11/05/2017 15:48 GMT+7 Email Print Like 0

Les statues de bois, des emblèmes du Tây Nguyên

Le Tây Nguyên (Haut plateaux du Centre) est réputée pour sa culture des gongs et ses épopées que les habitants se racontent au coin du feu, mais aussi pour ses statuettes de bois rustiques et simples comme le sont les habitants de cette haute région.

La sculpture des statues est un art ancestral qui occupe une place importante dans la vie spirituelle des ethnies minoritaires. Selon la coutume, après les funérailles, les Joraï, Bahnar, Êdé... construisent sur la tombe du défunt une petite maison funéraire (nhà mô) pour la protéger contre pluie et soleil. À l’intérieur sont déposés les objets du défunt. Après une, deux ou trois années, sa famille détruira cette maison pour en construire une autre, plus grande, entourée d’une clôture et agrémentée à l’extérieur de statuettes en bois : les «tuong nhà mô» ou statuettes de maison funéraire. Celles-ci représentent des formes humaines, d’animaux, ou des activités de la vie quotidienne.

Par leurs mains habiles, les artisans ont transformé un tronc d’arbre  en une statuette, en puisant leur imagination dans la culture et les croyances traditionnelles de leur terroir.

Les statuettes en bois peuvent représenter des humains ou des animaux, des scènes de travail ou de la vie quotidienne tels que femmes broyant du riz, hommes à la chasse ou aux champs, visages rayonnant de joie, montagnards  jouant des instruments de musique, dansant ou sirotant de l’alcool de riz. Elles seront les compagnons du défunt dans l’au-delà.



Des troncs de diverses tailles d’où seront sculptées des statues. Photo: Công Dat


Outils rudimentaires pour tailler des statues : hache, ciseau à bois. Photo: Công Dat


Le savoir-faire des sculpteurs du Tây Nguyên est de nos jours encore plus ingénieux. Photo : Khanh Long


Sous les mains habiles des artisans….. Photo : Lê Minh


…des statues de bois prennent forme. Photo : Lê Minh


L’artisan Vu Van Duc veille aux moindres détails. Photo: Công Dat


L’artisan au travail. Photo: Công Dat


Le sculpteur K’Sa et son œuvre “Maternité”. Photo: Công Dat


Le sculpteur Y Thái Êban, de la ville Buôn Ma Thuôt, donne les dernières touches à sa statue
«Thây cung » (Sorcier). Photo : Khanh Long

Chaque sculpteur a son thème de prédilection. L’un préfère les animaux, la nature, l’autre la vie familiale, l’amour conjugale, la maternité,…. L’image de la femme est récurrente, car elle joue le rôle central dans la vie quotidienne. 

« La maternité est un sentiment noble pour tous les Vietnamiens. C’est l’amour maternel qui m’a incité à sculpter des statues à offrir aux mères, du Vietnam comme de l’étranger, en guise de reconnaissance envers elles, qui ont le grand mérite de mettre au monde des enfants  et de les élever», a confié l’artisan K’Sa, de la province de Dak Nông.



Statue “L’ours cueille des pousses de bambou” de l’artisan Y Ân B’Ja, qui a remporté le 1er prix du concours
de sculpture de statues de bois folklorique du Tây Nguyên, organisé cette année par la province de Dak Lac.
Photo: Lê Minh



Statue «Thây cung » (Sorcier), de l’artisan Y Thái Êban, qui a remporté le 1er prix du concours de sculpture
de statues de bois folklorique du Tây Nguyên, organisé cette année par la province de Dak Lac .
Photo: Khanh Long



Sculpture “Mélodie Ding Nam” de l’artisan Truong Duc Quang, province de Dak Lak. Photo: Công Dat


Les traits du visage d’une statue réalisée à la main. Photo: Công Dat


Sculptures valorisant le culte de la fécondité. Photo: Công Dat


Des statuettes de bois installées dans un jardin de statues au village touristique de Ko Tam,
ville de Buôn Ma Thuôt. Photo: Công Dat



Des statuettes servant de décoration dans une maison longue (nhà dài), habitat typique des ethnies
du Tây Nguyên. Photo: Công Dat

Les statuettes rustiques des maisons funéraires sont vraiment emblématiques des communautés minoritaires des Hauts Plateaux du Centre et de leur culture./ . 

Pour les populations du Tây Nguyên, la mort n’est pas une fin, c’est au contraire le retour à la forêt où l’homme est né. Pour préparer la vie du défunt dans l’autre monde, ils lui apportent des statuettes représentant hommes, animaux,  nourriture, vêtements, articles de consommation… tout comme les vivants.


Réalisé par Lê Minh, Công Dat, Khanh Long