont plusieurs bâtiments de guerre, et des avions dans les eaux vietnamiennes, 80 milles marins à l'intérieur du plateau continental et dans la zone économique exclusive du Vietnam. Les navires d'escorte chinois ont utilisé des lances haute-pression et délibérément percuté les navires vietnamiens chargés de faire appliquer la loi, en endommageant plusieurs et blessant de nombreux membres d'équipage. Les navires chinois ont encerclé, harcelé et pourchassé les bateaux de pêche vietnamiens, voire blessé et menacé la vie de pêcheurs vietnamiens. Le 26 mai 2014, le bateau de pêche chinois immatriculé 11209 a percuté et coulé un bateau de pêche de Da Nang dans une pêcherie traditionnelle de l'archipel de Hoang Sa (Paracel) du Vietnam. Fin mai 2014, la Chine a déplacé et installé sa plate-forme pétrolière à 15 degrés 33 minutes 22 secondes de latitude Nord et 111 degrés 34 minutes 36 secondes de longitude Est, à 25 milles marins à l'Est-Sud-Est de l'île de Tri Tôn de l'archipel de Hoang Sa du Vietnam, à 23 milles marins à l'Est-Nord-Est de son ancien emplacement, puis le 3 juin, à une position fixe à 15 degrés 33 minutes 36 secondes de latitude Nord et 111 degrés 34 minutes 11 secondes de longitude Est, mais toujours sur le plateau continental du Vietnam, continuant de violer les droits souverains et la juridiction du Vietnam. -VNA/VI