14/07/2016 14:30 GMT+7 Email Print Like 0

Appel à la retenue et aux efforts diplomatiques après la décision de la CPA

 L'Australie, la Malaisie, l'Inde et la République de Corée ont appelé à la retenue et aux efforts diplomatiques de la part des parties concernées après la décision finale de la Cour permanente d'arbitrage (CPA) concernant les différends en Mer Orientale entre les Philippines et la Chine.

Le ministre australienne des Affaires étrangères (AE), Julie Bishop, a appelé lors d'une conférence de presse donnée le 13 juillet les Philippines et la Chine à respecter cette décision, à faire preuve de retenue et à ne pas mener d'actes unilatéraux pour changer le statu-quo de la zone disputée. Selon elle, tous les pays ayant des revendications bénéficient des intérêts apportés par l'ordre international basé sur le droit. Le respect du droit international constitue le fondement de la paix, de la stabilité et de la prospérité en Asie du Sud-Est.

Le même jour, la République de Corée a aussi appelé aux efforts diplomatiques de paix et de flexibilité pour régler les différends en Mer Orientale après la décision finale prise par la CPA.

Dans une déclaration, le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a souligné le point de vue de la République de Corée selon lequel les différends doivent être réglés en conformité avec les accords conclus concernés ainsi que les règles du droit international.

Le gouvernement sud-coréen reconnaît cette décision finale de la CPA et attend une solution pour les différends en Mer Orientale à travers les efforts diplomatiques pour assurer la paix, la stabilité et la liberté de la navigation dans cette zone maritime.

La Malaisie a elle aussi appelé les parties concernées à faire preuve de retenue pour éviter l'escalade des tensions après cette décision, tout en réfutant les revendications souveraines de la Chine en Mer Orientale.

Dans sa déclaration, le ministère malaisien des AE a précisé qu'il est important pour maintenir la paix, la sécurité et la stabilité, s'abstenir de tout acte ​susceptible de complexifi​er les différends ou d'intensifier les tensions. Il faut pour cela ni recourir à la force ni menacer d'y recourir. La Chine et les parties concernées peuvent trouver des mesures constructives pour encourager le dialogue, les négociations et les consultations, maintenir la prédominance du droit pour la paix, la sécurité et la sûreté de la région.

L'Inde, pour sa part, a publié le 13 juillet sa déclaration sur la décision de la CPA. L'Inde la reconnaît et soutient la liberté de la navigation maritime et aérienne. Elle soutien aussi les activités commerciales dans le respect du droit international, dont la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM). Les pays doivent régler les différends par le biais de mesures pacifiques.

La décision de la CPA a été saluée par des parlementaires, experts et la presse du Canada. Ils ont espéré que les parties concernées la respecteront pleinement.

La CPA a rendu 12 juin sa sentence arbitrale dans la procédure engagée par les Philippines contre la Chine concernant les revendications de cette dernière communément dénommée la "ligne des neuf traits" en Mer Orientale.

Selon la CPA, les revendications chinoises sur ses "droits historiques" sur les zones maritimes ​délimitées par la "ligne des neuf traits" sont contraires à la CNUDM.

Selon la CPA, la Chine n’a ​aucun droit de revendiquer une zone économique exclusive (ZEE) autour du Bai Vanh Khan (Mischief Bank) et Bai Co May (Thomas Bank) dans un rayon de 200 milles nautiques. De plus, la CPA a affirmé que Ba Binh, relevant de l’archipel de Truong Sa (Spratleys), est un récif, ​et ne peut ainsi avoir de ZEE.

La CPA considère que la Chine a causé des risques ​​à long terme ​à l’écosystème corallien de l’archipel de Truong Sa. La Chine n’a aucune base historique ​sur cette zone maritime ni de base légale ​établissant ses déclarations ​de "droits historiques" sur les ressources de la zone que la Chine appelle la "ligne des neuf traits". La CPA souligne en outre que la Chine est intervenue dans l'exercice des droits traditionnels de pêche des Philippines au niveau du récif de Scarborough en Mer Orientale. -VNA/VI