20/06/2014 10:58 GMT+7 Email Print Like 0

Mer Orientale : le Vietnam réfute les affirmations de la Chine

Le ministère vietnamien des Affaires étrangères a organisé le 16 juin une conférence de presse internationale afin de réfuter les affirmations dénuées de tout fondement de la Chine sur la situation en Mer Orientale en communiquant des informations objectives et précises.

Le chef adjoint du Comité national des frontières, Tran Duy Hai, a souligné les efforts et la bonne volonté du Vietnam afin de réduire par voie des négociations et mesures pacifiques les tensions en Mer Orientale en suite de l'implantation illégale par la Chine d'une plate-forme de forage dans les eaux vietnamiennes. Toutefois, ce comportement responsable du Vietnam ne donne lieu de la part de la Chine que des réactions fort peu constructives.

La Chine ne fait pas preuve de bonne volonté comme le Vietnam, préférant déformer la réalité et calomnier ce dernier en affirmant que les navires vietnamiens ont percuté à plus de 1.500 reprises les navires chinois. La Chine ne fournit d'ailleurs aucune preuve crédible au soutien de ses affirmations, contrairement au Vietnam qui a rendu publiques de nombreuses vidéos et images démontrant l'agressivité et la violence de ses forces, avec heurts, emploi de lances à eau contre des navires vietnamiens.., a souligné Tran Duy Hai, ajoutant que certaines de ces attaques ont fait sombrer des bateaux de pêche vietnamiens et blessé des dizaines de Vietnamiens.

Le Vietnam exige de nouveau que la Chine respecte le droit international, mette fin immédiatement à ses atteintes aux droits souverains et de juridiction du Vietnam, retire sa plate-forme et toutes ses unités des eaux vietnamiennes, et fasse en sorte que de tels évènements ne se reproduisent pas dans l'avenir. Le Vietnam continue de demander à la Chine de régler tous les différends par des mesures pacifiques conformément au droit international, dont la convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982.
 

Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères du Vietnam Lê Hai Binh présidant à la conférence de presse.
Photo: Phuong Hoa - AVI.


Carte localisant l’emplacement de la plate-forme de forage Haiyang Shiyou-981 dans la zone économique
exclusive, le plateau continental du Vietnam. Photo publiée par l’AVI.


Journalistes internationaux à la conférence de presse. Photo: Pham Kiên - AVI


Les journalistes internationaux paticipant à la conférence de presse s'intéressent à la situation tendue survenue
sur la Mer Orientale concernant l'implantation illégale de la plate-forme Haiyang Shiyou 981 de la Chine
dans la zone économique exclusive et le plateau continental du Vietnam. Photo : Pham Kiên - AVI.

 
Le directeur général adjoint du groupe PetroVietnam, Nguyen Quoc Thap, a réfuté d'autres affirmations du ministère chinois des Affaires étrangères selon lesquelles 57 lots pétroliers du Vietnam sont situés dans la zone contestée. La Chine se fonde sur sa revendication absurde dénommée "langue de boeuf", laquelle n'est pas reconnue dans le monde entier, pour le dire, a-t-il souligné, déclarant que les affirmations chinoises sont dépourvues de tout fondement et de toute valeur.
 
Selon lui, l'intention de la Chine est de faire de zones sans disputes des zones contestées par des demandes absurdes. De fait, cette zone est intégralement située sur le plateau continental et dans la zone économique exclusive du Vietnam, a-t-il déclaré.

Ce n'est pas la première fois que la Chine commet des actes illégaux dans les eaux vietnamiennes. Face aux atteintes chinoises dans le passé, le Vietnam a protesté par voie diplomatique et mené des activités de sensibilisation sur place afin que la Chine mette fin à ses agissements.

Le commandant adjoint et chef d'état-major du commandement des Garde-côtes du Vietnam, Ngo Ngoc Thu, a affirmé que le Vietnam n'avait pas employé des hommes-grenouilles. Les filets de pêche et objets flottants que la Chine a recueillis sont des biens de bateaux vietnamiens attaqués par des navires chinois lors de leurs opérations dans la pêcherie traditionnelle du Vietnam. Les Chinois ont percuté et utilisé leurs canons à eau contre les bateaux de pêche vietnamiens qui ont dû abandonner leurs filets et se déplacer. Les objets flottants sont aussi dus aux dommages causés par des navires chinois qui ont, en effet, percuté les bateaux vietnamiens et employé leurs lances à eau. Que la Chine les considère comme des preuves est un comble alors que cela ne résulte que de son fait.
Bien que les navires chinois poursuivent leurs actes contre les navires vietnamiens, les Garde-côtes et la Surveillance des ressources halieutiques du Vietnam sont persévérants et font preuve de retenue. Ils n'utilisent pas de canon à eau ni ne percutent de bateaux chinois. Ils utilisent juste des haut-parleurs pour demander à la Chine de se retirer des eaux vietnamiennes.

Le chef adjoint de la Surveillance des ressources halieutiques, Hà Lê, a indiqué que, sur place, les navires vietnamiens continuaient d'employer des mesures strictement pacifiques pour défendre la souveraineté, les pêcheries et les pêcheurs du Vietnam ./.
 
Réalisé par l’AVI et la Revue Vietnam Illustré
Articles Déjà publiés