24/02/2017 15:37 GMT+7 Email Print Like 0

Les vermicelles de tolomane de Minh Hông

Rapportant de 150 à 200 millions de dongs chaque année  aux cultivateurs,  et nettement plus rentable que la riziculture ou  la sériculture,  la fabrication de vermicelles de tolomane (miên dong), à partir de canna comestible (Canna edulis) fait vivre de nombreux paysans au village de Minh Hông, commune de Minh Quang, district de Ba Vi (Hanoi).  

La canna comestible appartient à une famille proche des bananiers (Cannacés). Elle est cultivée en Europe comme plante décorative (ses grandes fleurs rouges sont très belles), sous le nom de balisier.

Selon Nguyên Van Duân, directeur de la coopérative agricole Minh Hông, en 1966, le hameau de Minh Hông comptait 97 foyers pratiquant la sériculture. Lorsque leurs terrains furent récupérés par l’Etat, les paysans commencèrent à mettre en culture la canna comestible pour fabriquer de la fécule de tolomane. Mais en raison d’une production entièrement manuelle, chaque jour, un paysan ne fabriquait que 15 kg de vermicelles au plus.

La production a pris son essor en 2001, année où Minh Hông a été reconnu village de fabrication de tolomane. La  coopérative agricole Minh Hông a été créée, qui réunit 165 foyers. Plusieurs étapes de production telles que filtrage de la farine,  découpage des vermicelles …. ont été mécanisées.  Les 165 décortiqueuses permettent à chaque foyer de produire quotidiennement 20 tonnes de fécule de tolomane. Elle sert à fabriquer des vermicelles mais est aussi vendue aux usines de friandises.



Le rhizome du canna, matière première de la fécule de tolomane.


Les tubercules du canna, après avoir été moulus et couverts pendant 4 heures, donnent une tolomane blanche.


Les vermicelles sont exposés au soleil.


Les vermicelles sont coupés à la machine au lieu de l’être à la main comme autrefois


Les vermicelles, une fois secs, sont transportés vers des familles 


 ... puis mis en botte de 1 kg chacune.


Les vermicelles de tolomane de Minh Hông 


A l’approche du Têt traditionnel,  la production journalière de vermicelles de tolomane
de Minh Hông s’élève à 700- 800 kg



Les vermicelles sont vendus dans l’ensemble du pays.


La marque « vermicelles de tolomane de Minh Hông » a été certifiée par le ministère des Sciences et Technologies.

A Minh Hông les cultures de  canna  s’étendent sur 180 ha. La récolte a lieu du  9e au 1er mois lunaire.  Selon Hoàng Ngoc Truong, prioritaire d’un établissement de traitement du tolomane, les tubercules de canna résistent bien à la chaleur. Plus le temps est ensoleillé, plus le tolomane est blanc et parfumé. Les vermicelles de Minh Hông sont réputés plus blancs que ceux d’autres localités. 

La poudre est  filtrée de 2 à 3 fois pour enlever les résidus, puis on procède à la préparation du tolomane, avec un taux de farine précis pour que les vermicelles soient solides.  Les vermicelles de tolomane de Minh Hông sont bénéfiques à la santé et consommés dans l’ensemble du pays, car leur composition est exempte d’additifs alimentaires toxiques ou d’agents de blanchiment.

La marque « vermicelles de tolomane de Minh Hông » a été déposée auprès du Département de la propriété intellectuelle du ministère des Sciences et Technologies, et a été certifiée par ce dernier. Ces vermicelles sont vendus en grosse quantité dans l’ensemble du pays, notamment  à Hô Chi Minh-Ville, dans les provinces de Quang Ninh, Hai Duong, Phu Tho, Hoà Binh… au prix de 50.000 dong le kilo. Les ventes connaissent un pic à l’occasion du Têt traditionnel et Minh Hông doit en confectionner chaque jour de 700 à 800 kg pour satisfaire la demande.

La fabrication de vermicelles de tolomane de Minh Hông a contribué à réaliser les objectifs de développement socio-économique du district de Ba Vi./.

 
Texte: Ngân Hà – Photos: Khanh Long