16/05/2017 09:20 GMT+7 Email Print Like 0

Le village piscicole en radeaux de Châu Dôc

Le village piscicole en radeaux de Châu Dôc (An Giang) abrite de nombreuses cages à poissons. En plus du développement de la pisciculture traditionnelle, le village est également connu comme une destination touristique attrayante.
Vu du pont Côn Tiên, les villages de pêcheurs sont alignés le long des berges de la rivière Châu Dôc. De temps en temps, des bateaux glissent sur la rivière à travers les jacinthes d’eau.


Le village piscicole en radeaux de Châu Dôc (An Giang) est situé sur les berges de la rivière éponyme.


 Les gens de Châu Dôc ont profité de la rivière pour développer la pisciculture en radeaux,
avec près de 300 cages de différentes espèces  de poissons.



Ces petites boules de son servent de nourriture aux poissons.


Dans le village piscicole, chaque famille possède au moins une ou deux cages, voire une dizaine.


Poisson séché, un  autre produit du village piscicole.


Des tranches fraîches de poisson, matière première du poisson séché.


Le poisson séché est une source de revenu stable pour le village.


Une cage de pangasius. Ces poissons pèsent entre 1,5 à 5 kg.


Les poissons sont vendus à même le radeau.


Les poissons sont transportés dans tout le delta du Mékong.
        
À l'heure actuelle, le village compte environ 300 cages à poissons. Chaque famille en possède au moins une ou deux, voire une dizaine. Chaque radeau a une largeur de 4 m, une longueur de 7-8 m, avec une superficie de 60-100 m². Les gens installent leur maison au-dessus.
      
Les poissons comme basa ou tra sont les moins recherchés. Les gens se tournent vers l’élevage d’espèces plus lucratives comme poisson-chat, stromaté, pangasius, serran, Hypophthalmichtys..., pour fournir le marché du delta du Mékong et Hô Chi Minh-Ville. Huynh Van Hon, un pisciculteur âgé de 62 ans, a confié: «Mon père s’est installé ici. Maintenant, c’est à mon tour, et mes descendants  continueront ce métier».
     
Grâce au prix des poissons qui augmente de plus en plus, de nombreuses familles de pisciculteurs ont une vie meilleure. Avec 2 cages, après déduction des frais, la famille de Huynh Van Hon a gagné en 2016 plus de 120 millions de dôngs. Et la famille de Dinh Van Mai, éleveur de Pangasius,   plus de 110 millions de dôngs, avec 20 tonnes de poissons.

Ce village de pisciculteurs est un un trait unique dans la vie culturelle du Nam Bô, c’est même devenu une destination touristique./.    

 
Texte: Nguyên Oanh - Photos: Thông Haï